masculins / Steaua - OL

Jour de match à Bucarest

Publié le 21 octobre 2008 à 15:20 par R.B

Une belle journée à Bucarest… les Lyonnais ont suivi un programme traditionnel d’avant match… Ils ont appris l’équipe de départ peu avant le déjeuner…

Toujours autant difficile de rouler dans Bucarest même au milieu de la matinée pour se rendre à l’hôtel des joueurs. Les grandes avenues sont encombrées, une façon de profiter des monuments, des lieux… La Place de la Victoire, la Place Charles de Gaulle avec la statue du général, l’Arc de Triomphe, les beaux quartiers avec ses maisons synonymes de réussite sociale. Ici, Monsieur, on n’a pas honte de montrer son patrimoine ! Tiens la maison de « Gigi » Becali, le président du Steaua. Immense avec son crucifix en or qui garde l’entrée. Un peu plus loin, une des anciennes résidences de Ceaucescu située dans la rue du Printemps. Et encore de nombreux parcs.

A 11h 15, le groupe olympien, qui avait un petit déjeuner facultatif, ira d’ailleurs se balader dans un de ses parcs près de leur hôtel. Un cadre champêtre après avoir emprunté un souterrain où de petites échoppes renvoient une autre image nettement moins ostentatoire. 30 minutes en pleine nature en centre ville. Le groupe discute par affinités de choses et d'autres.

De retour à l'hôtel, Cris nous consacre quelques minutes pour nous parler de l'importance de la Ligue des Champions, de ses souvenirs. "Les 2 matchs contre le Real Madrid à Gerland... mon but à Fenerbahce... Le regret? L'élimination au PSV Eindhoven plus que celle face au Milan AC...". Il sait qu'il n'a plus marqué depuis longtemps. "Si je peux le faire et aider l'équipe...". Le Brésilien sera associé à Boumsong ce soir. Une préférence parmi ses 9 partenaires de l'axe depuis qu'il joue à l'OL? "Claudio Cacapa. On n'avait jamais joué ensemble au Brésil, mais l'un contre l'autre. On parlait la même langue... Oui, Claudio..." Un Cris qui reconnait que les heures sont longues dans ce genre de journée. "Je sais que je vais joueur parce qu'il manque du monde. Pour l'instant, on n'a pas encore l'équipe. Quand tu vas jouer, tu te prépares différemment...".

[IMG43373#R] A 12h 15, c’est le moment de la vidéo et de l’annonce de l’équipe de départ… sans vraiment de surprises. Le jeune Gassama a fêté ses 19 ans lundi soir. Il a eu droit à un gâteau après avoir été invité à faire un discours.

Un peu après 12h, « Gigi » Becali a fait son apparition à l’hôtel. Il est venu chercher le président Jean-Michel Aulas pour le repas officiel. Un personnage qui ne peut laisser indifférent rien qu’en le regardant. Il paraitrait que ses joueurs attendent toujours une prime promise pour la qualification à la Ligue des Champions et qu’ils seraient de plus en plus mécontents de ce retard. Monsieur Becali, lui, a annoncé dans les médias que ce sont les joueurs qui paieraient s’ils perdaient ou faisaient un nul contre l’OL. Et qu’il allait voir en cas de succès…

Le repas officiel des joueurs a lieu à 12h 30… avec des plats plus appropriés à la pratique sportive de haut niveau. A 19h, ils auront droit à la causerie, puis 10 minutes plus tard, il sera temps de monter dans le car. Avec ses embouteillages, mieux vaut prendre quelques précautions. Cela nous laisse l’opportunité de chercher une table après avoir subi une nouvelle fois les affres de la circulation locale. Dans une taverne où les trophées de chasse garnissent les murs, Dorin, le serveur, a vite fait de repérer notre provenance. « Regardez… » Il sort de sa poche un ticket de loto sportif où il a misé sur une victoire lyonnaise. Il faut dire qu’il est supporter du Rapid. D’autres racontent leur soirée au Casino où Dame chance les a récompensés de quelques billets. Un réveil plus agréable malgré le manque de sommeil.

Les Lyonnais sont en pleine sieste. Le soleil brille toujours sur Bucarest la bruyante. Ne pas revenir bredouille sonne comme un leitmotiv en pensant à ce match face au Steaua. Un succès étant évidemment une superbe opération. Début de la rencontre à 21H 45 locales ; un match arbitré par le Polonais Gilewski.
Sur le même thème