masculins / Entretien exclusif

JM. Aulas : « Un renforcement des barrières »

Publié le 01 février 2006 à 14:45 par CC

Jean-Michel Aulas est revenu longuement mercredi matin sur la levée prochaine de l’interdiction aux clubs français d’entrée en bourse. Si le président de l’OL se dit confiant, il n’a pas vraiment été rassuré par les garde-fous émis par le ministre des sports, Jean-François Lamour

Quelle est votre réaction après l’annonce de Jean-François Lamour de lever l’interdiction d’entrée en bourse pour les clubs ?
On a l’impression qu’il s’agit d’une levée de principe consécutive à la position de Bruxelles mais, dans la pratique, c’est bien un renforcement des barrières d’accès à la bourse et aux marchés financiers qui est proposé aux clubs français.

Pourquoi vouloir coûte que coûte l’entrée de l’OL en bourse ?
La bourse est tout simplement le meilleur moyen pour financer ces investissements. Dans les investissements, il y a bien sûr les stades que le ministre semble découvrir aujourd’hui. Il y a également tous les circuits de distributions : les boutiques, le siège social ou encore le centre d’entraînement. Le financement de ces différents domaines peut être effectué par la bourse.

Les modèles européens ne semblent pourtant pas rassurant…
Quand on regarde ce qui se passe à l’étranger, il y a autant de réussite dans le financement et l’accès au marché financier des clubs que dans les autres activités. Il n’ y a pas de malédiction du secteur du football. Il y a au contraire une obligation de voir des clubs bien gérés et économiquement sains. Et pour cela, la bourse est un des moyens de permettre aux clubs de se financer et d’être transparent.

Le nouveau stade est-il lié à l’arrivée en bourse ?
C’est évident, que ce nouveau projet sera plus compliqué à mettre en œuvre, si nous n’avons pas la bourse pour pouvoir faire les études. On nous mettrait alors des bâtons dans les roues avant même le lancement du projet.

Parlez-nous d’ailleurs ce nouveau stade...
Ce nouveau stade de 60 000 places devra être orienté vers le consommateur. Il devra répondre aux attentes des supporters et être orienté vers les entreprises qui financent une partie de notre développement. Il faut aussi que ce stade soit associé à toute une série d’activité : ce ne sera pas uniquement un stade de football. Il sera multifonctions. Il faudra un lieu de vie, des bureaux pour le personnel mais aussi un hôtel et des structures commerciales associées. On est sur un projet moderne, idyllique. Ce sera le stade référent de demain.
Sur le même thème