masculins / OL - Lorient J-2

La conférence de presse d'Alain Perrin

Publié le 21 janvier 2008 à 19:57 par BV

Moins de vingt-quatre heures après la défaite de l'OL à Lens, Alain Perrin en analyse les causes. L'entraîneur lyonnais diagnostique un "excès de confiance" et espère que ce second échec en trois jours remettra les siens sur les bons rails.

Quelle est votre réaction après la lourde défaite de l’OL 3 buts à 0 sur la pelouse de Lens ?
Je suis encore sous le coup de la déception. J’attendais une réaction après la défaite au Mans où l’on n’avait pas disputé le match de coupe qu’il fallait. En Coupe de la Ligue face à Nancy, Lens avait déjà affiché ses qualités morales. On n’a pas été en mesure de rivaliser avec leur engagement, leur agressivité, leur dynamisme. J’ai revu le match : en termes de contenu, on a fait jeu égal, mais on a perdu les duels dans les zones de vérité. A partir de là, ils ont remporté ce match sur un score flatteur.

Ressentez-vous un peu de colère ?
Non. On est tous déçus, les joueurs les premiers. Mais on fait le constat que l’on a mis de l’envie dans notre jeu, mais ce n’était pas suffisant. Si on veut exprimer nos qualités propres, il faut hisser notre niveau d’engagement et d’agressivité à la hauteur de celui de l’adversaire.

Depuis un mois le rendement lyonnais est moins bon. Êtes-vous inquiet ?
Non, parce que, au mois de décembre, les causes étaient très particulières. Le match de Glasgow avait alors un peu « vampirisé » tous les autres matchs. Aujourd’hui, on est en phase de reprise. On joue avec un peu trop de confiance, une confiance due à notre position au classement, et on est rappelés à l’ordre sèchement et sévèrement. La première leçon du Mans n’a pas suffi, espérons que la seconde reçue à Lens nous remette sur les bons rails avec davantage d’esprit de compétition.

Sentez-vous trop d’assurance chez vos joueurs ?
Certainement un excès de confiance. Ma responsabilité est de leur rappeler qu’il ne faut pas sous-estimer les adversaires. On arrive dans une période où tout le monde a besoin de prendre des points, de faire des résultats. Ce type de match va se reproduire. A nous de répondre présent. Provoquer une réaction fait partie du « job » d’entraîneur. C’est la façon dont on surmonte les difficultés qui fait que l’on est une grande équipe.

Est-il difficile de préparer cette rencontre face à Lorient avec en ligne de mire le derby (dimanche 27 janvier) ?
Non. Quand on vient de prendre 3 – 0, le match qui compte est celui qui vient juste après, pour réagir.

Jouer trois jours après une telle défaite constitue-t-il un avantage ?
On n’a pas besoin de 48 heures pour analyser un match. On a fait un débriefing avec les joueurs et, dans la foulée, on se projette sur la préparation de Lorient. On a clairement identifié ce qui nous a manqué à Lens. Cela a sauté aux yeux de tout le monde. L’enchainement de l’analyse et la mise en application des directives est très rapide. Il n’y a pas 15 jours de trêve internationale avant de pouvoir les mettre en pratique.

Lorient va en tout cas avoir 24 heures de repos supplémentaires. C’est un aspect à prendre en compte ?
Ils vont bénéficier d’une journée supplémentaire mais peu importe les conditions dans lesquelles va se jouer ce match sur les plans athlétique et physique. On voit qu’actuellement, le problème se situe plus au niveau du mental. La solution est à la fois énorme et pas grand-chose.

Où en est Juninho ?
Il a essayé de courir aujourd’hui. C’était un peu compliqué. Il s’est contenté de faire du vélo. Demain, il va passer un autre test pour voir s’il est capable de mettre une chaussure de football. Pour Lorient, c’est du 50 -50. Il prendra sa décision demain après l’entraînement.

A Lens, son absence a-t-elle pesé ?
Chaque fois qu’il n’était pas là, il a manqué. Tant dans l’animation offensive, que sur coup de pied arrêté, il pèse sur le rendement de l’équipe. L’équipe est dépendante de Juni comme elle l’est de Karim, comme toute équipe est dépendante de ses meilleurs éléments.

Comment se sent Sidney Govou ?
Sidney est en phase de reprise avec le groupe. Il s’est entraîné normalement aujourd’hui. C’est bien car on a besoin de caractère, de qualité également. C’est important de retrouver rapidement l’ensemble de l’effectif.
Sur le même thème