Site officiel de
L'Olympique Lyonnais

masculins / Tribune OL

Jimmy Briand, le collectif avant tout

Publié le 17 août 2012 à 16:05 par BV

Dans un groupe, Jimmy Briand est un joueur précieux : généreux dans l’effort offensif comme défensif, résolument tourné vers le collectif, l’attaquant lyonnais y ajoute aujourd’hui des statistiques qui en font l’une des clés du bon début de saison lyonnais.

 Il ne faut pas avoir la mémoire courte, au moment d’analyser le début de saison de Jimmy Briand. Meilleur buteur lyonnais des matches de préparation (2 buts, face à la Real Sociedad et lors du Trophée des Champions), passeur décisif pour Yoann Gourcuff le week-end dernier face à Rennes (0 – 1), le numéro 19 rhodanien entame l’exercice 2012 – 2013 comme il avait terminé le précédent (il avait marqué à 4 reprises lors des 5 dernières journées). « J’ai fait une bonne préparation, et les sensations sont vite revenues », reconnait-il. Une période faste entamée au lendemain de la victoire en finale de la Coupe de France (Quevilly, 1 – 0), à laquelle a fait écho la victoire en Trophée des Champions. A croire que le succès donne des ailes, et surtout l’envie d’y goûter à nouveau. Un euphorisant que l’auteur du tir au but victorieux contre Montpellier partage avec émotion : « Gagner des trophées est une sensation extraordinaire. Je suis venu à Lyon pour ça. Je n’avais plus connu cette sensation de joie et de victoire depuis la Gambardella avec Rennes (en 2003). Ce sont des moments que l’on n’oublie pas. Les titres, c’est ce qui reste. »

Ce qui fait souvent la différence, c’est la hargne et la grinta. Moi, personnellement, quand je vois « Licha » (Lisandro) qui fait autant d’efforts, que derrière ils se battent pour récupérer le ballon, je me dis que je n’ai pas le droit d’être en dessous de ça

 

Et pour garnir la vitrine de trophées autant que le tiroir aux souvenirs, pour atteindre les « objectifs collectifs élevés que l’on se doit d’avoir quand on joue à l’OL », les Lyonnais devront notamment « gagner en solidité derrière », gommer les largesses qui ont fait d’eux la 14e défense de la Ligue 1 la saison passée. Une tâche qui n’est pas dévolue qu’aux uniques défenseurs, un travail qui commence devant et qui colle parfaitement au tempérament et à la générosité de Jimmy Briand. Il explique : « Ce qui fait souvent la différence, c’est la hargne et la grinta. Moi, personnellement, quand je vois « Licha » (Lisandro) qui fait autant d’efforts, que derrière ils se battent pour récupérer le ballon, je me dis que je n’ai pas le droit d’être en dessous de ça. Il faut se dépasser physiquement pour soi et pour aider l’équipe.  Si tout le monde réagit comme ça, on fera une grande saison. » Une activité de tous les instant au pressing et à la récupération qui ont contribué à la reconnaissance dont il jouit aujourd’hui, mais qui n’en constitue pas l’essence. Il raconte : « En plus du travail défensif, il y a eu des buts. Les buts, c’est ce qui fait que l’on bascule d’un côté ou de l’autre. Aujourd’hui, je me sens bien, j’ai la chance de marquer des buts, je suis apprécié des supporters, du club. Pour moi, le plus important, c’est l’équipe. Si l’on est champion et que je n’ai pas marqué un but de la saison,  je signe tout de suite. Mais il faut reconnaitre que,  dans le milieu du foot, on regarde beaucoup les feuilles de statistiques. C’est une réalité à laquelle je me plie: il faut que les joueurs de devant marquent des buts. »

 Et comme récompense du travail (bien) accompli, Jimmy Briand a été convoqué par le sélectionneur de l’équipe de France, Didier Deschamps, pour le match amical contre l’Uruguay, mercredi dernier. Les Bleus, un fil enfin renoué qui le pousse à se mettre en avant : « Etre sélectionné est quelque chose d’important pour moi, ça a toujours été un objectif. Je sors d’une saison qui m’a permis de mériter cette sélection. Cette convocation, je ne l’ai pas volée.» Avant de rapidement revenir au collectif : « Si je suis bon en club, l’OL sera bon, on sera en haut du tableau, et une fois que l’on est en haut, on regarde davantage les performances individuelles. » Très apprécié du vestiaire, Jimmy Briand rappelle de manière éclatante que si l’individualisme est aujourd’hui souvent montré du doigt et désigné comme l’un des principaux maux de la société contemporaine, l’essence même du football, la solution aux problèmes qu’il propose, réside avant tout dans le collectif.

Participez au tournoi de poker de l’OL sur PokerStars ce soir à 21h :
places VIP et maillots dédicacés offerts ! Cliquez ici !

Sur le même thème