masculins / UEFA Women's Cup

Jour de fête à Gerland !

Publié le 28 mars 2009 à 08:00 par OT

A 17h00, l’OL féminin accueille Duisbourg en demi-finale aller de la Coupe d’Europe. Avec l’ambition d’entrouvrir la porte d’une finale historique.

Pour la première et la dernière fois de l’Histoire, l’Olympique Lyonnais tient l’occasion de jouer une finale de Coupe d’Europe dans son antre de Gerland. Chez les hommes, le stade de Gerland ne fait en effet pas partie des enceintes homologuées par l’UEFA pour accueillir une finale de Ligue des Champions ou de Coupe de l’UEFA (à l’inverse du nouveau stade qui est en projet). En football féminin, la finale de la Coupe d’Europe se joue sur match aller-retour pour la toute dernière fois. Car la saison prochaine, une Ligue des Champions féminine verra le jour avec une finale jouée sur un seul match, dans l’enceinte qui accueille la Ligue des Champions masculine.

Depuis la création de la Coupe d’Europe féminine, jamais une formation française n’a réussi à atteindre la finale. Toulouse avait échoué en demi-finale face à Francfort lors de la première édition en 2002, Montpellier aussi au même stade de la compétition et face au même adversaire en 2006. Enfin la saison dernière, l’OL féminin avait été privé de finale par les suédoises d’Umeå sans perdre le moindre match (1-1 à l’aller à Gerland, 0-0 au retour). En revanche, les clubs allemands ont déjà remporté 4 titres en 7 éditions : Francfort en 2002, 2006 et 2008, Potsdam en 2005. C’est dire si le football féminin germanique domine l’Europe. Et pourtant, Duisbourg n’a aucune expérience européenne puisqu’il découvre la Coupe de l’UEFA cette saison. Mais les joueuses de Martina Voss ne font pas pour autant figure de novices, la plupart d’entre elles sont internationales et Duisbourg a sorti son rival allemand et tenant du titre Francfort, en quart de finale.

Si l’on en croit les mots des uns, des unes et des autres, le duel entre Lyon et Duisbourg devrait être offensif. Les Allemandes veulent marquer à Gerland avant de recevoir l’OL dimanche prochain. Elles possèdent pour cela une arme fatale nommée Inka Grings, internationale expérimentée qui marque beaucoup de buts, déjà 21 en 16 matchs de championnat et 7 en 5 rencontres européennes. Mais l’entraîneur lyonnais Farid Benstiti n’aborde pas le match avec la peur au ventre. Il possède bien assez d’atouts offensifs dans son équipe pour la faire évoluer comme elle en a l’habitude : portée vers l’avant. Seul hic, la blessure de l’un des éléments essentiel de son système, l’internationale française Louisa Nécib blessée au mollet. En l’absence de l’habituelle meneuse de jeu, c’est la Costaricienne Shirley Cruz qui sera chargée d’alimenter le trio offensif de feu Schelin-Katia-Thomis. Du bon fonctionnement des transitions entre le milieu et l’attaque lyonnaise, dépendra sûrement le résultat de cette première manche déjà décisive.
Sur le même thème