masculins / OL féminin - Turbine Potsdam

La presse au lendemain de la défaite

Publié le 21 mai 2010 à 11:59 par DC

Les filles comme les garçons n’ont pas pu le faire. L’OL féminin s’est incliné en finale de Coupe d’Europe face au Turbine Potsdam. Coup d’œil sur la presse du jour…

« Une issue si cruelle » titre le Progrès. L’envoyé spécial Christian Lanier résume le sentiment dominant peu après 23h30 hier soir, après la défaite de cet OL féminin si combattant. « Malheureusement pour les filles de l’OL, elle (séance de tirs au but) se termina sur un cauchemar » lance-t-il avec déception.

Pourtant l’occasion était belle. « Les lyonnaises semblaient tenir cette Coupe d’Europe dans la séance des tirs au but, après le deuxième arrêt de leur gardienne Sarah Bouhaddi, héroïque dans le match et auteur encore de deux arrêts dans la série décisive. »

Dans toutes les bouches après le match cette phrase raisonnait : « C’est dommage, on y a cru, on avait deux tirs d’avance » lâche notamment la gardienne de l’OL si précieuse. Seul point positif de ce « cauchemar », la présence d’une large délégation française.

Pour l’occasion, les salariés du club ainsi que les proches des joueuses avaient fait le déplacement pour cette « journée de la femme » selon les mots de Christian Lanier. « Larmes et dignité » laissent place à l’espoir pour l’avenir de cette jeune équipe : « On a appris, on reviendra » conclue Sarah Bouhaddi.

L’Equipe ne manque pas à sont tour d’évoquer la déception lyonnaise : « Lyon est passé tout près » souligne Mélisande Gomez. « Pour les filles aussi, le foot peut être cruel. » Tel est le constat de l’envoyée spéciale du quotidien sportif qui remarque : « On peut y voir une certaine logique. En neuf éditions de cette C1 féminine, les équipes allemandes se sont partagées six trophées, dont deux titres à Potsdam. »

« Sous les yeux de Jean-Pierre Escalettes et Michel Platini » souligne-t-elle. « Ce fut davantage un match engagé, rythmé par les duels et traversé par une belle intensité, plutôt qu’un festival offensif » résume ensuite Mélisande Gomez. Avant que le rêve se brise pour les filles de l’OL, « au bout de la frappe de Thomis, neuvième tireuse de son équipe. »

Sur le même thème