masculins / OL - Barcelone J-1

La conférence de presse des Lyonnais

Publié le 26 novembre 2007 à 18:16 par BV

Devant la presse, Jérémy Toulalan et Alain Perrin ont évoqué la rencontre entre l'Olympique Lyonnais et le FC Barcelone. Ils sont également revenus sur Lionel Messi, Ronaldinho et l'incertitude entourant la participation de Karim Benzema.

Jérémy Toulalan

Vous avez manqué plusieurs semaines de compétition en raison d’une blessure au genou. Comment vous sentez-vous aujourd’hui ?
Plutôt bien. J’ai fait pas mal de travail physique pendant deux semaines pour être à 100%. Durant cette période, je ne pouvais pas toucher le ballon, j’ai donc travaillé physiquement avec Robert (Duverne).

Comment abordez-vous cette rencontre ?
On va forcément la jouer pour la gagner. On connait un peu mieux cette équipe de Barcelone. On sait qu’il va falloir attaquer car c’est une équipe qui n’aime pas trop défendre. Nous devrons donc prendre le jeu à notre compte.

Messi constitue-t-il le principal danger du Barça ?
Aujourd’hui, c’est lui le plus dangereux même si le Barça possède beaucoup d’atouts offensifs. Va-t-il y avoir un « plan anti-Messi » ? Il faudra le demander au coach.

Allez-vous vous inspirer de ce que vous aviez réalisé la saison dernière face au Real Madrid?
On s’en souvient forcément mais c’était complètement différent. On avait alors affronté le Real en début de saison. Les Madrilènes étaient en retard dans leur préparation. On a toujours ce match en tête. Si celui de demain pouvait se terminer de la même façon, ce serait plutôt bien.

Karim Benzema est très incertain. Votre confiance serait-elle entamée s’il venait à déclarer forfait ?
Pour lui comme pour nous, ce serait un coup dur mais Fred revient bien. L’année dernière face à Madrid, il avait marqué. Il n’y a donc pas de soucis à se faire à ce niveau là. On souhaite tous que Karim soit opérationnel, mais, s’il ne l’est pas, on sait que Fred donnera le meilleur de lui-même.

Avez-vous parlé de cette rencontre avec les internationaux français de Barcelone?
Oui. On en a parlé avec Lilian Thuram. Il pense que ce sera un match difficile pour eux mais ne m’a pas donné d’indications pour les battre.

Pensez-vous être en mesure de vous qualifier pour les huitièmes de finale ?
Même après les défaites face au Barça et Glasgow, on savait que l’on allait se qualifier. Aujourd’hui, c’est du 50 – 50. Je suis sûr que nous allons nous qualifier.

En votre absence, Fabio Santos a enchainé les bonnes performances. Cette concurrence vous inquiète-t-elle ?
Les absents ont toujours tort. C’est bien pour lui, c’est bien pour l’équipe. Après, il revient au coach de faire ses choix. Nous, joueurs, sommes là pour donner le meilleur de nous-mêmes.



Alain Perrin :

Qu’avez-vous retenu du match aller ?
Qu’il y avait alors une différence de classe entre les équipes de Barcelone et de Lyon. On peut aujourd’hui constater notre évolution ainsi que notre progression par rapport au Barcelonais.

Préférez-vous voir Ronaldinho sur le terrain ou sur le banc ?
C’est le type de joueur qui ne donne pas forcément son plein rendement sur la scène nationale mais qui, sur son talent et ses qualités, est capable de faire la différence à tout moment. Mais il y a beaucoup d’autres bons joueurs au Barça.

Que pensez-vous du Barça qui ne joue pas très bien à l’extérieur actuellement ?
Ca demeure une équipe dangereuse par son potentiel offensif, que ce soit grâce à Messi ou Ronaldinho. Certains joueurs comme Eto’o ou Henry manquent mais d’autres comme Bojan ou Xavi ou encore Iniesta sont de grands joueurs qui peuvent faire la différence. De toute façon, on aura une bonne équipe en face de nous ; il faudra un Olympique Lyonnais au maximum de ses capacités pour pouvoir battre le Barça.

A combien estimez-vous vos chances de vous qualifier pour les huitièmes de finale ?
Au regard des différentes combinaisons de résultats possibles entre notre match et celui opposant Stuttgart et Glasgow, on ne peut pas faire de plans sur la comète. Faisons déjà le maximum pour obtenir un bon résultat sur notre terrain demain, on fera les calculs après.

Où en est Karim Benzema ?
Il a 30 à 40% de chances de jouer. On prendra la décision avec le staff médical demain. Aujourd’hui, il ne pourrait pas jouer. Avec une nuit supplémentaire, demain sera un autre jour. Aujourd’hui, il a uniquement reçu des soins.

Regrettez-vous de ne pas avoir recruté d’attaquant cet été ?
La logique, lorsque vous composez votre effectif, est de doubler les postes, pas de les quadrupler. Lorsque l’on jouait en 4 – 4 – 2, il y avait un intérêt à avoir 4 attaquants. Dans la mesure où l’on joue en 4 – 3 – 3, on a suffisamment d’autres joueurs efficaces qui peuvent jouer en pointe. L’attaque ne repose pas uniquement sur Karim Benzema mais également sur des garçons comme Govou, Juninho ou Ben Arfa. On a aujourd’hui suffisamment d’attaquants pour marquer des buts.
Sur le même thème