masculins / Caen - OL J-2

Kim Källström : « Il faut très vite inverser la tendance »

Publié le 18 décembre 2008 à 14:45 par BV

La première moitié de la saison prend fin samedi à Caen. Tout en reconnaissant que l’OL « est actuellement dans une moins bonne passe », Kim Källström insiste sur la nécessité de « ne pas trop y réfléchir » : « il faut être relâché dans la tête pour mieux s’exprimer sur le terrain. »

Demain aura lieu le tirage au sort de la Ligue des Champions. Quelle équipe souhaiteriez-vous éviter ?
Si on peut éviter le Barça et Manchester United, ce serait pas mal. Barcelone semble actuellement très fort quant à Manchester, on l’a déjà joué la saison dernière, on aimerait bien connaitre autre chose. Mais à ce stade de la compétition, il n’y a que des grosses équipes.

Aimeriez-vous tomber sur le Panathinaïkos ?
On aurait certes une vraie possibilité de passer mais il faut rappeler que le « Pana » a terminé en tête de son groupe devant l’Inter, et est allé s’imposer à Milan. De plus, aller jouer en Grèce n’est jamais évident.

Samedi, l’OL se déplace à Caen. Quelle importance revêt cette rencontre ?
Il s’agit d’un match hyper important car on est actuellement dans une moins bonne passe. On reste sur 4 matches sans victoire, il faut très vite inverser la tendance. Il nous reste un match afin de terminer sur une bonne note. Avec trois points d’avance à la trêve et une qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, le bilan de la première moitié de la saison serait positif. On joue donc beaucoup de choses sur cette rencontre. Histoire de rentrer chez soi avec le sourire. En tous cas, la trêve va faire beaucoup de bien à tout le monde.

Le jeu développé par l’Olympique Lyonnais est actuellement peu flamboyant. Comment l’expliquez-vous ?
Actuellement, on ne crée pas du beau football, on a un peu de mal ces derniers temps. On a certes été costauds défensivement, on a bien contré nos adversaires, mais on n’arrive pas à exprimer notre jeu. Je n’ai pas vraiment de réponse à cela. On a fait pas mal de bonnes secondes périodes mais nos premières ont été moins réussies. L’année prochaine, on devra éviter d’être menés 2 buts à 0 à la mi-temps ; cela nous permet de montrer notre bon état d’esprit mais c’est ensuite dur à rattraper.

Comment expliquez-vous vos difficultés actuelles à marquer ?
Benzema est un gros atout offensif, il apporte beaucoup devant. Quand il ne joue pas, c’est un peu plus difficile. On connait actuellement un passage difficile, on n’arrive pas à construire du jeu, on a pas mal de déchets techniques dans la construction. On a aussi joué pas mal de matches à Gerland sur un terrain difficile. Mais il ne faut pas trop y réfléchir, on est toujours premiers. Si on commence à se poser trop de questions, ça va être compliqué. Il faut être relâché dans la tête pour mieux s’exprimer sur le terrain.

A Caen, en raison de la suspension de Fabio Grosso, vous pourriez évoluer au poste de latéral gauche. Qu’est ce que cela vous inspire ?
En raison des blessures, on n’a, en ce moment, pas beaucoup de défenseurs valides. C’est pourquoi un joueur pourrait jouer à un poste qui ne lui est pas habituel. Si c’est à moi d’évoluer à ce poste, j’essaierai de faire de mon mieux même si c’est un peu délicat de jouer sur un coté. Comme à chaque fois, le coach fait ses choix et je m’y plie.

Comment jugez-vous votre première partie de saison ?
Elle fut bonne. Durant la préparation estivale, tout le monde disait que je ne jouerais pas beaucoup, que je serais obligé de partir, mais j’ai finalement disputé pas mal de matches, dans une équipe qui joue le haut du tableau, évolue sur le devant de la scène européenne. Le coach pratiquant le turnover, j’ai eu pas mal d’occasions de jouer.