masculins / Nancy - OL

La presse à Nancy

Publié le 01 octobre 2010 à 11:56 par DC

A la veille du déplacement capital de l’OL à Nancy, l’Est Républicain s’intéresse à cette confrontation. Avec en lumière l’ancien nancéien Pape Diakhaté…

On parle beaucoup du nouveau terrain synthétique de Nancy. Mais celui qui va attirer tous les regards ce week-end sera surement l’ancien de la maison lorraine, Pape Diakhaté. Pour son premier match face à son ancien club depuis son départ, l’Est Républicain a organisé une interview un peu spéciale de Pape. Ses huit anciens coéquipiers encore présents dans l’effectif nancéien ont pu l’interroger. Extraits des questions les plus cocasses


Jonathan Brison : Dans tes autres clubs, as-tu invité tes coéquipiers à manger du poulet yassa chez toi, comme avec nous ?

Pape Diakhaté : Non mais je crois que c’est normal. A Kiev, je ne trouvais pas les ingrédients. A Saint-Etienne, je ne suis resté que six mois, et à Lyon je viens juste d’arriver. J’espère que je pourrais le faire avec mes nouveaux coéquipiers. Mais je garde de très bons souvenirs à Nancy, quand on était une dizaine les mercredis chez moi à manger du poulet yassa.


André Luiz : A Nancy on faisait des abdos et des pompes ensemble. A Lyon as-tu trouvé un coéquipier comme moi pour te motiver ?

P.D : Je continue de faire de la muscu le matin. Ici, tout le monde a cette habitude. Mais c’est faux par contre, Dédé ne m’encourageait pas, c’était le contraire ! Je crois que ce n’est pas ce qu’il préfère. J’ai envie de lui demander s’il aime toujours les séances de 15-15 ou de 30-30, mais je connais la réponse.


Gennaro Bracigliano : Tu as enflammé la piste lors de mon mariage, avais-tu pris des cours de danse avant de venir ?

P.D : Non, c’est l’instinct africain qui s’est réveillé pour le mariage de Genna ! D’habitude je ne suis pas trop danseur, surtout quand il y a beaucoup de monde, je suis plutôt timide. Mais là, je me suis lâché pour mon pote ! On s’est bien amusé ».


Benjamin Gavanon : Comme je me moquais souvent de ton âge à Nancy et que je te vois maintenant souvent jouer avec un strapping au genou, ta retraite est-elle pour bientôt ?

P.D : Ah Benjamin, il continue avec mon âge… C’est vrai qu’il m’a souvent chambré avec ça. Mais d’une part je ne joue plus avec un « strap » et, d’autre part, je suis bien plus jeune que lui. Ca se voit, d’ailleurs, puisque « Ben » commence à devenir chauve (rires) !


Youssouf Hadji : Qui sont les vrais Lions, ceux de l’Atlas (Maroc) ou de la Teranga (Sénégal) ?

(Ndlr : Youssouf Hadji a demandé à la rédaction de l’Est Républicain de poser la question en russe)

P.D : Yous c’est le plus fou ça ne m’étonne pas de lui cette question en russe. Il voulait me tester parce que je lui ai dit que je parlais russe. C’est la vérité d’ailleurs même si je n’ai pas tout compris sur ce coup-là (sourire). En tout cas, je n’ai jamais vu de lions dans l’Atlas… Nous les Sénégalais, nous sommes les vrais lions. Cette saison, je suis un double lion puisque je joue en plus à Lyon !

Sur le même thème