masculins / Le coin des filles

La cerise sur le gâteau…

Publié le 18 novembre 2008 à 05:00 par OT

Les joueuses de l’OL accueillent le CF Bardolino Vérone ce soir à 19h au stade de Gerland. Après avoir remporté le ¼ de finale aller en Italie 5-0, les Lyonnaises tenteront d’offrir un dernier match de gala à leur public avant la trêve.

En 2008, l’année européenne de l’OL féminin commença par une frustrante élimination en ½ finale de la Coupe d’Europe. Face aux Suédoises de Umea et pour leur première participation, les championnes de France furent loin d’être ridicules. A l’issue d’une double confrontation sans vainqueur ni à l’aller ni au retour, les Lyonnaises s’inclinaient finalement à cause du but concédé à la star brésilienne Marta sur la pelouse de Gerland. La nordique mésaventure n’a pourtant pas refroidi les ardeurs olympiennes. A l’aube de disputer leur dernier match en 2008, les joueuses de Farid Benstiti sont déjà pratiquement qualifiées pour les ½ finales de la compétition. Cette fois-ci, il s’agit de tout sauf d’une surprise.

Cette saison, le groupe féminin de l’OL s’est affiné. Son potentiel offensif a considérablement évolué grâce à l’arrivée de la Suédoise Lotta Schelin et au retour en grande forme de la Brésilienne Katia. Déjà 25 buts depuis le début de saison pour la paire que l’on pourrait comparer au duo Benzema-Fred chez les hommes. Mais on aurait tort de limiter les qualités lyonnaises au talent de ses deux attaquantes. D’abord parce que les autres joueuses offensives de l’effectif à savoir Sandrine Bretigny, Elodie Thomis, Camille Abily et Louisa Necib ont déjà toutes marqué au moins une fois en Coupe d’Europe. Ensuite parce que rigueur et maturité défensive font aussi partie des atouts de cette équipe forgée pour rivaliser avec les plus grands noms de l’Europe du football féminin.

Il y a deux semaines à Vérone, le CF Bardolino n’a pas vraiment tenu la comparaison. La perméabilité défensive et l’impuissance offensive des championnes d’Italie pourtant elles aussi ½ finalistes de la dernière épreuve ont fait le bonheur des Lyonnaises. Si la qualification semble d’ors et déjà acquise, le match de ce soir ne manquera pourtant pas d’enjeu. Le premier sera d’envoyer un message clair au prochain adversaire Duisbourg, le second de poursuivre la campagne de séduction auprès du public lyonnais. Faute de proposer un match au suspens haletant, la dernière sortie féminine de l’année risque fort d’être une nouvelle fois prolifique.