masculins / Tignes - Jour 4

La montée de Tignes en VTT

Publié le 05 juillet 2007 à 14:19 par SR

La neige et le verglas du col de l’Iseran ont repoussé les Olympiens vers le barrage des « Bréviaires » pour la montée de Tignes.

La montre affichait 10h et le thermomètre 3 degrés quand le car des pros et son habillage OL suivi de quelques supporters véhiculés se sont parqués au pied du barrage « les Bréviaires », où 32 VTT attendaient impatiemment preneurs. Le challenge ? Regagner l’hôtel à 8 kilomètres de là, chacun à son rythme.

Kader Keita ne pouvait suivre ses partenaires en VTT suite à une récente opération au bras gauche, ne lui permettant pas de tenir sur une si longue distance. Il a parcouru les 4 derniers kilomètres au pas de course en compagnie de Patrick Perret.

Après une petite vérification des pneus, des freins et de la chaîne suivie de quelques tours de parking en guise d’introduction, l’effectif Lyonnais se lançait avec une petite appréhension à l’assaut des montagnes de Tignes. Huit kilomètres évalués à 8% à travers chemins avant de regagner l’asphalte, les premiers kilomètres de grimpette ont été dévorés sans mal, mais avec prudence. « C’est à partir du 4ème que les jambes sont devenues lourdes » nous confiait Joan Hartock en fin de parcours. Pour Hatem Ben Arfa, ce sont les 2 derniers kilomètres qui lui ont donné du mal : « ce n’est pas forcément la fatigue qui me faisait peur, mais le fait que je ne voyais pas le bout. On peut plus facilement gérer un parcours comme le col de l’Iseran du début à la fin puisque l’on connaît la distance, on a des repères. Aujourd’hui, avec le changement de programme, nous avons dû prendre beaucoup plus de précautions. Que la fin du parcours fut longue… mais la ligne d’arrivée savoureuse ».

Un peu moins d’une heure pour les plus véloces…Une heure dix pour les plus tardifs, la ligne d’arrivée avait son lot de félicitations, de signes de soulagement, d’exclamations de joie : « je l’ai fait ! » s’écriait Sylvain Wiltord « j’ai galéré mais je l’ai fait » ne cessait-il de répéter à ses coéquipiers, tous satisfait de cette sueur sortie d’efforts généreux. « La fin est dure » remarquait Karim Benzema, auteur d’une remarquable remontée. Très dure même avec cette longue route qui ne se termine pas, le froid, le bitume trempé et ses flaques d’eau, le visage frigorifié et cette brume qui vous gâche la visibilité…tout cela réuni ne leur a pas facilité la tâche « mais on est deux fois plus heureux à l’arrivée » soulignait-il en descendant de bécane, le sourire aux lèvres. Quant à Joan Hartock, il ne sentait plus ses jambes « mais je suis content de l’avoir fait » rétorquait-il avant de retrouver sa chambre d’hôtel pour un repos bien mérité.

Robert Duverne faisait les comptes à l’arrivée, chrono en main, et faisait le point : « Ce parcours est moins long que le col de l’Iseran mais plus intéressant. Les conditions n’ont pas été faciles mais toute l’équipe est arrivée sans pépin. Un grand bravo à tous ».

Cet après-midi, ce sera au tour des bras de travailler. Après le repas, les Gones reprendront le car pour une activité « Rafting ».
< br> [IMG42226#C]
Juninho avance en musique, casque collé aux oreilles. Il est accompagné de Christophe Galtier, Joël Bats et Joan Hartock. Fabio Santos, Grégory Coupet, Cris et Alou Diarra ont, eux aussi, le casque bien accroché.

[IMG42227#C]
Chacun à son rythme, chacun sa méthode. Après quelques kilomètres sur un rythme relâché, Karim Benzema s’échappe et attaque la montagne. A droite, Clerc, Baros, Toulalan, Bettiol et plus loin Rémy se relaient, en file indienne.

[IMG42228#C]
De l’autre côté, Rémy Vercoutre souffrait en musique. « Je pense beaucoup en pédalant, pour m’évader et conserver un certain rythme. Je pense à mon fils, Roméo, et à ma petite fille qui devrait bientôt venir au monde ». Wiltord, lui, s’improvise mécano après avoir déraillé. Il repartira illico après avoir remis la chaîne en place. Belhadj n’a pas l’air de forcer, et pourtant, il avance bien.

[IMG42229#C]
Dans la brume, François Clerc et Milan Baros ne cessent de grimper. Anthony Réveillère, Rémy Vercoutre et Hatem Ben Arfa, eux, gèrent leurs efforts.

[IMG42230#C]
Alain Perrin attendait ses troupes pas loin de la ligne d’arrivée. Il encourageait chacun des joueurs à leur passage, les félicitant également.