masculins / OL - Bordeaux J-1

Julien Faubert : "Cela va se jouer sur des détails"

Publié le 30 mars 2007 à 08:00 par girondins.com

Samedi, Julien Faubert va jouer contre l'Olympique Lyonnais sa première finale de coupe. Si l'international français se rejouit de pouvoir disputer une telle affiche avec son club formateur, il s'attend à une tâche "difficile". "Lyon reste un grand d'Europe" confie-t-il.

A quelques jours de la finale de la Coupe de la Ligue, comment vous sentez-vous et comment préparez-vous l’évènement ?
Je me sens très bien. Je ressentais quelques petites douleurs quand j’ai repris l’entraînement mais aujourd’hui, c’est du passé. Physiquement, je me sens bien. Tout le monde se prépare sérieusement pour cette finale et pour ma part, je me prépare très, très sérieusement. C’est un gros match, une finale, qui plus est au Stade de France. Si nous voulons tous étoffer un peu notre palmarès, cela passe par une victoire samedi. C’est important pour nous et je pense que c’est également très important pour la suite de la saison car une victoire nous donnerait énormément de confiance avant d’aborder les neuf derniers matches de la saison.

C’est la première finale de Coupe nationale de votre carrière et beaucoup de joueurs sont dans votre cas. Comment abordez-vous l’événement ?
Je le vis très bien car nous faisons tous ce métier pour vivre des matches comme celui de samedi. Jouer des finales de coupe, c’est merveilleux. Je le vis donc très bien. De plus, je suis très heureux de pouvoir disputer cette finale de Coupe de la Ligue avec mon club, celui qui m’a fait confiance au plus haut niveau. Si j’ai pu jouer le haut de tableau, la Ligue des Champions et découvrir l’équipe de France, c’est grâce à Bordeaux. Je suis content de pouvoir vivre une nouvelle expérience avec cette finale de la Coupe de la Ligue.

Lyon est l’équipe qui domine le football français depuis quelques années. Jouer une finale, qui plus est face à l’OL, c’est le scénario parfait non ?
C’est vrai mais je ne sais pas si Lyon est le meilleur club en ce moment. De toutes les manières, Lyon reste un grand d’Europe. Cette rencontre, c’est aussi le champion de France 2006 face à son dauphin. Ce sera un très beau match et l’affiche est alléchante. Nous allons essayer d’être à la hauteur.

Cette finale sera aussi une belle. Lyon est venu gagner à Chaban-Delmas en début de saison mais vous êtes allé battre Lyon dans son stade de Gerland en janvier. Comptez-vous vous inspirer de ce match et du jeu développé pour battre l’OL ?
Oui, bien sûr, nous allons repenser à ce match mais il ne faut pas non plus se focaliser là-dessus. Une finale est un match vraiment différent. Leur motivation sera également très différente et nous nous attendons à un autre match que celui que nous avons disputé en championnat. Ce sera difficile.

[IMG41981#R]Vous attendez-vous à un début de match serré entre deux équipes qui vont chercher à se jauger ou pensez-vous plutôt qu’il y aura du jeu d’entrée dans cette rencontre ?
Cela passera par du jeu mais je pense que cette finale va avant tout se jouer sur des détails. L’équipe qui va ouvrir le score va certainement prendre un ascendant psychologique par exemple. Il faudra rester solide tout au long de la partie et jouer à fond nos atouts offensifs. Le match sera très serré et très dur pour les deux équipes.

Est-il difficile d'aborder une finale de Coupe de la Ligue après une trêve internationale de deux semaines?
Non, au contraire, je pense que c’est positif car cela nous a permis de bien travailler, notamment sur un plan physique. De plus, nous avons fait un bon match amical face à Châteauroux (4-0). Cela nous a placé dans une bonne dynamique. C’est une bonne chose. Quand vous jouez une finale, il n’y a pas de soucis de motivation ou d’autres problèmes, bien au contraire. Nous avons eu deux semaines pour bien préparer cette finale, nous n’avons pas le droit de la rater.

Les joueurs qui ont déjà vécu une finale disent souvent qu’il ne faut pas jouer le match avant. Comment fait-on pour être concentré sur cet objectif et en même temps éviter de se mettre une pression inutile plusieurs jours auparavant ?
Sur un plan personnel, cela ne pose pas trop de problèmes car je ne joue jamais les matches avant. La pression monte quand je suis dans le bus et que nous partons en direction du stade. Chacun à son tempérament et son caractère et chacun gère l’avant match comme il l’entend. Il y a des joueurs qui pensent beaucoup au match qui va suivre, d’autres moins. Pour l’instant, j’y pense sans plus mais je pense que cela montera d’un cran quand nous partirons au vert vendredi soir. A partir de là, nous serons tous très concentrés sur cette finale.