masculins / OL - Manchester J-2

Karim Benzema : "On ne doute pas"

Publié le 18 février 2008 à 20:37 par BV

On a déjà connu des analyses de rencontres plus agréables à faire, des entre deux matchs moins agités. A 20 ans, Karim Benzema ne recule pourtant pas au moment de revenir sur la défaite de l'OL au Mans, sur l’une des plus mauvaises prestations offertes par les Lyonnais depuis le début de la saison. L'international français n’est pas du genre à louvoyer. « On n’a pas le droit de perdre comme ça, constate-t-il. On n’était pas dans le tempo, on s’est fait bouger et on n’a pas su réagir. Dans la tête, on n’a pas été à la hauteur. Mais ce n’est pas arrivé qu’au Mans, c’était déjà le cas par exemple à Croix-de -Savoie. Avant Stuttgart, on avait retrouvé l’envie de gagner des duels, on l’a aujourd’hui perdue. On espère que cela va vite revenir. »

Entré en jeu à la 64e minute face au MUC 72, l'attaquant rhodanien n’a pu inverser le cours d’une rencontre que les Lyonnais ont manquée dans les grandes largeurs, ne tirant au but qu’à 7 reprises, soit leur plus faible total de la saison après la défaite à Barcelone (6). A quatre jours de la réception de Manchester United en huitièmes de finale de la Ligue des Champions, l’instant est pour le moins mal choisi. Suffisamment mal venu en tout cas pour inciter le président lyonnais, Jean-Michel Aulas, à rappeler à ses joueurs, dans les vestiaires de Léon-Bollée, l’impérieuse nécessité de se ressaisir. « Le président n’était pas content d’une part parce que l’on a perdu ce match, d’autre part parce que l’on n’a pas vu le vrai OL. Aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre, confie Benzema. Mercredi, on va voir si on a vraiment envie de se qualifier ou si l’on veut juste jouer un match de Ligue des Champions ».

[IMG42680#R]Si le rythme actuel des Olympiens en championnat n’incite guère à un optimisme démesuré (depuis la reprise, l’OL affiche une moyenne de 1,66 point par match), les champions de France peuvent faire valoir leur capacité à hausser leur niveau de jeu lorsqu'ils sont au pied du mur, comme ce fut le cas face à Stuttgart (2 – 0 et 4 – 2) et à Glasgow (3 – 0). « C’est un match « super » important mais il n’y a pas d’inquiétude ; c’est un gros match et on aime les gros matchs. (…) Nous, on ne doute pas, même si tout le monde voudrait dire que cela ne va pas. Ce match vient au bon moment. Si on gagne, cela va faire taire tous ceux qui disent que cela va mal » déclare le buteur rhodanien qui, lucide, reconnait que les Lyonnais vont disputer, mercredi, bien plus qu’une simple rencontre de Ligue des Champions, un de ces matchs « à bascule » qui font verser une saison du bon ou du mauvais coté : « C’est un match à hauts risques. Si on perd, cela deviendra grave. A nous donc de tout faire pour ne pas perdre cette rencontre. »

[IMG42636#L]Lapalissade footballistique : le plus sûr moyen de ne pas perdre est encore de ne pas encaisser de but. Problème : cette saison, les Mancuniens n’ont pas trouvé le chemin des filets que trois fois et ont toujours marqué en Ligue des Champions. « C’est une grande équipe qui inscrit à chaque fois 4 ou 5 buts par match. On va s’occuper de nous et essayer de les gêner au maximum. L’essentiel est de ne pas prendre de but à Gerland (…) 0 à 0 serait un très bon résultat pour nous », juge Karim Benzema. Les Lyonnais en sont-ils capables, eux qui ont encaissé cette saison au moins deux buts lors de chacune de leurs rencontres à domicile en Ligue des Champions ? « Oui, assure l’attaquant olympien. Sinon, cela ne sert à rien de disputer la Ligue des Champions ». Avec ou sans Cris qui a fait part de son souhait de renouer avec la compétition à l’occasion de la réception de « Man U » mercredi ? « Cris est un grand défenseur. Personnellement, je souhaite qu?il revienne rapidement », dit-il.

Dans l’insouciance et la jeunesse de son attaque réside peut-être le salut du leader de la Ligue 1. « Je n’ai pas de pression, j’aime jouer ce genre de matchs, confie Benzema. Il y a beaucoup d’attente autour de moi. A moi de faire un gros match, de faire la différence pour mon club (…) J’ai parlé de Manchester avec Claude Makélélé et Nicolas Anelka. Ils m’ont dit qu’à l’extérieur, les Mancuniens attaquaient beaucoup et laissaient des possibilités de contres. A nous de placer des contres, de marquer des buts le plus rapidement possible ».
Sur le même thème