masculins / OL 2 - Olympiacos 1

Juninho rime avec plein de bonheur

Publié le 20 octobre 2005 à 14:33 par R.B

[IMG6789L]Son pied droit est une main terriblement adroite ; coup du pied, bout ou intérieur… peu importe. Le ballon devient une balle travaillée… prend de la vitesse, s'envole, retombe… au fond d'une cage ennemi avertie, pourtant depuis le temps, d'un danger immédiat ; sur la tête, un pied ami avertis d'une offrande immédiate. C'est <b>Juni</b>… buteur ; <b>Juni</b>… passeur. Le Juni des plus grands bonheurs...

Son pied droit est une main terriblement adroite ; coup du pied, bout ou intérieur… peu importe. Le ballon devient une balle travaillée… prend de la vitesse, s'envole, retombe… au fond d'une cage ennemi avertie, pourtant depuis le temps, d'un danger immédiat ; mais aussi sur la tête, un pied ami avertis d'une offrande immédiate. C'est Juni… buteur ; Juni… passeur. Le Juni des plus grands bonheurs. Le Juni bourreau de 37 gardiens de but différents.



Restreindre son champ d'action à ses coups de pattes magiques serait lui manquer de respect. Il y a aussi le Juno qui donne le tempo… celui qui fait l'ingrat boulot. Au fil du temps, en étant replacé au milieu, il est devenu un roi tout terrain. Avec lui, l'embarras se transforme en clarté ; l'à peu près en exactitude ; le médiocre en beau ; le perdu en succès, voire nuls.



Contre Olympiakos, il a inscrit son 55ème but sous le maillot lyonnais… son 9ème but européen… son 21ème coup franc… soit son 4ème en Champions League (16 en Championnat et un en Coupe de France). Il reste sur 3 buts de rang (Rennes, Ajaccio et Olympiakos). Face aux Grecs, il a délivré une nouvelle passe décisive, sa 9ème en Coupes Européennes (Fenerbahce x 2, Real, Manchester, Olympiakos, Celtic, Inter, Barcelone, Liberec). 55 buts pour 54 matchs sans défaite. Seul son pénalty à Lille (championnat) la saison dernière étant synonyme de défaite. 55 buts en un peu plus de 4 saisons lyonnaises, on peut penser avec raison qu'il peut dépasser le grand Sonny en terme de buts marqués et pour quoi pas atteindre… et franchir la barre des 100. Juninho est déjà entré dans la légende OL… il n'a pas fini de l'embellir.



R.B

Sur le même thème