masculins / La reprise de Coupet

La semaine de Grégory Coupet

Publié le 23 novembre 2007 à 15:20 par R.B

Une nouvelle semaine de travail intensif pour Grégory Coupet qui a partagé son temps entre la rééducation et le travail avec ou sans ballon…

Lundi 19 novembre

Il faut remettre la machine en route. Cela commence en matinée avec notamment Guillaume Tora sur le synthétique. Un travail de course et d’appuis. L’après-midi, place au ballon avec Joël Bats. Avant de se mettre en cage, « Greg » revient sur une des occupations de son samedi. « Je suis allé voir jouer le LOU contre le FCG. Une rencontre de rugby serrée. J’ai revu avec plaisir mon copain Guillaume Meynard, ancien joueur du LOU, qui évolue à Grenoble. Quel match il a fait. C’est un vaillant… il a pourri au un maximum les sorties de ballon adverse. A part cela, il faisait vraiment froid ».

Sous les coups de 14h 30, il ne fait pas froid à Tola Vologe, mais un vent violent balaie le terrain. Une bonne ½ heure à satisfaire aux exercices de Joël Bats. Plongeons à droite, à gauche, en avançant, en reculant. Des pauses pour reprendre son souffle. « Cela va mieux, mais moi je sais ce que je suis capable de faire en temps normal. Quant je plonge à gauche, je ne passe pas encore assez sous le ballon. Par moment, je l’avoue, je me suis fait plaisir en plongeant et en gardant le ballon… c’est un arrêt particulier… mon spécial comme le dit Rémy Vercoutre ». Une image ? Les prises de balle sur des ballons aériens. Ses mains sont toujours des ventouses… Beau et efficace. Une autre image ? Le gardien international a coupé ses cheveux.

Mardi 20 novembre

[IMG42688#R]En se quittant la veille, Joël Bats lui avait donné rendez-vous à 15h pour une séance un peu plus longue et surtout plus intense. Le vent est toujours là ; la grisaille aussi. « Avec ce vent, il faut trouver le bon endroit pour s’entraîner. Il faut mettre « Greg » dans les meilleures conditions. Il a mal sur les côtés après avoir travaillé hier. Il n’avait plus l’habitude… ». Papa Bats choisit donc l’emplacement idoine. Echauffement, puis débute le travail spécifique que « Greg » arrête rapidement pour accrocher fermement les filets. Pas question de revivre le passé !

De jeunes supporters au loin l’encouragent. La fréquence des exercices a grimpé d’un niveau par rapport aux jours précédents. Il y a aussi de la nouveauté. A quelques mètres de cette cage en ébullition, un homme est assis sur la pelouse avec un carnet. Yvan Rigaud est le psychomotricien de « Greg ». Il scrute les mouvements de son patient. « Nous en reparlerons demain. Grégory au début, c’était une Ferrari qui roulait en première. Lui, bien sûr, il voulait aller plus vite, trop vite. Du coup, il faisait le contraire de ce qu’il devait faire ».

Le travail n’empêche pas la plaisanterie. Gilles Rousset est venu saluer les travailleurs. 79 sélections à trois sont réunies. Une superbe image. La séance se termine par un concours entre « Greg et Jo ». Ce dernier tente sa chance sur des frappes lointaines. « Je vais t’en mettre une… ». Autant par imprécisions que par l’intransigeance de son élève, le gaucher fera fanny. Retour aux vestiaires dans la joie, 45 minutes plus tard. « Tu vois par moment aujourd’hui, c’était déjà mieux. Demain, je vais m’accorder un peu de repos. Il faut que je fasse attention ». Grégory passera encore 2 heures au Centre d’entraînement. A 18h, il prenait enfin le chemin de la maison.

Mercredi 21 novembre

[IMG42689#L]Finalement, il en avait certainement trop envie ! « Ce n’était pas prévu, mais bon… Je me reposerais cet après-midi en faisant une bonne sieste. Si tu savais comme j’ai mal aux abdominaux. Cela ne m’était pas arrivé depuis des années ». En matinée, Grégory a donc effectué le physique et la musculation, le tout adapté à ses contraintes, avec le groupe, puis il a fait un travail d’appuis avec ballon en compagnie de Guillaume Tora. Avant de conclure cette séance par une longue séquence de dégagements au pied. Son partenaire de jeu étant alors Jo Hartock. Face à face, les 2 gardiens vont s’envoyer le ballon. La précision de « Greg » étant hallucinante. Son jeune partenaire a du mal à rivaliser malgré les conseils de ce spécialiste hors norme. Guillaume Tora a rangé ses piquets depuis longtemps. « Je crois que je vais leur laisser les clefs… ».

Jeudi 22 novembre

« Greg sera là cet après-midi. Il doit bosser avec le groupe des gardiens… ». A 10h, le kiné Sylvain Rousseau arrive au Centre d’entraînement. Sylvain, où il en est Greg ? « Il progresse de jour en jour. Il lui manque encore une dizaine de degrés dans la flexion (de 130 à 140) pour ne plus avoir de soucis dans son travail de gardien de but. Greg a montré depuis le début de sa rééducation une formidable volonté. Il a cette capacité à dépasser la douleur, une capacité qui revient souvent chez les gardiens. Mais en 13 ans de travail à l’OL, je n’ai pas vu quelqu’un comme lui ».

A 15h 30, « Greg » sort effectivement avec la troupe lyonnaise. Il participe à l’échauffement dirigé par Robert Duverne. Il est devant, avec son pote Patrick Müller. Il pleut… qu’importe. Les corps sont prêts. La suite ? Un tournoi de tennis ballon. Il fait équipe avec Frédéric Roux et Rémy Vercoutre. Cette équipe de gardiens va s’imposer dans le jeu et la bonne humeur. On entendra souvent le rire et les réflexions du gardien international, visiblement heureux de taper le ballon au milieu des siens.

Vendredi 23 Novembre

[IMG42690#R]Toujours la pluie. Robert Duverne a troqué sa tunique de l’Equipe de France pour celle de son club. Son célèbre chrono en main, il suit les tours de terrain de « Greg . « Il enchaîne des 1 000m avec un temps de repos. Il va en faire 6. Sa course n’est pas encore complètement fluide. Tout n'est pas encore débloqué au niveau des articulations. C'est normal. Je pense qu’il pourra reprendre toutes les activités collectives, ballon et exercices, dans une dizaine de jours. On est dans les temps… Il faudra travailler sa vitesse, son explosivité. Après on verra, il verra, comment il se sent." Au fil des tours, Grégory va descendre le chrono. De 3 minutes 50, il arrivera à 3 minutes et 6 secondes. Un peu d’eau… à boire… et direction la salle des kinés.

En début d'après-midi, il se retrouve dans la cage avec Joël Bats à la manoeuvre. Au bout d'une longue semaine de travail, le forçat va arrêter plus tôt que prévu. Il jette les gants. "Je suis fatigué; j'en ai marre... je peux pas faire ce que je veux... je suis fou de rage. Ce week-end, repos… " Tout recommencera donc lundi matin avec Robert Duverne qui concédait le matin. "Au bout du compte, Greg en fait beaucoup dans une journée". C'est évident.
Photos

Dernière ligne droite (3)

10 photos