masculins / OL - OM

La conférence de presse de Rémi Garde

Publié le 13 janvier 2014 à 15:45 par R.B

48 heures après le succès face au FCSM et 48 heures avant la réception de l’OM en coupe de la Ligue, l’entraineur lyonnais était en salle de presse…

 Quel est le point santé après le match face à Sochaux ?
« Il y a eu des coups reçus mais pas de forfaits liés à ce dernier match ».

Etes-vous tenté d’apporter des changements mercredi ou de continuer avec le même onze de départ ?
« Je me pose toujours des questions. Je pense que le match à jouer est important pour nous. Je suis encore en réflexion, mais il est fort possible qu’il y ait une certaine continuité dans mes choix. Le gardien ? Vous verrez en temps voulu ».

Allez-vous vous baser sur le match de championnat ?
« La vérité d’un match ne ressemble jamais à celle d’un autre match. Depuis ce match, l’équipe de l’OM comme la mienne a évolué. On garde cependant le match et le résultat en tête. Les joueurs ne sont pas amnésiques, sinon ce serait grave. C’est un match important, décisif en souhaitant qu’il y en ait d’autres. Oui, on va jouer ce match à fond. On est au début de la 2ème phase. Je ne pense pas qu’il y ait de la fatigue dans les organismes. Les joueurs sont capables de répéter les efforts ».

Est-ce-que la première période en championnat est la référence cette saison ?
« C’était une très bonne première période de notre part avec du rythme, de la patience tout en ayant mis cette équipe en difficultés. Mais depuis, l’OM a avancé. Ce sera un match compliqué. L’OM a de la qualité offensivement avec des joueurs qui peuvent faire la différence. C’est une équipe très dangereuse. Je le pense sincèrement».

Avez-vous un souvenir d’un OL/OM en coupe ?
« Oui, la finale perdue en coupe de France en 76. J’avais 10 ans et j’avais pleuré. Celle de 2012(finale de coupe de la Ligue) m’a fait presque pleurer. Je l’ai en tête ».

Le job d’un entraineur, c’est de trouver les meilleures associations entre les joueurs pouvant être décisifs.

L’association Grenier/Gourcuff ?
« Le job d’un entraineur, c’est de trouver les meilleures associations entre les joueurs pouvant être décisifs. Il y a eu une réflexion de ma part. Clément peut être performant dans sa position actuelle. Il a un gros volume de jeu et plus d’habilité que Yoann pour récupérer le ballon. Ils s’apprécient sur le terrain. Ils sont complémentaires et capables d’intervertir leur position. Il faut que cela perturbe. Clément a accepté d’être plus loin de la zone de vérité sans que cela l’empêche d’être décisif. C’est aussi important pour  lui d’avoir plusieurs cordes à son arc ».

 Que pensez-vous de Miguel Lopes ?
« C’est un joueur qui a donné beaucoup d’espoirs au début de la saison. Il a apprécié l’encadrement du club. Il est très motivé. Il a été freiné par une blessure. Il avait enchainé les matches sans avoir fait la préparation. Avant de se blesser, il était sur des prestations moyennes qui ont été abondamment relatées. Il en a beaucoup souffert. Il a fallu faire avec lui un travail psychologique. Il est sur le bon chemin, à l’image de sa seconde période face à Sochaux. Il a du potentiel et j’espère qu’il va se libérer. Son option d’achat est trop élevée pour l’instant. Le club essaiera de prolonger son séjour sous une forme ou une autre ».  

Le mercato ?
« Je suis toujours attentif comme tous les entraineurs. Je suis réaliste par rapport à ce qui se passe pendant cette période. Je ne suis pas déstabilisé et je fais en sorte que les joueurs ne le soient pas.je constate que les joueurs « concernés » répondent agréablement à ma demande malgré le fait qu’ils peuvent avoir logiquement des objectifs et des envies personnels ».

Quel est votre choix pour le ballon d’or ?
«  J’aimerais que ce soit Franck Ribéry en tant que français. Il y a une concurrence terrible. Ronaldo et Ribéry sont très proches. Celui qui l’aura le méritera. Je regrette que les attaquants soient le plus souvent récompensés… J’aimerais, aussi, que l’on apprécie différemment les choses ».

Où en est Sidney Govou ?
« La situation est claire dans mon esprit. J’avais accepté que Sidney revienne bénéficier des installations du club. On a convenu aussi qu’il pourrait s’entrainer puis jouer avec la CFA. Après, si les intérêts des deux parties convergés, on ne s’interdisait rien et on n’avait pas d’obligations. On est dans ce cas. Sidney a sa liberté ».

Sur le même thème