masculins / OL - Toulouse J-5

La conférence de presse de Claude Puel

Publié le 05 août 2008 à 21:31 par BV

Trois jours après avoir abandonné le Trophée des Champions à Bordeaux, comment analysez-vous cette rencontre ?
C’est une défaite. A ce moment de la saison, dans notre progression, même si nous avions gagné aux tirs au but, le constat aurait été le même : il nous manque encore du physique, ce qui est normal puisque certains joueurs n’ont que 15 jours d’entraînement. Pour ceux-ci, tenir les 90 minutes d’un match avec du rythme, c'était pas mal. Il nous faut retrouver le rythme de la compétition avec un peu plus d’agressivité dans notre jeu. Face à Bordeaux, on a perdu pas mal de duels. En première période, on a été sous pression et on a eu un peu trop de déchets techniques. En seconde période, on a retrouvé des espaces et de la vitesse. On a des paliers à passer pour être opérationnels, on est encore en construction. On a une grosse marge de progression pour être performants dans tous les registres.

Quel type de rencontre vous attendez-vous à disputer dimanche contre Toulouse ?
On aura une semaine d’entraînement supplémentaire, ce qui n’est pas négligeable. On sera encore plus compétitifs. On retrouvera face à nous une équipe toulousaine très regroupée, solide, qui jouera le moindre coup à fond et nous posera beaucoup de difficultés. Ce sera un match à domicile classique face à une formation aux bases défensives très basses. C’est le type de match où il faut être patient et mettre du rythme pour fatiguer l’adversaire et éviter les contres bêtes. De plus, Toulouse est une équipe qui, en général, démarre très bien le championnat.

Quel regard portez-vous sur le championnat 2008/2009 ?
Ce sera un championnat encore plus disputé que les saisons précédentes parce que tout le monde progresse, que la marge que pouvait avoir l’Olympique Lyonnais se réduit constamment. C’est un championnat très difficile, très homogène. Il faudra être, à chaque match, à 100% de ses moyens pour s’imposer et faire du jeu. Cette année, les prétendants sont nombreux. Il y a Lyon mais également d’autres équipes ; Bordeaux va être très costaud. Ce n’est pas « Lyon et les autres » mais c’est « Lyon et pas mal d’autres équipes qui vont lui disputer le championnat ». Par essence, ce qu’a fait Lyon ces dernières années - se remettre en question après les titres et avoir toujours faim - est déjà quelque chose d’extraordinaire. Cette année, il y a beaucoup plus d’adversaires et de qualité.

L’effectif actuel de l’Olympique Lyonnais vous convient-il ?
L’effectif est bien. Par essence, on voudrait toujours avoir mieux mais l’effectif est déjà compétitif. Par la suite, il faut avoir une vraie équipe et développer une vraie force collective. On n’est pas très loin de disposer de l’effectif qui sera le nôtre au 31 août. Pour moi l’objectif est de donner une identité de jeu, pour que l’on ait des repères et des réponses collectives. Et il y a du travail ! J’aimerais que l’on ait une meilleure maitrise collective, plus de lien dans le jeu. Une équipe qui se veut dominatrice doit dominer dans tous les paramètres du jeu : elle doit savoir évoluer contre un bloc bien en place, jouer des contres de qualité, bien défendre… Tout cela, tout ce qui peut mettre du liant, c’est une âme ; cela ne se décrète pas, cela se voit dans la difficulté. Il faut avoir faim, faim de titres, de jeu. On en est aux balbutiements.

Où en sont des joueurs comme Sandy Paillot ou Romain Beynié ?
Ce sont des joueurs qui ont besoin de temps de jeu, qui ont déjà fait le tour de la CFA.

Avez-vous décidé du système de jeu que vous utiliserez en priorité ?
Les systèmes de jeu vont évoluer durant un match selon que l’on veuille garder ou aller chercher un résultat et selon les joueurs disponibles. On sait que Juninho est plus à l’aise dans un système en 4 – 3 – 3. Si un jour il n’est pas là, il faudra être capable d’évoluer dans un autre système de jeu. On n’est pas enfermés dans un seul système. On travaillera tous les systèmes pour savoir quoi faire dans n’importe quelle situation.