masculins / Finale CDL

La conférence de presse de l’Olympique de Marseille

Publié le 13 avril 2012 à 16:59 par NF

Un point presse durant lequel le défenseur Rod Fanni et l’entraîneur Didier Deschamps sont revenus sur la finale de la coupe de la Ligue.

Rod Fanni

Rod, les défaites des dernières semaines sont-elles digérées ?
Oui, on passe à autre chose. C’est une autre compétition. On aura le temps de reparler de ce qui se passe en championnat.

À quel genre d’ambiance vous attendez-vous?
J’avoue que j’y ai pensé. Ce n’était pas très festif à Marseille. J’espère qu’on aura du soutien de la part de nos supporters car c’est un match important pour le club. Il ne faut pas oublier qu’on peut remporter un titre.

Comment vous vous êtes préparés depuis mercredi ?
Ca fait du bien au groupe d’être venu très tôt à Paris. On peut mieux se concentrer sur le match qui nous attend, plutôt que de penser à ce qui s’est passé ces derniers temps. C’est bien de faire une parenthèse et de se focaliser sur cet événement. On est passés dans un autre contexte. Nous positivons sur la situation.

Une victoire sauverait-elle votre saison ?
Non, je ne pense pas que cela effacera tout ce qu’il y a eu cette saison. Mais ça serait un grand soleil dans cette période sombre avec  un trophée à brandir.

Quels sont vos motifs d’espérance pour cette finale ?
On sait encore jouer au football. Même si ça ne nous a pas souri, on a senti du mieux dans le groupe. On est capable de réaliser de bonnes choses. C’est l’occasion de se surpasser et de remporter un trophée.

L’OL est-il le favori de la rencontre ?
Les Lyonnais ont l’avantage d’avoir un état-d’esprit plus serein. Mais dans un match, tout peut se passer. On a cœur de prouver et de montrer nos qualités. On veut ramener la coupe à Marseille.

Didier Deschamps

Comment vous sentez-vous à l’abord de ce match ?
C’est un contexte particulier. C’est une finale avec un trophée au bout. L’entrainement hier, à Marseille, a permis aux joueurs de sentir le soutien des personnes qui aiment le club.

Le fait de sortir du contexte championnat, est-ce que ça vous aidera à vous relancer ?
Il n’y a pas de point en jeu. C’est une finale qui se dispute au Stade de France. On connait les joies que cela procurent à tous les joueurs mais aussi à tous les supporters.

Comment votre groupe aborde, psychologiquement, la finale ?
On n’a pas le moral en berne. L’environnement est différent. Quand nous avons le bonheur de préparer une finale, c’est déjà magnifique. La motivation sera là. On défendra nos chances à fond. En face de nous, il y a une équipe qui arrive avec plus de confiance et de sérénité.

Comment se trouvent, physiquement, Loïc Rémy et César Azpilicueta ?
Concernant « Azpi’ », il n’y a aucun souci, il a évacué l’hématome sur sa cheville. Quant à Loïc Rémy, il doit s’entrainer aujourd’hui. Hier, il a couru. On verra après l’entrainement pour prendre une décision. André Ayew reçoit beaucoup de soins. A un moment donné, il devra subir une intervention chirurgicale.

Les deux équipes se connaissent par cœur, peut-il y avoir des surprises tactiques ?
On connait les caractéristiques des uns et des autres. Les qualités individuelles peuvent faire la différence. Mais sur une finale, à qualité égale, c’est le mental qui prime. Dans le haut-niveau, les impacts et les engagements sont importants. La composante athlétique est présente dans tous les sports. Mais la technique fait la différence.

Etes-vous favori pour cette finale ?
C’est particulier car c’est une finale avec une coupe à soulever. Les deux clubs n’ont pas des trajectoires similaires. Dans un match de foot, il peut se passer beaucoup de choses.

Visionnez l'intégralité de la conférence

Sur le même thème