feminines / Mondial 2015

« L’équipe de France parmi les favoris »

Publié le 05 juin 2015 à 14:20 par OT

À la veille du lancement de la Coupe du Monde au Canada, l’entraîneur de l’OL féminin Gérard Prêcheur fait le point sur l’actualité internationale, et celle de son équipe.

Gérard, comment t’apprêtes-tu à suivre cette Coupe du Monde ?
Malheureusement, je ne serai pas sur place. Je vais donc suivre cela à Lyon, à la télé. L’avantage est que je pourrai voir plus de matchs mais l’observation n’est pas la même sur un petit écran. Pour la première fois, 24 nations seront représentées donc les meilleures joueuses seront présentes. J’attends un spectacle de grande qualité pour la promotion du football féminin.

Quel sera ton œil sur tes joueuses ?
Je serai forcément très attentif à la prestation des joueuses qui feront partie de notre effectif la saison prochaine. Ce qui leur est demandé en sélection ne correspond pas forcément aux orientations mises en place à l’OL féminin. Il y a donc une part d’inconnu en ce qui concerne leurs prestations. Concernant les nouvelles, Claire Lavogez et Griedge Mbock sont encore des espoirs qui doivent confirmer. Il sera intéressant de voir quelle place elles peuvent avoir en équipe de France. Pauline Bremer a peut-être une opportunité de jouer avec l’Allemagne après le forfait d’Alushi. À voir.

Quelles sont, selon toi, les chances de la France d’aller au bout ?
Je place l’équipe de France parmi les favoris. Même s’il faut relativiser, ce qu’elles ont démontré en préparation prouvent qu’elles ont le potentiel pour être sacrées Championnes du Monde. Il y a de l’expérience, de la maturité, certaines vont sûrement disputer leur dernière Coupe du Monde. Après, les Etats-Unis me paraissent aussi très fortes. Et si la logique est respectée, il pourrait y avoir un France – Allemagne déterminant en quarts de finale. On sait que ces matchs ne sont jamais faciles à gagner. Je pense que la Suède a également une carte à jouer avec des joueuses expérimentées comme Fischer, Seger, Asllani, Schelin, et Jakobsson.

Que penses-tu de la polémique autour des terrains synthétiques ?
En termes d’éthique, je trouve cela discriminatoire. Jamais une Coupe du Monde masculine ne se jouera sur des terrains synthétiques. Après, je pense que le Canada, qui est une grande nation de football féminin, mérite de recevoir une telle compétition. Et je ne suis pas certain qu’elle puisse le faire sur des terrains naturels. Je suis tout de même inquiet pour les joueuses qui ont des problèmes aux articulations. Elles peuvent potentiellement disputer 7 rencontres sur synthétique, sans parler de la préparation qui a été faite sur cette surface.

Pour revenir à l’OL, es-tu satisfait du recrutement effectué ?
Oui car nous faisons venir 4 joueuses, ce qui n’était pas gagné d’avance connaissant le contexte économique. Lavogez, Mbock, et Bremer sont de jeunes espoirs qui doivent confirmer au niveau international. Cela s’inscrit dans la politique du club. D’un autre côté, nous perdons aussi Elise Bussaglia et surtout Lara Dickenmann qui sont des joueuses expérimentées et qui ont l’habitude de jouer la Ligue des Champions. Je regrette aussi que nous ne recrutions qu’un seul défenseur de métier.

Comment va se passer la reprise ?
En deux temps. Celles qui ne disputent pas la Coupe du Monde ou qui partiront avant les demi-finales reprendront le 21 juillet. Les autres le 30 juillet. Nous devrions avoir un match amical contre Nîmes le 8 août. Ensuite, j’espère effectuer un stage à Crans-Montana avec la Valais Cup du 10 au 16 août, mais tout n’est pas encore réglé. Puis nous envisageons de rencontrer Montpellier et Wolsbourg en amical avant la reprise de la compétition.

Sur le même thème