masculins / CdF Finale

La conférence de presse de l’US Quevilly

Publié le 27 avril 2012 à 16:20 par R.B

L’entraineur Régis Brouard et le capitaine Grégory Beaugrard ont répondu aux journalistes avant l’entrainement au Stade de France…

Une cinquantaine de journalistes avaient pris place dans une salle proche des vestiaires. Une organisation bien différente de celle qui avait accompagné la finale de la Coupe de la Ligue. Les deux membres de l’US Quevilly étaient très détendus face aux différents micros.

Comment est le groupe avant ce rendez-vous ?
RB : « Toujours aussi détendu. On a rien changé à nos habitudes. Ce groupe a un détachement par rapport aux événements, mais il sait se mobiliser à temps ».

GB : « Effectivement, nous n’avions rien modifié par rapport à nos habitudes. Tout à l’heure pendant l’entrainement, on va bien prendre des repères. On va savourer ces moments qui viennent ».

Un mot sur le Stade de France que vous allez découvrir ?
RB : « Evidemment, c’est différent du Stade d’Ornano où nous avons joué contre le Stade Rennais. Le Stade de France sera une découverte. C’est un stade mythique, mais on fera avec. Après, cela reste un match de foot ».



Comment allez-vous aborder ce match ?
RB : « Il faut rester dans notre cohérence de jeu et essayer de faire du Quevilly avec nos qualités et nos défauts. C’est-à-dire faire du jeu, mettre du mouvement, faire des choses propres à nous… L’important, aussi, c’est de rester à notre place. Il y a certaines vérités en football qu’il ne faut pas oublier. On aura un plan de jeu établi, mais après en fonction des événements, cela peut changer comme face au Stade Rennais. Plus le temps va passer et plus cela peut nous être favorable. On sait très bien que les débuts de match sont toujours importants. Après, on connait l’OL. On peut le voir régulièrement. On sait aussi que l’OL nous a vus lors de deux matchs de championnat. Il a fait le travail. L’OL, comme nous, a envie de gagner cette coupe. Il a certainement plus la pression que nous en sachant l’importance de gagner un Trophée ».

GB : « Il faut d’abord se préoccuper de nous. Après, bien sûr que l’on connait les joueurs de l’OL, qu’on les admire. Mais samedi, ces joueurs seront des adversaires.. Il ne faut pas s’en faire un montagne. On a déjà réussi contre d’autres équipes professionnelles et contre des joueurs comme Erding, Gameiro. En tant que défenseur, je n’ai pas révisé plus que cela mon Lisandro… »

Est-ce-que le soutien populaire sera un atout pour l’US Quevilly ?
RB : « Cela procure beaucoup de plaisir ; et puis c’est bien français de soutenir le petit face au gros. Mais je mettrais en garde mon équipe. Il faudra être vigilant. Je me souviens  du match entre Bordeaux et Vannes où tout était allé très vite… Se retrouver en finale, c’est une grande fierté, la récompense du travail, des joueurs. Oui, c’est d’abord une récompense pour les joueurs. C’est vrai aussi que l’on aurait jamais imaginé un jour se retrouver ici en finale ».

Est-ce-que il y a de la peur ?
GB : « Dans le football, c’est un grand mot. Il y aura peut-être un peu de paralysie au début. Mais, à nous de nous mettre rapidement au diapason. On sera galvanisés par l’événement, par la ferveur de nos supporters. Ils attendent en premier lieu que l’on montre un beau visage".

Photos

Finale J-1

10 photos

Sur le même thème