masculins / OL - Nantes J-1

Joie et émotion pour la dernière

Publié le 25 mai 2007 à 19:00 par R.B

La fête finale pour les Lyonnais… un au revoir forcément triste pour les Canaris. Ce match OL-Nantes clôture la saison 2006-2007. Place au spectacle avec la présence pour la dernière fois de Claudio Cacapa… et les adieux de Gérard Houllier

54ème match de la saison pour l’OL, près de 33 000 kms pour boucler cet exercice 2006-2007, pas loin de 70 nuits loin de chez soi, 27 joueurs utilisés… un 5ème Trophée des Champions…et un 6ème titre de champion de rang. Un raccourci d’une saison qui avait commencé à Gerland le 30 juillet 2006 contre le PSG (Trophée des Champions). Elle a semblé parfois longue ces dernières semaines, mais comment se lasser de la domination olympienne dans l’hexagone et comment se lasser des espérances d’autres réussites ?

Ce dernier match sera empreint d’un brin de nostalgies. Les Nantais quittent la L1 après une saison galère marquée par plusieurs feuilletons. 3 entraîneurs différents, 4 gardiens de but dont Barthez qui rend ses gants il y a peu, une attaque en berne, des recrues de l’été toutes quasiment reparties… jusqu’à cette rencontre arrêtée face à Toulouse samedi dernier. Difficile de faire pire en 10 mois ! Rebâtir telles sont désormais les préoccupations de ce club historique loué autrefois par la beauté de son jeu et la qualité de sa formation dont les symboles sont les fidèles soldats Savinaud et Da Rocha ; 2 joueurs ayant joué en L1 exclusivement dans leur club formateur : 305 matchs pour le premier et 348 pour le second. Chapeau Messieurs.

Des larmes malgré la fête, il y en aura dans les yeux de Claudio Cacapa. « Captain Claudio » va quitter l’OL après 6 saisons et ½ passées entre Rhône et Saône. Il portera pour la 170ème et dernière fois cette tunique qui l’a fait connaître en Europe. Il faudra s’habituer à ne plus voir sa silhouette fragile, son sourire… sans oublier cette gentillesse inaltérable… son sens de l’anticipation, sa vitesse de course, son jeu de tête, sa ténacité et ce comportement naturel de leader. Un des 4 de la bande des 6 titres part et forcément cela ne peut laisser indifférent. Alors autant que sa dernière apparition soit inoubliable.

Gérard Houllier, privé de plusieurs éléments (5), a plusieurs possibilités pour constituer sa défense et nettement moins pour le reste. Après la défaite imméritée à Monaco, l’entraîneur lyonnais attend la 24ème victoire en championnat et ce avec la manière. Et au coup de sifflet final, comme anoncé vendredi soir, il ne sera plus l'entraîneur de l'OL après 108 matchs sur le banc. Gérard aura poursuivi le travail de ses prédécesseurs en ajoutant sa touche personnelle, 2 titres de champion et 2 Trophées des champions.

Ensuite place aux équipes nationales pour certains, aux vacances immédiates pour d'autres, à la période des transferts, synonyme de départs, d'arrivées ou encore de prolongations à l'image de Juninho tout dernièrement. L'occasion pour lui de fêter cela par un but qui lui permettrait de rejoindre dans l'histoire du club Guy et Nikolic, tous deux à 78 buts.
Sur le même thème