masculins / Reprise

La conférence de presse de Rémi Garde

Publié le 30 juin 2011 à 13:35 par BV

C’est avec le sourire que Rémi Garde s’est présenté pour la première fois devant la presse au terme de l’entraînement matinal.

Comment s’est déroulé l’entraînement ?
Ca s’est bien passé. J’ai trouvé les joueurs frais et dispos, à l’écoute. Je ne les ai pas trouvés marqués. Ils se sont bien reposés. Je les ai trouvés sereins avec beaucoup d’envie.

Le mois de juin vous a-t-il semblé long ?
Oui, oui (rires). Le mois de juin a été long, pourtant avec 30 jours, il ne fait pas partie des plus longs. Je savais que le 30 serait un jour un peu particulier pour moi, il l’est. Ce n’est qu’une première séance d’entraînement mais il était important de retrouver les joueurs et de voir les choses de façon un peu plus claires devant moi. Sincèrement, il n’y avait pas de stress, mais comme d’habitude le souci de bien faire les choses. Je débute évidement un métier que je n’ai jamais exercé mais je ne suis ni novice dans le foot ni novice ici.

Comment appréhendez-vous l’été qui s’annonce ?
Ca va être intéressant, parfois compliqué. Beaucoup de paramètres entrent en ligne de compte dont le tour préliminaire de la Champions League où il conviendra de se qualifier. Au milieu de tout ça, il faut noter que le mercato ne sera pas terminé. Il y a un certain nombre de joueurs qui pourront être amenés soit à nous quitter, soit à nous rejoindre. On va faire avec. Je vais m’attacher à mobiliser les joueurs autour du début du championnat à Nice et du tour préliminaire. On a un groupe de qualité, même si l’équipe n’a pas su le montrer suffisamment la saison dernière. Il n’y a aucun joueur qui me gène dans ce groupe. La donne a un peu changé au niveau du club, j’adhère au projet qui m’a été proposé. Je sais qu’il peut y avoir une réduction d’effectif avant d’avoir de nouveaux joueurs. On peut la compenser par les jeunes, même si je regrette que les internationaux nés en 1991 soit absents en raison de la Coupe du Monde des moins de 20 ans. C’est une hérésie qu’elle soit placée à ce moment. C’est valorisant pour le club mais c’est très pénalisant.

Où situez-vous les manques de votre effectif ?
Il y a eu le départ de Pape Diakhaté, John Mensah est revenu. On va lui faire passer pas mal de tests médicaux pour faire le point sur son état physique et psychologique. On avisera alors. S’il est nécessaire de prendre quelqu’un, je sais qu’on pourra le faire. Cesar Delgado et Jérémy Toulalan sont partis, les manques se situeraient donc au poste de milieu de terrain défensif. On y travaille, sachant que Maxime Gonalons est là et bien là mais dans un souci d’équilibre, je souhaiterais que l’on se renforce dans ce domaine-là. Les jeunes peuvent être des renforts mais pas parce qu’il y aura moins de professionnels aguerris, il faudra qu’ils élèvent leur niveau de jeu. Ils devront montrer qu’ils peuvent être de vraies recrues.

Delvin Ndinga vous intéresse-t-il ?
Il fait partie des joueurs qui ont un profil intéressant. Il fait partie d’une liste de joueurs qui peuvent m’intéresser.

Les saisons précédentes, les entraîneurs érigeaient clairement le titre en objectif prioritaire. Est-ce également votre objectif ?
Le club reste très ambitieux. Il y a eu un changement de stratégie, voulu ou peut-être un peu orienté économiquement, mais le club conserve l’ambition d’être européen. Je veux travailler autour de valeurs qui me sont chères et qui sont importantes pour le club, des valeurs collectives car sans une adhésion collective aux valeurs que je vais prôner, ce sera difficile pour nous d’y arriver. On est dans un club qui nous oblige à rester ambitieux. Je ne m’interdis pas de parler de titre, mais un retour à une certaine humilité fait également partie des valeurs que je veux entretenir. Mais attention : humilité ne veut pas dire manque d’ambition.

Quelle est votre philosophie de jeu ?
Elle se situe autour du plaisir que je veux que les joueurs prennent sur le terrain. Si les joueurs ne prennent pas de plaisir sur le terrain, il me semble qu’il sera difficile pour les spectateurs d’en prendre. Mais attention, ce plaisir passe également par l’équilibre dans le jeu. Un geste défensif, on doit prendre du plaisir à le faire. Il passe aussi par le fait d’être à l’écoute des autres, par le dépassement de soi, par l’humilité sur le terrain.

Comment avez-vous constitué votre staff ?
Les compétences professionnelles étaient un critère très important, mais je voulais également des gens dont je me sentais proche, sur lesquels je pourrai m’appuyer.