masculins / OL - Nice 3-4

La fête fut belle malgré tout

Publié le 20 mai 2012 à 22:58

Les Lyonnais ont concédé une défaite lors de la dernière journée mais cela n'a pas empêché Gerland de faire la fête.

L’OL avait décidé de terminer en beauté cette saison 2011/2012. Tous les éléments étaient réunis pour que cette rencontre face à Nice soit une superbe fête. Au coup d’envoi, le onze aligné par Rémi Garde était le suivant : Lloris, Réveillère, B.Koné, Umtiti, Cissokho, Gonalons, Källström, Briand, Grenier, Lisandro, Gomis.

Les gones arboraient leur maillot noir, maillot « Europe » de la prochaine saison, qui leur avait si bien réussi en finale de la coupe de France. Malgré l’euphorie générale, ce furent les Azuréens qui entamèrent la rencontre tambour battant. Les joueurs de René Marsiglia touchèrent par deux fois les montants olympiens dans les dix premières minutes de jeu. Civelli pensa même ouvrir la marque en plaçant une tête hors de portée d’Hugo Lloris mais il fut signalé hors-jeu (12e). Idéalement servi par Kim Källström, Gomis manqua le cadre après avoir crocheté Ospina (17e). Les gones furent récompensés peu de temps après avec une tête victorieuse signée Lisandro après un bon centre d’Aly Cissokho (20e). Les Niçois ne s’en laissaient pas compter et Monzon toucha une nouvelle fois le poteau d’Hugo Lloris, très heureux ce soir. D’autant que les Lyonnais doublèrent rapidement la mise sur une contre-attaque menée de main de maître par Clément Grenier. Celui-ci glissa à Jimmy Briand qui poussa le ballon dans le but vide après avoir éliminé Ospina (26e). Le match était on ne peut plus aniumé. Les Aiglons réduisirent la marque grâce à Monzon qui fusilla Hugo Lloris à bout portant (30e). Les gones s’endormaient légèrement et les Azuréen égalisèrent grâce à Coulibaly qui profita d’une erreur de la défense lyonnaise (36e). C’est donc sur un score nul (2-2) que les deux formations regagnèrent les vestiaires.

La mi-temps fut animé puisque les féminines, championnes d’Europe, effectuèrent un tour d’honneur en mettant le feu au stade de Gerland.

Les Niçois prirent l’avantage sur un coup franc lointain de Digard. Hugo Lloris jugea mal la trajectoire du ballon et ne pu que constater les dégâts. Dans cette seconde période, les joueurs de Rémi Garde avaient, semble-t-il, déjà la tête en vacances. Sam Umtiti fut tout proche de donner l’égalisation à son équipe mais en tendant la jambe il n’eu pas la force nécessaire pour tromper Ospina (63e). Jérémy Pied remplaça Bafé Gomis et fut très vite en évidence en adressant une frappe à quelques centimètres du cadre (67e). Le match partait dans tous les sens. Jimmy Briand égalisa en lobant magnifiquement Ospina en angle fermé. Dans la foulé Gonçalves redonna l’avantage à Nice (3-4) après une énorme chevauchée au sein de la défense olympienne (73e). Briand manqua le quatre partout en dévissant son tir du gauche à bout portant. Le jeune et prometteur Yassine Benzia fit sa première appariation dans l’équipe professionnelle (86e). Malgré la défaite, la fête fut belle à Gerland.

Sur le même thème