masculins / OL - Sedan J-2

La conférence de presse d'Alain Perrin

Publié le 05 mai 2008 à 19:09 par BV

Quelle est votre réaction après la victoire de Bordeaux à Marseille (2 – 1) ?
Bordeaux réalise un parcours exceptionnel, nous talonne et va nous pousser jusqu’au bout du championnat. Mais on est toujours devant et maitres de notre destin. La victoire de Bordeaux complique toutefois un peu notre semaine. Cela nous oblige à continuer notre marche en avant, à aller chercher les points.

Cette victoire vous a-t-elle donné un coup au moral ?
Non. Un titre, c’est une course par élimination. Nous sommes toujours devant, dans notre tableau de marche. Simplement, par rapport aux années précédentes, on a un concurrent qui s’accroche. Mais on n’a pas d’états d’âme, on joue chaque match pour le gagner. On ne joue plus contre Bordeaux. Les Bordelais ne nous dépasseront donc pas si on remporte nos derniers matchs. Notre philosophie ne change donc pas. Avant même que Bordeaux ne s’impose à Marseille, on avait la volonté de gagner face à Nancy. Cela ne change donc pas la donne.

Lorsque Bordeaux a marqué dans les arrêts de jeu à Marseille, vous êtes-vous dit qu’il avait la « chance du champion » ?
Non. Je me suis dit que les Bordelais étaient un peu veinards en ce moment puisqu’ils avaient déjà réalisé la même fin de rencontre à Toulouse. A l’inverse, nous nous étions, nous, fait rejoindre en fin de match contre Rennes. Mais je regarde surtout mon équipe.

Imaginez-vous être coiffés sur le fil ?
Je ne pense pas à cela. Bordeaux fait son parcours, nous le nôtre. Cela ne nous met pas de pression supplémentaire. Il faut avancer, aller jusqu’au bout. On est programmés pour cela. Je prépare l’équipe pour le prochain match qui est contre Sedan. Mercredi, on sera amenés à tenir compte de la proximité des deux rencontres face à Sedan et Nancy, de ces deux rendez-vous de la semaine qui sont cruciaux pour le bilan de la saison. Ma préoccupation actuelle est donc de préparer l’équipe pour la demi-finale de coupe de France même si, en termes de rotation d’effectif, j’intègre les deux matchs.

Justement, pour remporter la demi-finale de coupe de France face à Sedan, comptez-vous aligner une équipe bis afin de laisser aux repos les titulaires en prévision de la rencontre de championnat contre Nancy ?
Il n’y aura pas d’équipe bis parce que ni le règlement, ni l’effectif ne le permettent. On a de plus la volonté de se qualifier pour la finale. Mais il est vrai que cela nous permettra de voir la profondeur de notre banc et d’effectuer des rotations pour gérer la fraicheur des joueurs en prévision des matchs à venir. Je suis salarié de l'OL. Si le patron du club (Jean-Michel Aulas) m’avait convoqué pour me dire : « On aligne une équipe de CFA », on aurait aligné une équipe de CFA. Or ce n’est pas ce qu’il a annoncé. On s’est parlé : on va gérer l’effectif parce que l’on veut aller en finale et faire le doublé. A moi de bien gérer ces deux rencontres.

Que change le résultat de Bordeaux dans la composition que vous alignerez face à Sedan ?
Jouer trois matchs dans la semaine impose d’effectuer des rotations. Si on avait été sacrés hier, on aurait peut-être pu faire l’impasse face à Nancy et mettre notre équipe-type contre Sedan, alors que, dans la situation actuelle, la priorité reste le championnat. Les priorités ont été définies à l’avance : la première, c’est le championnat. Mercredi, on va donc gérer l’effectif mais avec le souhait d’aller en finale et de réaliser le doublé.

Comptez-vous titulariser Anthony Réveillère et Fabio Grosso face à Sedan ?
Bien sûr, ils font partie du sang frais que l’on va injecter. L’objectif est de trouver l’équilibre de l’équipe en apportant de la fraicheur, de la qualité et de l’exprience.

Peut-on voir Hatem Ben Arfa débuter la rencontre face à Sedan mercredi ?
Il fait effectivement partie des solutions qu'il faut envisager comme Delgado ou Crosas.

Avez-vous des craintes ? Vous allez jouer une équipe de Ligue 2, qui va probablement être sur-motivée…
Jouer un adversaire moins fort qui va être à 150% est toujours un challenge. J’ai vu plusieurs matchs de Sedan. C’est une équipe bien organisée, qui joue bien au ballon, qui garde à l’esprit le jeu offensif. C’est une équipe capable d’être solide comme ce fut le cas à Bordeaux. On devra être équilibrés et patients.

Estimez-vous qu’il s’agit de la semaine la plus importante de la saison de l’OL ?
Oui, car elle peut être décisive. Mais la semaine importante, c’est toujours celle qui vient. Il y a pour l’instant des étapes à franchir : une demi-finale de coupe de France puis la réception de Nancy qu’il faudra bien négocier.

Vous dites-vous que l’OL peut encore tout gagner mais également tout perdre ?
Oui, mais c’est le lot de toutes les équipes qui sont engagées sur plusieurs tableaux. En Angleterre, Manchester United et Chelsea sont dans la même situation. On ne va quand même pas souhaiter être éliminés de la coupe de France. On est contents d’être encore en course.

Est-il facile actuellement de remobiliser les joueurs ?
C’est plus facile maintenant qu’il y a quelques mois où il y avait plus de matchs et plus d’objectifs. Les joueurs savent en effet ce que veut dire une demi-finale de coupe de France ; ils savent ce que veut dire Nancy, troisième du championnat. Je suis même plus serein car il est plus facile de préparer un match quand il y a tant d’enjeux.
Sur le même thème