masculins / OL 3 - Lens 0

Kim Källström : "Un bon message envoyé"

Publié le 30 septembre 2007 à 13:44 par BV

Auteur du deuxième but des Lyonnais face à Lens, Källström revient sur le succès des champions de France et évoque leur rencontre de Champions League face aux Rangers mardi : "si on ne gagne pas, on sera dans une position très, très, difficile".

Quel jugement portez vous sur la rencontre de samedi face à Lens (victoire de l’OL 3 buts à 0) ?
Ce fut un bon match contre une équipe qui était venue pour défendre. La situation était difficile à débloquer mais après le premier but, ça s’est très bien passé. On a pu inscrire les second et troisième buts qui nous ont libérés. Ils se sont procuré une occasion en début de match. S’il l’avait mise au fond, on aurait peut-être connu le même scénario que contre Lille mais ils n’y sont pas parvenus et on a bien réagi par la suite.

Sentez-vous que l’équipe en progrès ?
Oui. On joue de mieux en mieux. Contre Lille, on méritait un meilleur résultat car au niveau du jeu, ce fut très intéressant. On a pas mal de nouveaux joueurs. On apprend à se connaitre, à comprendre ce que veut le staff. Il est normal que l’on progresse petit à petit. Les gens comparent nos résultats avec le parcours que nous avons réalisé l’année dernière. Durant six mois, dans tous les compartiments du jeu, ce fut exceptionnel. C’est donc une comparaison injuste. On construit quelque chose de nouveau. L’OL est la plus grande équipe de France. Il est normal que l’on attende beaucoup de nous. On est toujours plus exigeant avec le numéro un. Mais il faut toujours ramener les objectifs à l’équipe actuelle et non à la précédente. Le plus important demeure le résultat. C’est ce qui permet d’avancer. Ensuite, on essaie de développer le plus beau jeu possible, avec du mouvement.

Vous sentez-vous libérés après avoir repris la tête de la Ligue 1 ?
La Ligue 1 est notre objectif. Pour la gagner, il faut rester premiers. C’est un bon message que l’on envoie à tout le monde : on est là. On est revenus en tête et on espère y demeurer le plus longtemps possible. Pour préparer un match de Ligue des Champions, il n’existe pas de meilleure préparation que de gagner la rencontre qui précède. Toutefois, on n’oublie pas qu’avant Barcelone, on avait déjà fait un bon match… Mais chaque match a sa vie.

Dans quel état d’esprit êtes-vous avant de recevoir les Rangers mardi ?
On est dans les meilleures dispositions possibles. A l’exception de notre match nul contre Lille, on reste sur une bonne série en championnat. En termes de la confiance, il n’y a donc pas de souci : on est très bien. La rencontre face à Glasgow est très importante. On ne peut pas dire que si on perd c’est terminé mais si on ne gagne pas, on sera dans une position très, très difficile.

L’objectif est désormais de vite effacer le mauvais souvenir de Barcelone et de rentrer de plain-pied dans la compétition ?
Le souvenir de Barcelone est déjà effacé. Par la suite, il y a eu le match face à Lille. Jouer un match tous les trois jours est une bonne chose car, en cas de mauvais résultat, on a la possibilité de l’effacer tout de suite après. On entre désormais dans une nouvelle compétition. Barcelone est l’équipe la plus forte du groupe. Derrière, la qualification va se jouer entre les trois autres équipes. Il faudra donc gagner à la maison. On va tout faire pour mais il y a les aléas du foot. Ce n’est pas parce que l’on fera un bon match que l’on gagnera. En football, tout est possible. Le football n’est pas toujours logique.

Y a-t-il du stress à l’approche de ce rendez vous ?
Non. La pression est là bien sûr mais on est tous habitués à jouer avec. Mardi, il y en aura un peu plus mais on sait qu’il faudra tout donner pour sortir du terrain sans regrets.

A quel type d’opposition vous attendez-vous ?
C’est une équipe britannique qui joue beaucoup avec son cœur. De plus, c’est un match de Ligue des Champions. Ce sera donc intense avec beaucoup de contacts et beaucoup d’envie. Il faut avant tout y répondre. Techniquement, on est meilleurs. On va donc chercher à faire circuler le ballon, à les faire courir. Il faudra vraiment être réaliste devant car en Ligue des Champions, on n’a pas beaucoup d’occasions de buts. Quand on en a une, il faut la mettre au fond.
Sur le même thème