masculins / OL 3 - Bordeaux 1

La revue de presse du jour

Publié le 31 mars 2010 à 11:36 par JC

Au lendemain de la victoire de l’Olympique Lyonnais (3-1) face aux Girondins de Bordeaux lors du quart de finale aller de la Champions League, la presse revient longuement ce matin sur la performance des hommes de Claude Puel.

« Comme un vrai Lyon » titre l’Equipe. Auteur d’un doublé hier soir, Lisandro Lopez est élu homme du match (avec une note de 8 sur 10), un moindre mal au vu de sa performance : « Il a mis une pression infernale sur la défense centrale, la poussant régulièrement à la faute par ses harcèlements. » Cependant, la joie du buteur a été quelque peu ternie par un carton jaune (80° minute) qui le privera du match retour. Malgré tout, à son image, les sud américains ont été flamboyant hier soir. Michel Bastos marque le second but sur une belle frappe enroulée (32°), alors que « Chelito » Delgado s’est battu de la première minute jusqu’à sa sortie à la 86°. Tous deux obtiennent une note de 7, ainsi que le latéral gauche Aly Cissokho, à l’origine du penalty pour le 3-1.



Côté bordelais, l’Equipe souligne la soirée « noire » de la défense girondine, qui « aurait pu éviter  les deux premiers buts» selon les mots de Laurent Blanc. « Si on défend comme ce soir (hier), ce sera difficile. On est encore jeune en défense, et ça s’est vu. Disons que la pression a sûrement joué su le comportement.» Dans sa lucarne, Didier Braun souligne comme l’entraîneur girondin  le manque d’expérience de la défense des marines et blancs. « Leurs regards éperdus, saisis surtout au cours de leur première période cauchemardesque, exprimaient tout le désarroi de novices paralysés par le redoutable apprentissage des fastes européennes. » Et quand viens enfin la question du penalty, sujet que reprend l’Equipe, Joël Quiniou, ancien arbitre international, déclare : « C’est un décision difficile mais même si sa main n’est pas intentionnelle, elle est vraiment décollée et change la trajectoire du ballon alors que la frappe est dangereuse. Il n’y a donc rien d’illogique. » Pour sa part le président bordelais Jean-Louis Triaud considère que : « Le score me semble sévère. Les garçons ont certainement un sentiment de frustration. Je suis déçu pour eux. Malgré ce score, je pense que ça reste jouable pour la qualification. » Vincent Duluc lui reconnaît que la rencontre a tenu ses promesses, et avait un vrai visage de quart de finale de Champions League. « On avait tort de craindre que ce sommet franco-français de la Ligue des Champions ne montre son visage sombre : il aura été lumineux. » Le quotidien sportif rappelle ensuite qu’en s’imposant 3-1 à domicile, l’OL a 77% de chance de passer. Enfin, il rappelle qu’il y avait du beau monde hier à Gerland. Hormis les officiels tels que Jean-Louis Triaud et Jean-Michel Aulas, on pouvait croiser Clovis Cornillac, Laurent Gerra  ou encore Rama Yade, dans les travées de l’enceinte lyonnaise.



Pour le Progrès, « L’OL ouvre la porte » eu une. Le quotidien revient sur les performances du gardien lyonnais, Hugo Lloris. « Début de match délicat, puis une montée en régime sur ses prises de balle et une parade exceptionnelle sauvant le 2-2 devant Chamakh. » Au regard des statistiques que propose le journal, le score paraît sévère pour les girondins de Bordeaux. Avec une possession de 58%, et un nombre tirs équivalent, les hommes de Laurent Blanc ont montré un visage intéressant… sauf en défense, ce que ne manque pas de rappeler Antoine Osanna. Claude Puel lui garde pourtant les pieds sur terre : « C’est toujours du 50-50 mais c’est bien d’avoir gagné. Ce n’est que la première manche. Les deux équipes gardent des opportunités pour le match retour, et on aura l’ambition de vouloir marquer à Bordeaux. » En tout cas, l’entraîneur lyonnais n’enlèvera pas la joie et la fierté des supporters, que l’équipe du Progrès a suivi dans toute la ville.



Aujourd’hui en France consacre pour sa part une double page à la victoire des Lyonnais et titre «Survolté, Lyon donne la leçon à Bordeaux.» Le quotidien national insiste sur le fait que « c’est la première fois que Lyon remporte l’une de ces deux manches de quart de finale de Ligue des Champions. » Yves Leroy, correspondant à Lyon, revient sur la « revanche de Bastos, l’un des Lyonnais les plus actifs au sein d’une attaque de feu en première période. » Le journaliste sportif n’oublie pas de rappeler qu’on a assisté à un beau spectacle en tribunes.

Sur le même thème