masculins / Metz - OL J-2

La conférence de presse d'Alain Perrin

Publié le 13 septembre 2007 à 20:02 par BV

Alain Perrin a retrouvé jeudi les joueurs lyonnais partis disputer des rencontres internationales avec leur sélection. L'entraîneur olympien revient sur la préparation de la rencontre à Metz, samedi à 20h.

Samedi, l’Olympique Lyonnais va affronter Metz. Comment prépare-t-on une telle rencontre sans les internationaux ?
On attend qu’ils rentrent déjà pour connaître leurs temps de jeu en sélections, afin d’adapter leur programme de récupération. C’est tout particulièrement le cas pour Milan Baros qui a beaucoup joué avec la République Tchèque (90 minutes contre l’Eire). Après, on a deux jours pour préparer un match, pour permettre aux joueurs de retrouver une concentration axée sur leur travail dans leur club. Derrière un break international, il est toujours difficile de relancer la machine. Cette coupure peut briser la dynamique qui était la nôtre et qui nous a vus monter en puissance. Sur nos derniers matchs, nous avons mis beaucoup de vaillance, de détermination, de combativité et de solidarité. Nous devons conserver ces valeurs morales en vue des prochaines échéances.

N’est-il pas justement difficile de remotiver les joueurs pour la rencontre de samedi contre Metz ?
Non. Chaque chose en son temps. Il y a tout d’abord un petit « sas » lors de la première journée. Ils récupèrent, retrouvent leurs marques avec leurs partenaires. On est contents de retrouver un vestiaire un peu plus complet. Et on va tranquillement monter en puissance d’ici à samedi.

L’envie est-elle grande de faire tourner, de privilégier ceux qui sont restés à Tola Vologe durant cette trêve ?
Bien évidemment. La semaine prochaine est chargée avec trois matchs. Il faudra tenir compte des temps de jeu pour pouvoir aligner une équipe qui conservera de la fraicheur. Car il faut toujours de la fraicheur mentale et physique. A partir des éléments que nous avons recueillis après les matchs internationaux, on prendra une décision concernant la composition de l’équipe.

Comment abordez-vous la rencontre face à Metz, comme une rencontre de préparation en vue du match de Ligue des Champions contre le Barça ?
On prend les matchs les uns après les autres. Il est certain qu’il vaut mieux, avant un gros match, fournir une grosse prestation pour le « capital-confiance ». Ce déplacement va nous permettre de retrouver le rythme de la compétition. On pratiquera notre jeu avec la volonté d’améliorer encore ce qui peut l’être. Metz sera un bon test de nos ambitions.

Y-a-t-il un point sur lequel vous allez insister avant la rencontre face à Metz ?
Le point précis c’est de bien se concentrer sur cette rencontre en Lorraine. Metz est une équipe qui presse. Il faudra donc être prêt mentalement. Dans notre course aux points, on n’est pas en avance. On sait que la Champions League peut-être perturbatrice car elle engendre de la fatigue. C’est la raison pour laquelle, dans un premier temps, on doit se concentrer sur le championnat. Il est important pour la confiance ainsi que pour le « capital-point » de demeurer bien concentrés sur cette rencontre. On devra être à notre niveau, à 100%.

Quel regard portez-vous sur le début de saison du FC Metz ?
Comme nous, ils ont été victimes de blessures de joueurs-clé. Ils ont fait tourner leur effectif qui est jeune. Mais pour avoir visionné leurs rencontres, je peux vous assurer que c’est une équipe capable de produire du jeu, qui a de l’enthousiasme, qui n’a rien à perdre en accueillant Lyon. C’est une équipe dangereuse, surtout à domicile.

Cette semaine a permis à Cleber Anderson et Hatem Ben Arfa de s’entraîner normalement. Où en sont-ils ?
Leur degré de récupération est différent. Hatem (Ben Arfa) souffrait d’une blessure de courte durée. Il est quasi opérationnel. Cleber Anderson devrait également apparaître dans le groupe dans la mesure où il a besoin d’y prendre ses marques. En tout cas, on sent qu’il commence à s’ouvrir, à comprendre le langage technique. On verra demain s’il a du jus pour débuter la rencontre ou figurer simplement sur le banc. Si on l’emmène à Metz, c’est qu’il est capable de jouer.

Fred a retrouvé les terrains d’entraînement. Où en est-il ?
Il continue à courir. Tout se passe bien. Il ne connait pas de problème particulier. Il reprend tout doucement. Il ne faut pas aller trop vite. Comme tous ses muscles n’ont pas travaillé depuis très longtemps, il faut faire attention à ne pas provoquer de problème musculaire.

Il évoquait il y a quelques semaines un retour durant le courant du mois de septembre. Est-ce une hypothèse envisageable ?
Fin septembre va tout de même arriver très vite. Disons plutôt entre la fin du mois de septembre et le début du mois d’octobre. Il n’est pas à quinze jours près. Il voit le bout du tunnel. Il ne faut pas hypothéquer l’avenir en revenant trop vite. Il n’a pas encore repris avec le groupe, n’a pas encore effectué de sprint. Il doit retoucher le ballon. Il y a donc encore un peu de marge avant de lui faire disputer un match.

Avez-vous des nouvelles de Patrick Müller ?
Il va passer un examen lundi. Il a de bonnes sensations. Il a bon espoir de reprendre avec le groupe la semaine prochaine.
Sur le même thème