masculins / OL - Valenciennes J-2

La conférence de presse d'Alain Perrin

Publié le 01 novembre 2007 à 15:55 par BV

Alain Perrin est revenu sur le succès de l'OL à Caen en Coupe de la Ligue. S'il concède qu' "<i>en ce moment, on connait une période de réussite </i>(offensive)", l'entraîneur olympien prévient : "<i>Méfiance : Valenciennes, c’est le match piège par excellence</i>."

Vous vouliez que vos joueurs haussent leur niveau de compétitivité. Peut-on dire que vous avez été servi hier avec ce succès à Caen ?
Oui parce qu’il fallait être très présents mentalement face à une équipe caennaise à laquelle il faut rendre hommage pour sa qualité de jeu, qui a joué à fond son rôle de challenger avec beaucoup d’enthousiasme, de prise de risque et de percussion pour provoquer nos défenseurs. Ils attaquaient à 5, ce n’était pas simple à négocier. Si nous n’avions pas été à 100 %, on aurait pu avoir d’avantage de soucis.

Avez-vous vraiment douté durant cette rencontre ?
Je n’ai jamais douté mais on sait qu’un match peut basculer à tout moment, à partir du moment où votre adversaire prend des risques offensifs, sur un enchainement ou un coup de pied arrêté. Il faut donc rester concentré. On a des arguments à faire valoir, qu’ils soient défensifs ou offensifs, mais un match, c’est toujours fragile. Le mérite des joueurs est d’être restés concentrés, d’avoir eu envie de passer ce tour avec beaucoup de conviction.

Et votre équipe a une nouvelle fois inscrit trois buts…
Les choses se sont décantées en fin de match car il y avait plus d’espaces, les Caennais prenant plus de risques. Et en faisant rentrer des joueurs frais, on a pu faire la différence. A une époque, on avait des occasions mais on était moins efficaces. En ce moment, on a une bonne période de réussite, contre des adversaires qui nous laissent un peu de champ, ce qui explique un peu cela.

Faire rentrer des joueurs comme Benzema et Juninho, cela aide…
Evidemment. Une équipe se juge également à la qualité de son banc de touche. Les mettre sur le banc nous a permis de donner du temps de jeu à d’autres joueurs qui ne sont pas encore à 100% de leurs moyens. Cela contribue à l’efficacité de l’ensemble.

Qu’avez-vous pensé de la prestation de Kader Keita ?
Je suis content pour lui, qu’il soit parvenu à trouver l’ouverture. Les attaquants ont souvent besoin de petits déclics pour retrouver la confiance. Il y a ensuite eu un peu de déchet dans son jeu mais l’important est aujourd’hui d’accumuler du temps de jeu pour retrouver de bonnes sensations.

Et Fred ?
Tout le monde a pu constater qu’il manquait encore un peu de rythme. J’en ai discuté avec lui. Il est même encore un peu en deçà de ce qu’il peut réaliser à l’entraînement parce qu’en compétition officielle, les défenseurs font preuve de plus d’engagement. Il faut qu’il arrive à retrouver les sensations dans ce type d’opposition. Cela ne viendra que par le jeu.

Samedi, vous allez retrouver le championnat avec la volonté d’entretenir votre dynamique de succès…
Il faut être vigilants, ne pas se relâcher et rester dans cette dynamique. Hier, les joueurs avaient à cœur de relever le challenge de cette Coupe de la Ligue et ne pas prendre à la légère ce match. Nous avons maintenant un match difficile qui se profile face à une équipe de Valenciennes qui a réalisé une bonne performance en allant s’imposer à Rennes. C’est une équipe difficile à manœuvrer. Les Valenciennois avaient été tout prêts de réaliser un exploit à Bordeaux. Méfiance : c’est le match piège par excellence.

Comment prépare-t-on un tel match, trois jours après une rencontre de coupe de la Ligue ?
Il ne faut justement pas tenir compte du type de compétition. Il faut avant tout digérer la fatigue et bien récupérer. Une préparation axée donc sur la récupération, sur le repos.

Ce matin, on a vu Patrick Müller, Fabio Grosso et Jérémy Toulalan s’entraîner. Où en sont-ils ?
Pat Müller devra passer par une « case CFA » car il manque de compétition. Il est très proche d’être compétitif. On espère pouvoir le faire jouer très rapidement avec l’équipe de CFA. Fabio Grosso peut mettre les baskets mais pour les crampons, c’est encore un peu compliqué. J’espère qu’il sera opérationnel pour samedi mais ce n’est pour l’instant pas sûr à 100%. C’est du 50-50. Jérémy Toulalan est un peu « limite ». Il peut courir mais doit évider les contacts avec le ballon. Cela me parait un peu court pour samedi. Hatem Ben Arfa souffre d’une petite entorse. La durée de son indisponibilité devrait être de 3 à 6 jours.

Et Milan Baros ?
Ce sera bien compliqué pour samedi. Il aurait dû jouer hier, ce n’est pas de chance. Est-ce qu’il s’impatiente ? Tout joueur qui ne joue pas s’impatiente. Son tour viendra mais encore faut-il qu’il soit prêt physiquement.

En l’absence de Fabio Grosso, Nadir Belhadj a réalisé de bonnes performances…
Il a fait deux bonnes prestations à son poste. Au même titre que François Clerc, face à Paris. Cela prouve que le groupe est compétitif. C’est le but de ces matchs : élargir les possibilités pour faire les choix.

Et Mathieu Bodmer se révèle très bon dans l’axe de la défense.
J’avais au départ prévu de le faire jouer au poste de milieu de terrain mais il n'a pas encore pris toute la mesure du poste. En revanche, il est vraiment très performant en défense centrale. Il devient un joueur sur lequel il faut compter pour la concurrence à ce poste. Aujourd’hui, il est content de pouvoir faire des matchs plutôt que d’être remplaçant. Il est cependant trop tôt pour parler de reconversion à ce poste.
Sur le même thème