masculins / R�o saison

L'abécédaire de la saison: E comme...

Publié le 01 juin 2005 à 13:29 par R.B

C'est l'heure de la rétro. Chaque jour par le biais d'un abécédaire nous reviendrons sur ce qui nous semble avoir marqué le dernier exercice des Lyonnais. Du A comme <b>Aulas </b>à Z comme <b>Zorro,</b> c'est parti en 26 lettres et plusieurs mots pour décrire, à notre façon, <b>11 mois </b>passés une fois de plus trop vite... Après le D.... voici le E...[IMG5803L]

C'est l'heure de la rétro. Chaque jour par le biais d'un abécédaire nous reviendrons sur ce qui nous semble avoir marqué le dernier exercice des Lyonnais. Du A comme Aulas à Z comme Zorro, c'est parti en 26 lettres et plusieurs mots pour décrire, à notre façon, 11 mois passés une fois de plus trop vite... Après le D.... voici le E...
--------------------------------------------------------------------------------------





comme Elber

Du 30 août 2003, jour de son premier match officiel avec l'OL à Guingamp à sa dernière rencontre le 22 août 2004 à Metz, le brésilien Giovane Elber aura porté 43 fois la tunique lyonnaise pour 3 307 minutes de jeu et 17 buts. En Lorraine, à la 53ème minute, en se fracturant tout seul la cheville et le péroné de la jambe droite, l'ancien munichois disait en même temps adieu au club champion de France, puisque son aventure olympienne se terminera le 28 janvier 2005 d'un commun accord entre lui et le club. Inutile de revenir sur l'histoire qui a conduit à cette séparation. Après une première saison, où Giovane aura connu quelques difficultés dans le domaine de la finition, sans oublier qu'il aura permis à ses coéquipiers, dont Luyindula, de briller, il semblait que l'ancien buteur du Bayern Munich s'était complètement acclimaté à son nouveau club avec notamment 2 buts lors des quatre premiers matchs de la saison 2004-2005. Hélas, le sort en décidera autrement.

Reparti en Allemagne à Mochengladbach, le Brésilien est toujours en rééducation. Pourra-t-il rejouer un jour ? A l'OL, personne n'a oublié le mardi 4 novembre 2003 et l'accueil du Stade Olympique de Munich à l'égard d'un de ses anciens enfants chéris. Pour remercier le public allemand, il inscrira le 2ème but de la victoire olympienne.




comme Eindhoven

Soyons honnêtes, les supporters lyonnais pensaient que le tirage au sort avait gâté son club préféré en désignant, en ¼ de finales, les Bataves du PSV Eindhoven et se voyaient déjà en demi-finale soutenir Coupet et ses copains contre le Milan AC. Finalement ce groupe entraîné par Guus Hiddink, l'ancien sélectionneur de la Corée s'est montré extrêmement coriace à Gerland comme chez lui au Philips Stadium. Certes par 2 fois, les Gones ont mené au score, mais au final, un score nul et surtout une élimination aux tirs au but. Coriaces, solides, bien organisés, et non dénoués de talent à l'image de Van Bommel, Cocu, Lee, Park… ces Hollandais feront de très grosses misères aux Milanais en demi-finale. Un dernier carré en Champions League et un doublé Coupe-Championnat dans leur pays… cela démontre la valeur de cette formation, mais sincèrement, plus que contre Porto la saison précédente, les Lyonnais pouvaient nourrir des regrets d'autant que l'arbitrage avait laissé à désirer….




comme Europe

Dans l'hexagone, l'OL domine depuis 4 saisons maintenant, en ayant terminé auparavant 2ème en 2001, 3ème en 2000 et 1999, 6ème en 1998… sans oublier la Coupe de la Ligue en 2001. Après les limites du pays, le club lyonnais regarde de plus en plus vers celle du Vieux Continent. Les participations en Coupe des Villes de Foire et Coupe Uefa ne seront jamais oubliées, mais que ce qui compte désormais ce sont celles en Champions League. Soit 120 matchs européens au total. Depuis la saison 97-98, l'OL est présent sur la scène européenne ; depuis 99-2000 sur celle prestigieuse de la Champions League, même si cette saison là, l'élimination au tour préliminaire contre Maribor n'avait pas été glorieuse. De l'eau a coulé depuis sous les ponts du Rhône et de la Saône. En septembre prochain, les Gones, 48 rencontres de Champions League, en seront à leur 7ème participation de rang dans cette épreuve. Et au fil des rencontres, le petit poucet a grandi avec l'ambition de devenir à terme un ogre. 2 fois en ¼ de finales lors des deux dernières éditions… il faut désormais aller plus loin. Et pourquoi pas en 2005-2006 avec la finale au Stade de France et ce plus d'expérience acquis par tout le groupe ? Le président Jean-Michel Aulas en rêve… et il a toujours réussi dans ces entreprises. Alors on attend patiemment le prochain tirage au sort et ces soirées extraordinaires qui vont encore faire grandir l'OL.




comme Equipe type

Cette saison, les Lyonnais ont disputés 53 rencontres officielles (1 en Trophée des Champions, 38 en Ligue 1, 3 en Coupe de France, 1 en Coupe de la Ligue et 10 en Champions League). Paul Le Guen a aligné 37 compositions d'équipes différentes en début de rencontres. Et l'on peut avancer qu'il a présenté 10 fois son « équipe type », notamment lors des dernières journée de championnat (PSG, à Auxerre… à Marseille, contre Nice).



Grégory Coupet

Anthony Réveillère – Cris – Claudio Caçapa – Eric Abidal

Michael Essien – Mahamadou Diarra – Juninho

Sidney Govou – Sylvain Wiltord – Florent Malouda





comme Egalisations

Revenons sur les égalisations qui ont marqué la saison de l'OL. Quelles soient en faveur ou contre les Gones… En championnat en faveur de l'OL… la première égalisation marquante est à mettre à l'actif de Florent Balmont à Metz lors de la 3ème journée de championnat. Le jeune lyonnais a inscrit du même coup son 1er but en L1 sur un décalage magnifique du jeune Hatem Ben Arfa (1-1). Derby dans le chaudron, l'OL est mené 2 buts à 1 à 3 minutes du coup de sifflet final. L'arbitre siffle un penalty suite à une faute sur Govou dans la surface st�phanoise ; Juninho s'élance, Janot détourne la frappe mais le Brésilien a bien suivi et marque dans le but vide (2-2). A Gerland, Luyindula donne l'avantage à l'OM avant que son pote Govou n'égalise pour l'OL (1-1). Sans doute l'égalisation la plus marquante de l'exercice 2004-2005… au Stade Louis II, suite à un Coup Franc aux 35 mètres de Juninho, Clément se défait du marquage de Nonda et inscrit de la tête son 1er but en L1 permettant à l'OL de tenir à distance au classement les Monégasques (1-1). A la Beaujoire, Pierre Alain Frau remet les deux équipes à égalité à la 83ème minutes (2-2).

N'oublions pas les coupes… en Coupe de la Ligue, Eric Abidal égalise à la dernière minute du temps réglementaire pour son 1er but en professionnel, mais également face à son ancien club… (1-1); cependant l'OL ne sortira pas vainqueur en prolongations. En Coupe de France face à Clermont en 8ème de finale, Wiltord égalise dans les arrêts de jeu (1-1). On a le sentiment que l'OL va se sortir du mauvais pas Auvergnat… malheureusement il n'en sera rien avec la fatidique séance des tirs au but.



Changeons de côté et souvenons nous des égalisations des équipes face à l'OL… les arrêts de jeu n'ont pas toujours réussi aux Gones, face à Ajaccio, Lucas marque de la tête face à Puydebois (1-1).

En Champions League, après la démonstration lyonnaise de la 1ère période, Van Nistelrooy avec un doublé réussi en 5 minutes jette un coup de froid sur Gerland (2-2). Toujours à Gerland, cette fois c'est Tunçay pour Fenerbahçe qui égalise (2-2) sur corner après la sortie sur blessure de « Greg » Coupet. Une équipe qui reviendra deux fois au score face à l'OL cette saison (1-1), Eindhoven… Cocu à Gerland d'une frappe du pied gauche dans le petit filet de Coupet puis Alex au Philips Stadium qui envoie les deux équipes en prolongation puis une nouvelle fois pour une séance de tirs au but… fatale à l'OL.

Sur le même thème