masculins / Rennes - OL J-2

Kim Källström : "Tout le monde peut nous battre"

Publié le 02 novembre 2006 à 19:11 par BV

L'ancien Rennais Kim Källström retrouvera samedi ses anciens coéquipiers. Il évoque ses souvenirs de Bretagne, son compatriote Erik Edman et analyse son évolution personnelle depuis son arrivée entre Rhône et Saône.

Kim, samedi, ce sera une rencontre particulière pour vous puisque vous allez rencontrer votre ancien club, Rennes.
C’est avant tout un match de football que nous allons essayer de gagner. J’éprouverai peut-être des sentiments particuliers même si je n’y crois pas trop. Ce sera la toute première fois de ma carrière que je reviendrai dans un de mes anciens clubs. Je ne sais pas comment cela va se passer. Pour l’instant, je ne ressens rien de particulier.

Quels souvenirs gardez-vous de vos saisons à Rennes ?
J’en conserve de très bons souvenirs. Nous avions réalisé de très bons matchs et terminé 4e du championnat. J’ai pris beaucoup de plaisir à y évoluer mais cela fait désormais partie de l’histoire. Je me concentre maintenant à 100% sur l’Olympique Lyonnais. Je retourne à Rennes comme un adversaire.

Avez-vous gardé des contacts avec certains de vos anciens coéquipiers ?
Oui. Surtout avec le suédois (Erik Edman). C’est un très bon défenseur, avec beaucoup d’expérience. Il joue très bien les un contre uns. Il apporte beaucoup offensivement car il a un très bon pied gauche.

A quel accueil vous attendez-vous ?
On va voir. Je ne sais pas. Je n’y ai pas trop pensé. C’est un beau stade avec un beau public. Cela fait toujours plaisir d’y évoluer même lorsqu’on s’y rend comme adversaire. Lorsque j’y évoluais, nous étions constamment soutenus par le public car nous tentions toujours de marquer. Les matchs à domicile étaient « extras ». C’était catastrophique à l’extérieur. Nous étions donc contraints de prendre plus de plaisir à la maison.

L’an passé, vous étiez venus battre l’OL à Gerland. Vous en souvenez vous ?
Bien sûr. Cela reste un très bon souvenir. Cela avait été un « match-référence ». Nous l’avions emporté 4 à 1 après avoir largement mérité la victoire. Cela démontre que battre l’OL est possible, même à Gerland.

Il y a eu beaucoup de changements dans ce groupe Rennais. Que pensez-vous de leur parcours cette saison ?
C’est moins bon que ce qu’ils espéraient. Ils défendent bien mais marquent moins de buts. Lorsque j’y étais, c’était tout l’inverse : nous encaissions beaucoup de buts mais nous en marquions pas mal. Nous avions alors l’une des meilleures attaques de la Ligue 1.

Pensez-vous mieux jouer depuis votre arrivée à Lyon ?
Oui. Je crois avoir progressé. Je m’entraîne tous les jours et j’évolue en match avec de très bons joueurs. Le niveau de l’OL est un plus élevé que celui de Rennes. Avec le Stade Rennais, lorsque nous allions à Marseille, nous cherchions avant tout à défendre afin de garder le 0 à 0 avec l’espoir de marquer un but sur une contre attaque. Avec l’OL, on y va pour gagner, pour faire le jeu. Cela me permet de progresser. C’est en effet facile de jouer avec tous ces bons joueurs.

Quelle est pour l’instant l’équipe qui vous a posé le plus de difficultés ?
Nancy. Lors de notre dernière rencontre de championnat, ils ont très bien défendu. Il s’agit d’une équipe solide et dure à jouer. Ils n’ont certes pas marqué beaucoup de buts mais n’en ont pas encaissé beaucoup non plus. C’est une équipe très équilibrée.

Tant au niveau national qu'au niveau européen, vous semblez irrésistibles. Qui donc peut vous battre ?
Tout le monde. Si on ne se prépare pas de la meilleure des manières et si on n’est pas présents mentalement, tout le monde peut nous battre. C'est ce qui est sympa dans le football : tout le monde peut battre tout le monde. Si l’espoir des petites équipes de pouvoir battre la grande équipe n'existait pas, le football manquerait de charme.
Sur le même thème