feminines / OL - Umea J-3

La conférence de presse des Lyonnaises

Publié le 28 mars 2008 à 16:06 par CF

Laura Georges

Laura, quel est ton sentiment à moins de deux jours de la demi-finale face à Umea ?
Ca va, je suis sereine. C’est vrai que ça fait déjà un petit moment qu’on pense au match, mais on l’aborde tranquillement sans réellement se mettre de pression.

Pas de pression, mais peut-être un peu d’excitation non ?
Non en fait on est assez concentrées sur l’événement qui arrive.

C’est quand même un match de Coupe d’Europe, un match énorme à jouer ?
Oui mais quand je dis « pas d’excitation », c’est qu’on ne veut pas s’affoler. Mais bien sûr, on est excitées, on a très envie de jouer. Le staff, les personnes qui nous suivent et nous les joueuses, avons vraiment hâte d’assister à ce match.

A quel type de match t’attends-tu face à cette équipe d’Umea ?
Je dirais un match costaud, à la fois technique et athlétique. C’est vrai que l’équipe d’Umea sait jouer au ballon et a des joueuses qui ont de très grosses qualités techniques et physiques.

Vous jouez à Gerland, on attend près de 10 000 spectateurs, c’est motivant non ?
Oui ça sera un record pour l‘équipe féminine. C’est vrai que cet événement nous donne réellement envie de jouer.

Quelles sont les chances de l’OL selon toi ?
Les chances… (rires) ? On espère gagner tout simplement ! Je pense que quand on joue un match, quelque soit l’équipe que l’on rencontre, on donne son maximum et bien sûr on essaiera de ne pas prendre de buts. Il est important de garder un score vierge ou tout simplement de gagner.

L’équipe suédoise c’est du costaud sur le papier ?
Oui c’est du costaud ! A toutes les positions, il y a des joueuses excellentes. On peut dire que c’est l’une des plus grosses équipes qu’on rencontre cette année.

Mais vous avez battu Arsenal au tour précédent, peut-on dire que vous êtes favorites à cette demi-finale ?
C’est vrai qu’on a battu Arsenal mais est ce qu’on est favorites ? Non, à en voir les chiffres c’est plutôt l’équipe d’Umea. On ne se dit pas favorites du tout et on prend ce match comme les autres avec sérieux et en ayant confiance en nous avant tout.

Un peu comme contre Arsenal, la priorité à Gerland c’est de ne pas prendre de buts ?
Oui, je pense que comme tout match de Coupe d’Europe, ne pas prendre de buts à domicile est l’objectif numéro 1.

Une donnée importante, c’est l’absence de la capitaine, Sonia Bompastor ?
Oui c’est vrai. Malheureusement Sonia ne pourra pas assister à ce match-là en raison de deux cartons jaunes qui la privent de ce premier match aller. Mais on s’est préparées et on donnera notre maximum. Quand elle reviendra pour le match retour, on pourra faire force avec l’équipe entière.

Est-ce que vous avez peur de cet engagement physique que vont vous imposer les suédoises, d’autant que vous n’avez pas mal de cartons, comme toi notamment ?
C’est vrai qu’on a quelques joueuses qui ont déjà des cartons, mais quand on joue un match on ne pense pas trop à ce qui se passe à coté. Il va falloir y aller, ne pas hésiter dans les duels sans se poser de questions.


Sandrine Dusang

Dans moins de deux jours c’est le match aller de la demi-finale de Coupe d’Europe, excitée ?
Oui, très excitée, surtout que ça fait un moment qu’on l’attend. On commence à être un peu impatientes. Les matchs du 1er, 2nd tour et quart de finale se sont enchainés. Là, il y a eu presque 4 mois. Ca nous a paru long. Tout le monde est très impatient que ce match arrive.

Vous avez joué contre Arsenal, les championnes d’Europe en titre, en quart de finale, y-a t’il encore plus de pression aujourd’hui ?
Je ne pense pas qu’on doit se mettre plus de pression. Bien sûr ce ne sont plus les quarts mais les demi-finales, donc c’est encore plus parlant. Mais on est lucides, on sait qu’on n’est pas favorites à la base. Il ne faut pas se mettre de pression inutile ou alors se mettre une bonne pression.

[IMG42991#R]Vous allez jouer devant près de 10 000 personnes, est-ce-que ça peut vous tétaniser ou au contraire vous permettre de vous sublimer ?
Moi je pense que ça va nous permettre de nous sublimer justement. On était très contentes qu’il y ait eu du monde contre Arsenal, c’est que du bonheur et je pense que c’est quelque chose de très positif pour nous, on en a besoin. Ca va nous aider et nous pousser pour aller plus loin.

Vous savez que les lyonnais comptent sur vous pour que l’OL gagne enfin une Coupe d’Europe ?
On sait, on l’entend beaucoup dire, mais c’est notre objectif aussi à nous. On veut aller le plus loin possible pour le foot lyonnais, mais aussi pour le foot féminin français.

Est-ce qu’on pense aussi au triplé, ou on ne peut vraiment pas le dire à ce moment là ?
Oui c’est quelque part dans la tête parce que pour le moment on est encore sur les trois compétitions. Après c’est certain qu’il ne faut pas abandonner le championnat. Mais oui peut-être le triplé ou le doublé s’il y a un souci.

Le nom de Marta résonnera dimanche dans le stade de Gerland, qu’est ce que ça te fait ?
Marta c’est quelqu’un qu’on connait. Je l’avais repéré quand j’avais 19 ans à la Coupe du Monde qu’on avait faite au Canada. C’est une joueuse qui a encore beaucoup progressé et ce n’est pas pour rien qu’elle est la meilleure joueuse du monde depuis deux ans. C’est une super joueuse qui fait le spectacle mais il ne faudra pas non plus se fixer sur elle. Umea, c’est avant un collectif, il ne faut pas que ça nous perturbe plus que ça.

Le pourcentage pour que l’OL se qualifie pour la finale de Coupe d’Europe ?
C’est du 50%. On sait que les suédoises sont favorites et qu’on est challengers. C’était déjà le cas pour Arsenal et pourtant nous sommes passées. Dans le dernier carré tout le monde peut gagner cette Coupe d’Europe.




Farid Benstiti

Tout le monde est prêt, les filles, le groupe et toi pour ce grand match de dimanche ?
Oui on est prêts, on travaille sereinement, dans de bonnes conditions. On a récupéré toutes nos blessées. C’était le point délicat depuis un mois. Et ça s’arrange au bon moment.

Ca change une préparation pour un match de Coupe d’Europe par rapport au championnat, on sait que l’OL a beaucoup de facilités cette saison ?
Je pense qu’on a une bonne mémoire et qu’on est capables de se mettre tout de suite dans les grands rendez-vous. Ce ne serait pas normal d’ailleurs qu’on ne soit pas conditionnés sur un objectif tel que celui-là. Je crois que c’est naturellement que chez nos joueuses l’orgueil et l’envie réapparaissent. La détermination est présente. On n’a pas besoin de dire grand-chose. Hier sur la séance on a sentis déjà que la concentration était déjà là. Elles sont capables de se hisser au très haut niveau puisque leur potentiel est important. Elles l’ont prouvé à chaque fois.

Quelle est votre ambition aujourd’hui ?
On devient gourmands. Le premier tour nous paraissait aisé, on ne s’en souciait pas. On est allés se qualifier facilement en Macédoine. On a ensuite tiré un deuxième tour très difficile. A Gerland, l’organisation était tellement bonne qu’au bout du compte ça a été très positif. Ensuite est arrivé Arsenal, je suis allé les voir jouer, moi j’ai surtout focalisé sur Umea et Frankfort, ce sont les deux meilleurs équipes selon moi. Jouer Arsenal c’était surtout du bonus car c’était la carte image pour l’OL de jouer un grand club. Il y a eu un grand événement à Gerland, on a eu près de 8000 spectateurs. La tribune Jean Jaurès était garnie, le Président était là, ce qui a montré la détermination du club d’aller sur les demi-finales. Nous rencontrons aujourd’hui Umea, très bonne équipe avec dans ses rangs, Marta plus d’autres joueuses très bonnes. Nous, on a quand même que des internationales, on ne fera pas de complexes. Et si on fait preuve d’orgueil et qu’on veut se hisser plus haut que Umea, nous le ferons.

[IMG42992#L]Le fait de jouer à Gerland, est-il un avantage pour toi où est ce que ça peut inhiber un peu les filles ?
J’ai l’impression qu’on a des filles, des joueuses et un staff qui aiment retrouver ces moments. C’est plus euphorisant qu’autre chose, mais il ne faut pas que ce soit négatif non plus. J’ai l’impression qu’aujourd’hui ces évènements transcendent un groupe qui aime des défis comme celui-ci et je vous assure qu’elles sont déjà prêtes. Mes deux attaquantes qui vont certainement commencer, Katia et Hoda vont donner du fil a retordre à la charnière centrale d’Umea, qui aura certainement fort à faire. C’est pour ça que le match se jouera surtout derrière où nos défenseurs et nos deux milieux défensifs vont devoir, avec nos gardiennes, être très attentifs et vigilants sur les contres. Sinon derrière Shirley, Camille, Louisa, Katia, Hoda, Sandrine, Elodie et d’autres qui vont rentrer, sur l’aspect offensif feront certainement la différence.

Vous pourriez être le premier entraîneur à envoyer l’OL en finale de Coupe d’Europe ?
Ca serait très flatteur bien entendu mais je connais la tâche d’Alain Perrin , Christophe Galtier et le président quand les garçons s’expriment dans le gotha européen. Je n’ai pas la prétention de dire que l’on fera mieux, ce n’est pas comparable. L’OL a certainement aujourd’hui les moyens de gagner une coupe d’Europe chez les garçons et il le fera un jour.