masculins / Monaco - OL J-2

La conférence de presse de Claude Puel

Publié le 18 décembre 2009 à 16:31 par BV

Au terme de l’entraînement de ce matin, Claude Puel a évoqué le tirage au sort des huitièmes de finale de la Champions League et la rencontre à Monaco.

En huitièmes de finale de la Champions League, l’OL affrontera le Real Madrid. Quelle est votre réaction ?

C’est un bon petit match à jouer. On savait que cela allait être un tirage difficile, ça l’a été. Mais pas plus que cela. Il n’y avait pas de tirage idéal, on avait le choix entre les Espagnols ou les Anglais. Même Séville, c’était très costaud, notamment à domicile. On jouera notre va-tout, même si le Real est en train de progresser, de devenir une vraie équipe. A ce moment-là, on sera à notre vrai niveau, performants

Avec vous le sentiment qu’il s’agit d’un tirage plus « jouable » que la saison dernière ?

C’était jouable la saison dernière, comme on l’a vu au match aller. On avait très mal géré l’entre-deux matches, en perdant deux fois contre Lille. Cela nous avait paralysés pour le match retour. On ne s’était pas présentés dans les meilleures conditions psychologiques. Ca doit nous servir de leçon. C’est jouable, on a tout à gagner. Il y aura un coté sympa de retrouver Karim Benzema, mais sans plus. La finale sera à Madrid, mais je pense qu’ils n’ont pas besoin de ça pour se motiver. En tout cas, je vais peut-être dire une bêtise mais ce serait bien d’y revenir.

Quel est le vrai niveau de l’Olympique Lyonnais cette saison ?

On l’a vu en début de saison, notamment, avec des joueurs à leur meilleur niveau et un jeu collectif très intéressant, même s’il y eut quelques "couacs" dans la régularité. Notre niveau remonte actuellement, on est mieux. Dans l’approche des matches et dans l’investissement, le groupe est bien revenu depuis 2 ou trois matches. Contre Boulogne, on a fait le métier. Tout va très vite dans le football, c’est pourquoi il faut bien rester concentrés dans des conditions difficiles. Il faut continuer à Monaco avec le même état d’esprit.

A titre personnel, comment vivez-vous cette période ?

C’est un challenge, comme pour les joueurs. Quand on est un compétiteur, on relève ces défis, ces challenges. Les sifflets de Gerland, je ne les ai pas entendus. D’une certaine manière, cette ambiance nous a préparés à jouer à Monaco.

Le groupe sort-il renforcé de cette victoire face à Boulogne ?

Ce n’est pas forcément le match contre Boulogne, c’est ce que l’on vit. Il y a eu des attaques par rapport à certains éléments du groupe, du club. On est objectifs : il y a eu des insuffisances dans les résultats, dans la régularité. C’est intéressant de vivre ça, à condition de l’assumer, de l’affronter et de faire le nécessaire afin de corriger tout ça. On en sortira tous plus forts. Un groupe, cela se construit dans l’adversité. C’est quand ça va moins bien que se dégagent les véritables forces d’un groupe. Ces derniers temps, il y a eu beaucoup de petits signes montrant que celui-ci bouge et vit. Certains éléments se sont découverts à eux-mêmes et aux autres. Ce que l’on vit est formateur, on sera ensuite plus costauds. Il faut voir le coté positif des choses.

Où en est l’infirmerie lyonnaise ?

Pas mal de joueurs sont sur le retour. Vous en saurez plus demain lors de la divulgation du groupe.

Sur le même thème