masculins / Guingamp 2 - OL 0

L\'OL n'y était pas...

Publié le 30 août 2003 à 10:15

Fraîchement débarqué dans le Rhône, Giovane Elber, espérait sans doute une toute autre issue pour ces débuts dans le championnat de France. Mais l'OL et son Brésilien, auteur de quelques gestes prometteurs, ne sont jamais parvenus à prendre en défaut une solide et très réaliste équipe guingampaise. Malgré une première demi-heure plutôt convaincante, les Gones ont ensuite sombré en moins de six minutes. Rageant...



Avec un nouvel attaquant, et pas n'importe lequel, dans son effectif, Paul Le Guen décidait au coup d'envoi d'aligner une composition d'équipe quelque peu inhabituelle avec deux joueurs aux avant-posts: Elber, donc, et Luyindula. Et après un bon coup franc d'Edmilson dévié in extremis par Le Crom au ras de son poteau (5'), le Brésilien ne tardait pas à démontrer l'une des multiples facettes de son immense talent en effectuant un spectaculaire ciseau retourné, qui passait néanmoins assez largement au-dessus (8'). L'ex-Munichois semblait donc déjà dans le bon tempo, et à vrai dire c'est l'ensemble de l'équipe olympienne qui était partie sur de bonnes bases.



Malgré plusieurs centres dangereux de la part des Bretons, sur lesquels Coupet se montrait impeccable à chaque fois, l'OL, en effet, monopolisait le ballon et posait pas mal de difficultés aux défenseurs adverses. Luyindula affolait ainsi à plusieurs reprises l'arrière garde bretonne et n'était pas loin de trouver l'ouverture profitant d'une fausse piste d'Elber pour s'engouffrer entre deux défenseurs, ce qui contraignait Laspalles à commettre la faute à l'extrême limite de la surface (20'). Malheureusement le coup franc, tiré par Edmilson, ne donnait rien, mais l'OL était visiblement bien en place et on ne voyait pas trop comment les Guingampais pouvaient parvenir à contester cette domination. D'autant que l'OL accélérait encore, à l'image de cette ouverture parfaite de Luyindula pour Malouda qui se retrouvait en excellente positon face à Le Crom, mais le portier breton repoussait la tentative de son ex-coéquipier (28').

Tout allait donc plutôt bien pour les Gones, même si l'inefficacité affichée se révélait quelque peu inquiétante, une semaine seulement après avoir concédé un triste 0-0 face à Toulouse. Et forcément, dans ces cas là, personne n'est à l'abri d'une mauvaise surprise. Pas même des Champions de France nettement dominateurs durant toute la première demi-heure. En moins de six minutes, l'OL allait ainsi complètement prendre l'eau... Sur un contre breton, Dagano ouvrait tout d'abord le score, en reprenant un ballon mal repoussé par Coupet puis Edmilson (33'). Les Lyonnais n'avaient ensuite même pas le temps de comprendre ce qui leur tombait sur la tête que déjà Fuentes doublait la mise, à la suite d'une frappe déviée par Caçapa dans ses filets (39'). Le coup était dur, très dur pour l'OL qui ne méritait certainement pas cela mais qui devait s'agenouiller devant l'extrême réalisme des hommes de Bertrand Marchand. Et c'était donc quelque peu contre le cours du jeu que les Guingampais regagnaient les vestiaires avec un bel avantage en leur faveur.



Les Gones avaient désormais 45 minutes pour tenter de se remettre de ce coup du sort. Mais ils semblaient éprouver les pires difficultés à retrouver de leur sérénité, même si Elber n'était pas loin de profiter d'une erreur de Le Crom pour réduire la marque (48'). La suite n'était en effet guère emballante côté rhodanien. Paul Le Guen décidait alors de remanier son équipe en incorporant Carrière à la place d'un Essien qui ne s'était guère montré à son avantage (60'). Et conséquence ou pas, l'OL allait soudainement sortir de de sa torpeur. Ainsi en moins de trois minutes, les Olympiens se créaient trois énormes occasions. Malouda, tout d'abord, bien alerté par Dhorasoo, se retrouvait seul devant Le Crom mais perdait de nouveau son duel, tandis qu'Elber, à l'affût, ne parvenait pas à reprendre (65'). Caçapa, ensuite, sur le corner qui s'en suivait, plaçait un tir au ras de poteau que Le Crom réussissait à repousser sur... Luyindula, qui ne trouvait alors que le petit filet (66'). Carrière enfin, héritant, au deuxième poteau, d'un bon centre de Malouda enchaînait contrôle et frappe, mais le portier breton s'interposait encore (68'). Il y avait du mieux, c'est sûr, côté olympien, mais ces trois occasions manquées scellaient presque inexorablement leurs espoirs de revenir dans le match.

Et effectivement, malgré un joli mouvement d'Elber qui tentait de lober Le Crom après s'être parfaitement emmené le ballon (78'), puis une ultime tentative de Carrière, consécutif à un une-deux bien exécuté avec Dhorasoo (80'), l'OL devait rendre les armes face aux irréductibles Bretons, qui étaient même tout proches d'enfoncer le clou dans les derniers instants de la partie. Sept jours après avoir laisser échapper deux points à Gerland face à Toulouse et au terme d'une semaine particulièrement mouvementée, l'OL trébuche donc pour la deuxième fois de la saison. Les hommes de Paul Le Guen disposent désormais de deux semaines pour se remettre au travail en espérant rectifier le tir face à Auxerre. En attendant, l'opération de ce soir pourrait bien se révéler assez ennuyeuse au classement...







T.L.
Sur le même thème