masculins / Communiqu�u club

L’O.L. n’a jamais voulu se « payer » le L.O.U.

Publié le 29 septembre 2004 à 18:55 par O.B

Dans son édition d'aujourd'hui mercredi 29 septembre, le quotidien Le Progrès présente de façon tronquée le mode de collaboration envisagée il y a quelques années entre l'O.L. et le L.O.U..



Cette version mérite les simples précisions suivantes :



Il n'a jamais été question que l'O.L. « se paye » le L.O.U.



Le L.O.U. a régulièrement sollicité une aide de l'O.L. qui n'a pas eu d'intérêt pour cette proposition de la part d'un club qui a connu d'importantes difficultés financières l'ayant conduit à repartir de zéro, tant sur le plan sportif que financier.



D'une façon générale, le rugby français qui attire énormément de monde avec l'équipe nationale n'a pas encore réussi à trouver la même dynamique pour son championnat qui puisse le comparer à d'autres sports et en particulier le football.



Dans le cas particulier du L.O.U., l'O.L. espère que, compte tenu des moyens importants mis en œuvre, le club lyonnais pourra accéder au Top 16. Si à ce moment là ses dirigeants et Thierry Braillard sont toujours demandeurs, le Conseil d'Administration de l'O.L. réétudiera le sujet, en particulier pour voir si il y a des synergies possibles en terme de billetterie ou de merchandising. Christophe Comparat qui accompagne le Président Cadario au sein de la structure commerciale du LOU est le trait d'union avec l'O.L. dont il est membre du Conseil d ‘Administration.



Pour l'instant il est donc trop tôt puisque le L.O.U. est toujours en Pro D2 et qu'à titre comparatif il attire 1 800 spectateurs pour la venue de Dax pendant que Gerland est complet pour Monaco.



C'est donc bien le L.O.U. qui a sollicité une participation financière de l'O.L. et non pas l'inverse.



En aucun cas l'O.L., ou Jean-Michel Aulas, n'a voulu acheter le club de rugby, et encore moins « se le payer » comme croit bon de l'écrire Le Progrès avec un singulier manque de respect, aussi bien pour l'acheteur virtuel que pour l‘acheté potentiel.



La Ville de Lyon et Thierry Braillard ont demandé que l'O.L. aide le VHA et le F.C.L.



Par ailleurs, dans le cadre des très bonnes relations avec la Mairie, l'O.L. a accepté de donner un coup de main à d'autres clubs de l'agglomération évoluant dans leur élite, en particulier lorsque l'adjoint aux sports Thierry Braillard l'a demandé.



L'O.L. a ainsi accompagné le VHA au cours de ses deux saisons en National 1 de handball, et depuis cet été, la section de football féminin du F.C.L. qui a intégré la section amateur de l'O.L..



L'O.L., et le L.O.U., Jean-Michel Aulas et le rugby



L'O.L. suit et encourage le L.O.U.. C'est avec plaisir que l'O.L. a par exemple mis son bus à disposition du L.O.U. pour aller affronter Arras il y a deux ans dans un match décisif pour la montée en Pro D2. Il existe également une bonne collaboration avec O.L. Voyages qui a su faire les facilités nécessaires au L.O.U. en temps voulu.



De son côté, Jean-Michel Aulas est un fervent amateur de rugby qu'il suit avec un grand intérêt depuis des années, que ce soit l'élite du championnat avec le Top 16 ou l'équipe de France à travers les matches du tournoi ou de la Coupe du Monde, comme ce fut le cas en Angleterre et au Pays de Galles.



Il apprécie le jeu et les hommes, comme le sélectionneur national Bernard Laporte ou le Président du Stade Toulousain René Bouscatel qu'il rencontre avec plaisir chaque fois que cela est possible pour faire progresser le spot d'élite en France