masculins / OL - APOËL 1-0

La moitié du chemin

Publié le 14 février 2012 à 22:47

Les Lyonnais ont assuré le strict minimum en s'imposant à Gerland par la plus petite des marges lors du huitième de finale aller de la LDC.

L’OL enchainait les rendez-vous à rythme effréné. En ce jour de Saint-Valentin, le match qui attendait les gones n’était pas des moindres puisqu’il s’agissait du match aller du 8e de finale de la Ligue des Champions face à l’Apoël Nicosie. Pas à la hauteur trois jours plus tôt face à Caen, les Lyonnais avaient la ferme intention de se rattraper. L’Apoël, grosse surprise du premier tour de la compétition, venait à Gerland sans complexe et n’avait rien à perdre.
La composition concoctée par Rémi Garde au coup d’envoi était la suivante : Lloris, Réveillère, Cris, B.Koné, Cissokho, Gonalons, Källström, Lacazette, Bastos, Ederson, Lisandro.

La rencontre démarra dans une ambiance bouillante. Les supporters chypriotes avaient fait le déplacement en nombre et se faisait entendre. D’entrée, Ederson, bousculé dans la surface, réclama un penalty mais l’arbitre italien ne broncha pas. Les gones étaient un ton au-dessus et Ederson, servi par Lacazette, trouva les gants de Chiotis sur un tir à l’entrée de la surface (14e). Le Brésilien était incisif et très en vue dans la première demi-heure de jeu. Lisandro était à son tour déséquilibré dans la surface mais toujours pas de penalty. Dans la continuité de l’action, Michel Bastos s’essaya à la frappe mais le portier de l’Apoël claqua au-dessus de sa barre transversale (25e). Alexandre Lacazette profita d’un mauvais contrôle adverse pour mettre le feu dans la défense chypriote avant d’expédier une lourde frappe de peu au-dessus (30e).  Quelques minutes plus tard, le jeune olympien trouva cette fois les gants de Chiotis sur une bonne frappe (39e). Les joueurs de Rémi Garde avaient clairement dominé la première période mais sans concrétiser leurs occasions (13 tirs à 0).

Très vite en seconde période, Bastos lançait Ederson en profondeur dans le dos de la défense de Nicosie. Le numéro 10 olympien élimina le gardien adverse avant de frapper mais un défenseur sauva son camp sur la ligne (47e). L’OL trouva la solution grâce à une montée de Cris qui glissa le ballon à Alexandre Lacazette. Le jeune olympien frappa en force et son tir détourné trompa Chiotis (57e). Les gones étaient enfin récompensés et Gerland pouvait exploser. Jimmy Briand, qui venait de remplacer le buteur lyonnais, adressa un bon centre à Ederson qui plaça une tête plongeante à quelques centimètres du cadre (67e). Ça poussaient coté olympien afin de mettre un second but si important. Malheureusement ce but ne viendra jamais. Ce sont les Chypriotes qui pointèrent le bout de leur nez avec un tir en toute fin de rencontre bien claqué par Hugo Lloris. L’OL se contenta de la plus petite des marges avant de se déplacer à Chypre.

La feuille de match !

Sur le même thème