masculins / OL - Werder Br� J-1

La conférence de presse Lyonnaise

Publié le 07 mars 2005 à 15:14 par AT

[IMG4895L]Champions League oblige, Paul Le Guen et cette fois le défenseur central Cris se sont présentés en zone mixte du stade de Gerland pour répondre aux questions de la presse, allemande ou française, avant ce match retour des huitièmes de finale de Ligue des Champions. Des défaites de la semaine dernière, aux 3-0 du match aller, voici les réponses des représentants lyonnais...

Paul Le Guen:



Paul, on a l'impression que c'est la méfiance qui domine dans votre discours ?

- Oui, on a le souvenir du match aller, et on sait ce qu'ils ont fait depuis un an et demi. On est conscient de leur valeur. Dans le football, on est souvent rappelé à l'humilité. On a donc des raisons d'être méfiants, d'être concentrés, ce n'est pas une posture, c'est un sentiment réel.



Statistiquement, vous avez tout de même 100% de chance de vous qualifier si l'on en croit les précedents...

- On se dit et on se répète qu'on ne veut pas être les premiers à subier ce triste scénario. On se prépare avec humilité, méfiance. Ce 3-0 ne ressemble sans doute pas aux autres 3-0 auxquels ces statistiques font référence.



Votre invincibilité à Gerland est-elle un plus ?

- On veut la poursuivre, on veut la conforter, mais on n'a finalement pas besoin de rester invincible pour rester en course pour les quarts de finale. C'est une différence d'importance.



Allez-vous changer votre manière de jouer avec ce 3-0 à l'aller ?

- Prétendre le contraire serait une erreur. On a ce résultat en tête, mais il ne faut pas avoir que ce résultat en tête. On doit l'utiliser, mais il ne doit pas être un refuge. On doit défendre, et attquer. Mais c'est vrai ce résultat compte aujourd'hui...



Vous attendez vous à voir se présenter un adversaire résigné ?

- Evidemment non, c'est la Champions League, on joue pour les quarts de finale de la compétition européenne la plus prestigieuse, mais si nous avons le scénario du match aller en tête, eux l'ont aussi sans doute. C'est une équipe qui joue partout où elle va. Et si on arrive à sortir cette équipe, j'en serai très fier.



Le fait de jouer à Gerland va vous aider ?

- Cela doit nous aider. Nous sommes en pleine méfiance, on aborde ce match avec humilité, le club, les supporters doivent se rendre compte que c'est loin d'être gagné. Le public doit jouer son rôle, comme il le fait très bien depuis plusieurs années. c'est essentiel. On a besopin d'avoir ça demain. On avait vu à Brême, que même menée 2-0 cette équipe était poussé par son stade. C'est dans ces moments-là qu'il faut unir nos forces.



Les résultats de la semaine dernière ont-ils fragilisé le groupe ?

- On a tenté de digérer ces défaites, on doit regarder devant, il ya de belles choses à faire. La semaine dernière n'a pas compromis les objectifs majeurs du club. Il faut réunir toutes les forces pour cette semaine, et pour la fin de la saison.



Avez vous regardé Munich - Werder ce week-end ?

- Oui. J'ai vu une équipe de très haut niveau, pas un match spectaculaire. Mais il y a eu beaucoup de densité, de duels. Le Werder a été très costaud. Ils ont eu très souvent la conduite du jeu. On s'aperçoit qu'ils l'ont très souvent finalement.



Avec le calendrier chargé, et le résultat de l'aller, avez vous la tentation de faire tourner votre effectif ?

- Non, je je n'ai pas cette tentation. On a eu 4 jours pour récupérer, c'est inhabituel, c'est bien, cela compte. On joue un huitième de finale de Champions League, on alignera la meilleure équipe.



Vous attendez vous au même comportement du Werder qu'à l'aller ?

- Oui. On les a vu jouer chez eux, à l'extérieur, et ils ont un comportement similaire. Leur retard de trois buts les oblige à attaquer, à se livrer. On s'attendra finalement à un comportement assez proche de ce qu'on a vu à l'aller.



Le fait d'avoir conservé vos huit points d'avance en championnat, vous permet-il de vous tourner plus facilement vers la Champions League ?

- On n'est pas fâché de ça ! C'est sans doute un peu plus facile, mais on ne va pas passer sur les defaites de cette semaine parce qu'on a conservé notre avance. On y réfléchat, comme on réfléchit aux victoires. On se pose les questions nécessaires après une défaite.





Cris



Le 3-0 de l'aller, qu'est-ce que cela vous inspire ?

- Le match aller avait été très disputé, On n'a pas marqué trois buts par hasard. Mais en foot rien n'est acquis comme l'a rappelé Paul Le Guen, et le Werder est vraiment une très grande équipe. Elle vaut plus que ce score. C'est une équipe où prime le collectif, tous veulent faire un résultat. En plus, il y a des joueurs qui peuvent faire la différence à eux seuls. Il faudra rester vigilants demain soir.



Comment expliquer les difficultés de l'OL la semaine dernière ?

- En football tout peut arriver. Pour commencer par le match de Coupe de France, on est éliminés aux tirs au but, c'est comme la loterie. On est mené au score en prenant un but sur coup de pied arrêté, on a su revenir dans les arrêts de jeu, et puis ces tirs au but, c'est la chance. A Caen, c'est différent, sur ce terrain, on ne pouvait pas exploiter notre technique. Ce sont deux explications différentes pour ces deux défaites.



Vous êtes sous la menace d'un troisième carton jaune, cela va-t-il changer votre façon de jouer ?

- Non, je ne vais pas changer mon style de jeu. je vis les matchs, et si je dois aller au contact, mais que Lyon se qualifie, ce n'est pas grave pour moi.



Un mot sur Mickael Essien à vos côtés...

- Il a été défenseur dans le passé! Il s'est très vite adapté, et c'est pour Paul Le Guen que ça va être plus difficile pour faire ses choix !



AT/SR



Sur le même thème