masculins / R�o saison

L'abécédaire de la saison: L comme...

Publié le 03 juin 2005 à 12:13 par R.B

C'est l'heure de la rétro. Chaque jour par le biais d'un abécédaire nous reviendrons sur ce qui nous semble avoir marqué le dernier exercice des Lyonnais. Du A comme <b>Aulas </b>à Z comme <b>Zorro,</b> c'est parti en 26 lettres et plusieurs mots pour décrire, à notre façon, <b>11 mois </b>passés une fois de plus trop vite... Après le K... voici le L...[IMG5848L]

C'est l'heure de la rétro. Chaque jour par le biais d'un abécédaire nous reviendrons sur ce qui nous semble avoir marqué le dernier exercice des Lyonnais. Du A comme Aulas à Z comme Zorro, c'est parti en 26 lettres et plusieurs mots pour décrire, à notre façon, 11 mois passés une fois de plus trop vite... Après le J... voici le K...
--------------------------------------------------------------------------------------



comme Lille

L'OL a perdu 5 fois lors de la saison 2004-2005 en 53 rencontres. Les Dogues lillois ont réussi l'exploit de battre 2 fois les Gones. En Coupe de la Ligue, le 10 novembre 2004 et en championnat, le 23 janvier 2005. Ce jour là, ils ont mis fin à 28 rencontres d'invincibilité en championnat. Au-delà de ces 2 succès, les hommes de Claude Puel ont accompli une remarquable saison commencée dans l'indifférence avec les matchs d'Intertoto. Au final, ils seront sur la deuxième marche du podium hexagonal et ont été éliminés en 1/8èmes de finale de la Coupe Uefa par Auxerre. Ils seront donc en Champions League au mois de septembre prochain. Ils méritent un énorme coup de chapeau, eux qui ont été obligés de s'exiler à Villeneuve d'Ascq pendant les travaux de rénovation de leur vieux stade Grimonprez-Jooris.




comme Le Guen

Veni… vidi… vici… 3 saisons à l'OL… 3 titres de champion… 3 trophées des champions… 2 quarts de finale de Champions League. Le séjour lyonnais de Paul aura été une réussite avec un effectif qui aura largement évolué. Personne n'oubliera qu'il a lancé 13 jeunes joueurs dans le monde professionnel. Et ceux qui ont côtoyé l'entraîneur breton auront apprécié l'homme. Réservé, digne, intelligent, poli, attentionné, élégant, sportif… ce timide que le foot a soigné un peu, selon ses propos, n'était pas un adepte des longs discours pour s'exprimer. Parfois, un mot, un regard, une poignée de main suffisaient à le comprendre… à se comprendre. Paul a commencé sa carrière lyonnaise à Cannes par le Trophée des Champions remporté en juillet 2002 contre Lorient 5 à 1. Ce soir là, il n'avait pas omis de préciser que c'était d'abord la conclusion heureuse du travail effectué par son prédécesseur… Il a fini son séjour entre Rhône et Saône par la remise de sa 3ème médaille de champion de France après le nul contre Nice en mai 2005. D'une récompense à une autre… tout un symbole !

Il y aura eu énormément de sourires et peu de déceptions lors des 156 rencontres qu'il a dirigées, même si quelque fois on a eu «mal pour lui ». A Guingamp, par exemple, lorsque les Lyonnais se font remonter 2 buts dans les arrêts de jeu. C'était l'ouverture du championnat 2002-2003 ; avant de répondre aux médias, il n'arrêtait pas de se demander au fond de lui comment cela avait été possible. Il y eut aussi les couloirs du stade de Libourne après l'élimination en 1/32èmes de finale de la Coupe de France… la salle de presse de Monaco, la saison dernière… un couloir à Bastia, au soir d'une défaite sans gloire 2 à 0… ou encore à Gerland après l'élimination contre Denizlispor… Enfin tout récemment, et pour d'autres raisons, l'après match au PSV Eindhoven. Dans ses nombreuses joies comme dans ses quelques peines ; dans ses interventions, ses silences, ses interrogations, il y a toujours eu énormément de dignité, de respect et de mesure.




pour Ligue comme Coupe

Depuis sa victoire en finale contre Monaco en 2001, l'OL a toujours eu du mal à briller dans cette épreuve. En 2002, le Bordeaux de Dhorasoo élimine les Gones en 1/8ème de finale aux tirs au but ; en 2003, Sochaux en fait de même, toujours en 1/8èmes ; en 2004, c'est au tour des Lensois de sortir les Olympiens aux tirs au but, mais en 1/16èmes. Enfin cette saison, Lille, en 1/16èmes, se paie l'OL dans les prolongations. Notons toutefois que lors des deux dernières éditions, le club olympien avait présenté un groupe largement rajeuni pour faire souffler une grande majorité de titulaires. 4 éliminations rapides… mais à chaque fois au terme de rencontres très plaisantes.




comme Lion

L'emblème de la ville, du club a montré une fois encore ses crocs et sa belle crinière. Quel animal somptueux ! D'autres animaux ont fait l'actualité du championnat. Le Dogue lillois, remarquable du début à la fin, a cependant couru en vain pour rattraper le Roi de la L1, tout en mordant intelligemment ses proies pour conserver une légère avance sur ses poursuivants. Le Canari nantais, lui, a failli se faire plumer sa place en L1… Ses petites ailes ont eu chaud jusqu'aux dernières secondes de la saison. Ouf, il gardera le même nid pour la 43ème saison de rang. Un record ! Le Lionceau sochalien a alterné le bon et le moins bon… griffant quelques échines par intermittence. Enfin, l''Aiglon niçois s'est sauvé à l'avant dernière journée après un voyage réussi en terre corse. Pour l'instant, place aux vacances avant de repartir pour une nouvelle chasse aux points




comme Lugdunum's 1993

Le Virage Sud, c'est environ 600 membres en 2004-2005. 600 supporters et non pas spectateurs. 600 acteurs qui éteignent les chants des supporters adverses lors des rencontres au stade de Gerland... comme des chefs.

Et ses chefs d'orchestre, torse nu été comme hivers, par temps doux comme par temps de pluie. Bravo, vous n'avez pas froid aux yeux, même par -5.

5 comme les 5 minutes de silence, d'émotion, voire de frisson , lors d'OL-PSG, qui ont remplacé la minute traditionnelle afin de rendre hommage à Matthias et Jean-Yves, supporters ‘Lugdus'.

Lugdus, quel bonheur de vous entendre accompagner le Virage Nord lorsque retentit le fameux « Supporter Lyonnais… C'est le moment de chanter… » Tel un match de tennis, l'échange est splendide… merci.

« Merci à tous les groupes » et « Merci au club, pour, son soutien », ce sont vos banderoles lors de la venue d'Ajaccio pour les remercier de leurs appuis dans la douleur. Vous y teniez... on tenait également à le souligner, à le rappeler. Donc merci à tous les groupes : Kop Virage Nord, Nucléo, Rouge et bleu, Hexagone…au supporters Niçois pour votre hommage, aux Stéphanois pour s'être déplacés la nuit même du drame du côté de Gerland et pour votre tifos. Merci également aux Nantais, aux Parisiens, aux Marseillais… Désolé si nous en avons oublié…

Oublier ? Il en est hors de question pour vous Lugdunum's puisque lors de l'ultime journée de championnat, P-MAX était à l'honneur : « P-Max, 1 an que tu veilles sur nos pas, ici on ne t'oublie pas ». Ce Virage Sud bondé aussi de pancartes « Champion »… Magnifique... Et toutes ces images que vous nous avez fournies pendant la saison; tous ces drapeaux; toutes ces écharpes brandies; toutes ces banderoles… Que de travail invisible derrière… Messieurs, Chapeau !





Sur le même thème