masculins / Lens - OL J-2

La conférence de presse d’Alain Perrin

Publié le 18 janvier 2008 à 18:03 par BV

Hier, les joueurs titulaires au Mans ont effectué un décrassage. Aujourd’hui, ils ont fait un entraînement de trois quarts d’heure. Le report du quart de finale de Coupe de la Ligue (de mardi à mercredi) perturbe-t-il la préparation de la rencontre à Lens ?
Oui. On avait même programmé une journée de repos complet jeudi, que les remplaçants jouent contre l’équipe olympique chinoise ce qui aurait permis de remettre tout le monde en état de forme. On a dû changer nos plans et s’adapter à la situation. On a une gestion individualisée du travail par rapport aux besoins spécifiques.

Après le « couac » du Mans, on imagine que vous aurez à cœur de montrer un autre visage.
L’enchainement des matchs nous aide à digérer la déception parce qu’il faut déjà se projeter sur le match suivant. De leur coté, les Lensois se sont refait une santé grâce à leur victoire en Coupe de la Ligue (contre Nancy 3 – 0). J’aimerais que l’on dispute là-bas le match de coupe que l’on n’a pas disputé au Mans. De toute façon, pour toutes les équipes, affronter Lyon est l’occasion de fédérer les énergies pour donner le meilleur d’elles-mêmes. C’est toujours difficile pour nous. Si on veut bonifier notre victoire contre Toulouse, il est impératif de continuer à prendre des points.

Au-delà des qualités mentales que vous attendez de vos joueurs, l’OL va également devoir faire montre de qualités techniques.
Oui, mais pour cela il faut des bons terrains, que les conditions externes soient favorables. Pour nous qui devons faire le jeu, ce sont des éléments importants. Le terrain du Mans ne nous a pas permis de créer de beaux enchainements. Sur une bonne pelouse, on aurait été en mesure de revenir.

Fred a envie de rester à Lyon. Comment accueillez-vous cette nouvelle ?
Plutôt positivement même si je pense que les choses ne sont pas encore définitives. Si je l’avais emmené au Mans, c’est parce que j’avais eu avec lui des conversations confirmant qu’il était disponible pour l’équipe, pour aider ses partenaires à obtenir des résultats. Pour l’instant, il est là, travaille bien à l’entraînement et s’investit. Mais je ne suis pas surpris. Mon métier consiste à travailler avec les joueurs qui sont disponibles mentalement et physiquement ; c’est eux qui sont susceptibles de jouer.
Sur le même thème