masculins / Peace Cup

La belle histoire de Jung Jae

Publié le 17 juillet 2005 à 16:04 par R.B

La délégation lyonnaise est suivie depuis son arrivée à Séoul par un service de sécurité et par des agents de liaisons. Sans oublier Heo qui supervise l'ensemble. Discrets dans leur présence permanente, serviables, prévenants, respectueux, il est facile et agréable de sympathiser avec eux. Le jeune Jung Jae va avoir 21 ans dans quelques mois. Il est né à Yeosu, à côté de Séoul. Il parle le Français couramment et pour cause, il fait ses études en France, à Nice. Une belle histoire à narrer.



" Mon papa est journaliste. A l'âge de 8 ans nous sommes allés vivre au Khazakstan et nous y sommes restés 5 ans. Ensuite nous avons vécu à Nice. Mes parents sont repartis à Seoul et moi je suis resté ici pour poursuivre mes études. Je vais entrer en seconde année d'économie et gestion à la Fac. Je reviens 1 fois par an en Corée pour voir la famille, les amis... " Comment s'est-il retrouvé dans l'organisation de cette Peace Cup ? "Pour travailler, acquérir de l'expérience et parce que j'aime bien le foot et le sport en général. J'ai passé une audition et on m'a engagé. Je suis agent de liaison entre l'organisation et les joueurs. Nous les suivons partout et nous devons répondre à leurs attentes et voir si tout est ok. C'est sympa ; les joueurs sont agréables et nous, nous n'avons pas la pression pour travailler."



[IMG36015#W]



Jung Jae adore le sport et le pratique. "Je fais de la boxe thaïlandaise après avoir pratiqué le taekwondo. J'ai été champion de la région PACA. Les sports collectifs ? J'ai essayé, mais comme j'étais quelqu'un qui s'énervait vite, j'ai préféré le sport individuel et les arts martiaux. Cela te permet d'entretenir le corps et l'esprit. Maintenant je me sens bien. Cela m' a changé."



Lui qui connaît les 2 cultures, coréennes et européennes, il peut parler des diff�rences. "La plus grande différence, c'est dans la notion de respect. En Corée, elle est omniprésente. Si par exemple, tu es plus jeune que quelqu'un de 1 ou 2 années, tu dois l'écouter. Le grand parle... Le petit écoute. Tu appelles ton aîné grand frère ou grande soeur. En Europe, c'est complètement différent à ce niveau. Mais en revanche, tu peux plus facilement échanger avec les gens. Moi, j'ai gardé cette notion de respect. Quand je vois ce qui se passe parfois à l'école ou dans la rue, cela me fait toujours bizarre. Le Khazakstan ? C'était bien. Les gens, mêmes pauvres, étaient comme des frères. C'est dommage, quand tu changes de vie, car tu perds tes amis? Avec ses voyages, il parle 4 langues : le Coréen, le Russe, l'Anglais et le Français. "J'ai perdu un peu en Russe. C'est normal quand tu ne pratiques pas régulièrement."



2, 3 années encore à la FAC, avant de faire une école de commerce, le tout sans aide financière si ce ne sont les deniers familiaux. "Après je travaillerais dans le commerce, mais avant j'ai mes 2 ans d'armée à accomplir. Le travail plus tard ? Avec un diplôme européen, ou américain, tu trouves immédiatement du travail en Corée du Sud ? Une soeur et un frère. Le frère travaille chez LG ; la soeur habite ?Lyon, où elle fait le conservatoire (piano) en étant entrée première du concours. Une belle histoire Jung Jae ? "Les gens me disent que j'ai de la chance ; moi je ne m'en rends pas trop compte..."



Notre agent de liaison sera de retour en France début août pour aller voir notamment sa soeur à Lyon. Il nous a promis de passer au siège de l'OL. Une belle rencontre.



R.B