masculins / Rennes - OL J-3

Juninho : "On a trouvé le bon équilibre"

Publié le 21 novembre 2007 à 18:14 par BV

Face à Marseille, Juninho a fêté son 200e match avec l’Olympique Lyonnais. « <i><b>Une joie et une fierté</i> </b>» confie-il, associant, modestement, à sa performance « la chance de n’avoir heureusement jamais eu de souci physique » depuis son arrivé à Lyon à l’intersaison 2001.

L’élongation à la cuisse qui le contraignit à renoncer à la Peace Cup l’été dernier aura pourtant lourdement pesé sur son début de saison 2007/2008. « J’ai eu du mal lors des premiers matchs, concède-t-il. Je n’étais pas au même niveau que les autres en raison de ma préparation ratée. J’ai également éprouvé des difficultés à m’adapter aux changements (tactiques). A partir de là, j’ai été moins patient. »

Trop souvent, et injustement, réduite à sa qualité de frappe sur coup de pied arrêté, depuis 6 ans, l’influence de "Juni" sur le jeu et les résultats du club est déterminante. Il est ainsi impliqué sur 137 des 317 buts inscrits en sa présence sur le terrain en Ligue 1, soit une moyenne de 43% (L’œuvre de Juninho en L1 ) !

Alors forcément, lorsque le Brésilien est un peu moins bien, c’est toute l’équipe lyonnaise qui tangue. Un renforcement physique, conjugué à un retour au 4 – 3 – 3, a remis l’OL et son maître à jouer à flot : «"Je me sens mieux. Ma saison est très bonne. Les clés de la réussite ? A partir de notre victoire à Bordeaux, on a réussi une série (7 victoires d’affilée). L’équipe est parvenue à trouver le bon équilibre, ce qu’elle n’avait pas su faire avant. On avait jusqu’alors surtout pensé à nos qualités techniques en omettant l’aspect défensif. On jouait trop, et oubliait de se replacer et donner un coup de main derrière. »

Après le succès 4 buts à 2 aux dépens de Stuttgart, Sidney Govou avait jugé son équipe « trop joueuse pour fermer la boutique ». « C’est à cause de l’âge, analyse Juninho. On a des joueurs très jeunes et très importants pour l’équipe comme Hatem Ben Arfa et Karim Benzema. Ils sont capables de tout faire avec un ballon. (…) Leur éclosion est le fruit du travail qu’a commencé Paul (Le Guen), poursuivi Gérard (Houllier) et que prolonge aujourd’hui le coach (Alain Perrin). Ce sont deux valeurs sûres. S’ils continuent comme cela, Karim (Benzema) a tout pour être le meilleur joueur du championnat et Hatem (Ben Arfa) devenir le meilleur à son poste. »
Cet été, le Brésilien avait, une fois de plus, déjà tout vu avant tout le monde en prenant fait et cause pour Ben Arfa. « Je suis très heureux pour lui, sourit-il. Le talent a toujours été là mais il y a eu du changement chez lui : de jeune, il est devenu homme. Il est beaucoup plus sérieux. Or quand tu es sérieux et que tu travailles bien, tu es presque sûr de réussir.»
Et quid de son compatriote auriverde Fred? "Pour l'instant, il n'est bien sûr pas à son niveau. J'ai connu ça. Il a besoin de temps de jeu pour retrouver le rythme. Il faut qu'il monte en puissance. J'espère qu'il va faire vite."

Samedi, face à Rennes, l’OL devra se relancer et renouer avec la victoire, deux semaines après une défaite « normale » face à Marseille. S’il reconnait que ce revers est « logique », Juninho laisse échapper une pointe de regrets : « c’est un match que l’on pouvait gagner. Face à une équipe en difficulté, on devait le gérer plus facilement. » Suffisant pour faire naître une once de doute ? « Non !… (Il se reprend) Il faut qu’il y ait un peu de doute car celui-ci fait progresser et oblige à être plus concentré. »

Une vigilance qui ne sera pas de trop samedi au Stade de la Route de Lorient, après deux semaines de trêve internationale. « On ne sait pas comment l’équipe va réagir, affirme Juni. On a souvent du mal contre Rennes, une équipe qui joue au ballon, qui peut gagner le championnat. Ils ont des joueurs talentueux, notamment au milieu de terrain. Wiltord apporte beaucoup mentalement car il ne pense qu’à gagner. Ils possèdent également le meilleur défenseur du championnat, John Mensah. Je ne comprends pas pourquoi ils n’espèrent pas aller au bout. Avec l’équipe qu’ils ont… ! »

Dans ces conditions, il reconnait que « gagner à Rennes serait un très bon résultat » mais prévient : « cette année, le championnat sera très difficile et risque d’être disputé jusqu’à la fin du mois de mai. A l’image de Nancy, certaines équipes n’ont pas opéré beaucoup de changements. Bordeaux réalise également de très bons matchs. » Pas question pour autant de déroger aux bonnes habitudes-maison : « une chose est sûre : nous allons disputer le titre. »
Sur le même thème