masculins / Monaco - OL : 2 - 1

La conférence de presse de Claude Puel

Publié le 25 janvier 2010 à 19:14 par BV

Au terme de l’entraînement de cet après-midi, Claude Puel est revenu en conférence de presse sur la défaite de l’OL hier à Monaco (2 – 1) et a évoqué le déplacement à Lorient en quarts de finale de la Coupe de la Ligue mercredi.

Quel est l’état de l’infirmerie lyonnaise ?

Il y a des coups, des béquilles comme Aly Cissokho ou Sidney Govou, pour lesquels on fera le point demain, ainsi que pour Miralem Pjanic. Mathieu Bodmer, Cleber Anderson et François Clerc sont indisponibles. Cris est suspendu. Concernant Mathieu Bodmer, on prend le temps que sa blessure au muscle droit antérieur cicatrise bien.

 

Au coup de sifflet final, votre président s’est plaint de l’arbitrage. Celui-ci a-t-il changé le cours de la rencontre ?

Concernant le match, on a fait une première période vraiment intéressante, solide, avec de la qualité avant de se désunir après le pénalty. On a ensuite retrouvé notre jeu, on a eu la balle de match mais on a commis une erreur de concentration. C’est dommage car cela pénalise la prestation d’ensemble. Aly a reçu un traitement de faveur, mais c’est comme ça. Le pénalty a été le tournant du match. Il a relancé Monaco, on s’est ensuite frustrés, par rapport à cette décision très contestable et on a perdu le fil de notre jeu. Au lieu de rester concentrés, on s’est un peu énervés. A l’image du but inscrit par Bordeaux contre Marseille, ce sont des faits de jeu. Mais on avait les arguments pour s’imposer.

 

Après 4 succès consécutifs, la défaite à Monaco constitue-t-elle un coup d’arrêt ?

Pas forcément. C’est une déception mais car la Coupe de France était un objectif. Même si cela engendrait beaucoup de matches, c’était bien pour le groupe de continuer sur tous les tableaux. Il y a donc une grosse frustration. Maintenant, il faut rebondir.

 

Qu’avez-vous pensé de la prestation de Dejan Lovren ?

Il a réalisé une prestation intéressante. C’était son premier match depuis le 17 décembre. Il n’avait pas beaucoup d’entraînement, ne connait pas la langue. Je suis donc assez satisfait de sa prestation.

 

Vous avez procédé à six changements entre Lorient et Monaco. Pourquoi ?

Pour répondre à tous les objectifs et concerner tout le groupe. Après le match, on peut dire que ce n’était pas bien mais je ne pense pas qu’on ait galvaudé la Coupe de France.

 

Que pensez-vous du calendrier de la Coupe de France et de son tirage au sort qui avait désigné Bordeaux pour adversaire au vainqueur de votre rencontre avant même que celle-ci ne fût jouée ?

C’est un peu n’importe quoi. C’est illisible. On joue en connaissant notre prochain adversaire, on ne sait plus qui est au premier tour, qui est au deuxième.

 

Êtes-vous pour la suppression de la Coupe de la Ligue ?

Je n’ai pas forcément envie de me prononcer par rapport à la coupe de la Ligue, puisqu’on va la jouer et jusqu’au bout. C’est une belle compétition mais le calendrier est surchargé. Moi, j’aimais bien l’ancienne formule de la Coupe de France, avec des matches aller – retour. Comme en Angleterre, en Espagne ou en Italie. Là, c’est le tirage, le grattage, on regarde le meilleur truc. Ca fait des surprises. Moi, j’aime bien quand les choses sont cadrées.

 

Vous attendez-vous à disputer mercredi la même rencontre qu’il y a une semaine à Lorient ?

J’espère que non, en tout cas pas la même première période. Ce sera un autre match. Ce ne sera pas évident. Sur un terrain gras, on va devoir s’employer. On a gagné la première manche, on remet tout en question sur le retour. Le physique va être un aspect important, peut-être déterminant. Quand on est autant sollicité, on ne peut pas jouer tous les trois jours avec la même équipe. C’est impossible.

 

La Coupe de la Ligue a-t-elle désormais une importance plus grande ?

Elle avait déjà la même importance que la Coupe de France. Elle n’en a pas davantage aujourd’hui. On ne pense pas au match de Paris, dimanche. On a une demi-finale au bout, il n’y a que cela qui nous intéresse.