masculins / Real Madrid - OL J-1

La lutte pour de superbes enjeux...

Publié le 20 novembre 2006 à 18:10 par R.B

Comme la saison dernière, cette rencontre entre Madrilènes et Lyonnais constitue le sommet de la poule E. Une rencontre à enjeux multiples dont bien sûr la fameuse première place…

Dans leur championnat respectif, le Real et l’OL ont fait le nécessaire pour s’imposer ce week-end. C’est toujours bon pour le moral avant un rendez-vous européen et cela fait tourner le compteur points. Le club français a conforté à Sedan son avance en laissant souffler Tiago, Müller, Malouda et involontairement Wiltord ; la formation espagnole au complet face à Santander reste au contact de FC Seville et de Barcelone.

Mardi soir au stade Bernabeu, 5ème levée de la phase de poule de la Champions League 2006-2007. Dans cette poule E, les 2 équipes sont déjà qualifiées pour les 1/8èmes de finale. Mais qui sortira en tête avec cette énorme avantage de recevoir au match retour lors de ce 1/8ème ? Les Lyonnais ont 3 points et 2 buts d’avance sur ces Madrilènes. Ils peuvent donc voir venir à condition de finir ensuite proprement le boulot, à Gerland, face au Steaua. Pendant ce temps, le Real ira « se geler » en Ukraine. Le 23 novembre 2005, Olympiens et Merengue avaient partagé les points (1 à 1) en égalisant sur un trait de génie de John Carew.

Une année est passée, le Real a considérablement changé de visage sur le terrain et sur le banc. La rigueur de Fabio Capello commence à porter ses fruits. Son équipe possède notamment la 2ème défense de la Liga. Sur la scène européenne, les coéquipiers de Djila Diarra ont inscrit 10 buts, soit le meilleur total des 32 équipes avec Valence et ce malgré l’absence de Ronaldo, blessé. Cannavaro, Diarra, Emerson, Van Nistelrooy ont apporté leur belle expérience et leurs ambitions.

Si le Real a inscrit 10 buts (Van Nistelrooy et Raul 3 buts chacun), l’OL, avec le Bayern et le CSKA Moscou, n’a pas encaissé le moindre but tout en ayant trouvé l’ouverture 9 fois (Benzema, Fred, Tiago 2 buts). Cela promet donc un beau combat en sachant que l’infirmerie lyonnaise est garnie au rayon des attaquants avec les blessures de Govou, Benzema, Fred et l'indisponibilité de Wiltord. Du côté de Madrid, Beckham et Cicinho tiennent compagnie à Ronaldo en soins. « La première place est le véritable enjeu de ce match… ». Pour le président Jean-Michel Aulas, c’est clair. [IMG41565#R]Juninho parle plutôt de match de prestige : «C’était plus important de gagner à Sedan et ce le sera, aussi, dans quelques temps contre Nancy en Coupe de la Ligue… Pour moi, cette rencontre est un match de prestige…». En gagnant, lui et ses partenaires feraient coup double. Et l’OL franchirait encore une étape dans sa progression. L’emporter à Bernabeu… cela doit faire rêver plus d’un président, d’un entraîneur, d’un joueur ; sans parler des supporters ! Cette victoire embellirait assurément la vitrine du quintuple champion de France, même si elle ne garantirait pas le Trophée en mai prochain… En s’imposant, les coéquipiers de Juninho pourraient viser le grand chelem ; un extraordinaire 18 points sur 18 !

L’OL a donc l’occasion d’assurer sa première place et de frapper un très,très grand coup. Le Real n’a pas encore gagné contre l’OL en 3 rencontres sur les 12 derniers mois. Et il a pris 2 véritables leçons de football à Gerland. Cela doit bien énerver ce grand d’Europe, qui a déjà fort à faire sur le plan national avec le FC Séville, Valence, Barcelone... pour enlever un 30ème titre de champion ; le dernier datant de 2003. Comment imaginer, mardi soir, que « Djila » et ses potes n’auront pas les crocs pour prendre leur revanche ? Sans oublier de faire la différence pour s’emparer du fauteuil de leader à la différence de buts.

Reste à souhaiter que les hommes de Gérard Houllier, malgré les absences, retrouveront leur niveau de réalisme des 10 premières semaines de compétition en s’appuyant aussi sur les valeurs qu’ils n’ont jamais perdues. Les victoires, les trophées ouvrent l’appétit. Ils aplanissent peu à peu les différences avec des équipes autrefois sur une autre planète. Au point, en ce mois de novembre, de penser sérieusement à une superbe performance. La plus belle de l’histoire olympienne.
Sur le même thème