masculins / R�o saison

L'abécédaire de la saison: O comme...

Publié le 04 juin 2005 à 16:42 par R.B

C'est l'heure de la rétro. Chaque jour par le biais d'un abécédaire nous reviendrons sur ce qui nous semble avoir marqué le dernier exercice des Lyonnais. Du A comme <b>Aulas </b>à Z comme <b>Zorro,</b> c'est parti en 26 lettres et plusieurs mots pour décrire, à notre façon, <b>11 mois </b>passés une fois de plus trop vite... Après le N... voici le O...[IMG5899L]

C'est l'heure de la rétro. Chaque jour par le biais d'un abécédaire nous reviendrons sur ce qui nous semble avoir marqué le dernier exercice des Lyonnais. Du A comme Aulas à Z comme Zorro, c'est parti en 26 lettres et plusieurs mots pour décrire, à notre façon, 11 mois passés une fois de plus trop vite... Après le N... voici le O...


--------------------------------------------------------------------------------------


comme Objectifs

Objectifs, ambitions… objectifs ambitieux… Il y a quelques saisons le mot gagner n'était pas encore aussi présent dans l'esprit du club lyonnais. Chaque chose en son temps… Il a fallu repartir, stabiliser, construire… En grimpant dans la hiérarchie nationale, l'OL a changé alors d'objectifs. Des podiums aux titres nationaux. Des simples tickets européens au monde merveilleux de la Champions League. En dominant son championnat, il a progressivement cherché à mieux figurer en Champions League en avouant ses souhaits de sortir de la première phase, puis de franchir chaque saison une étape supplémentaire. 2 quarts de finales de rang et déjà les regards, les pensées, les propos, les moyens sont tournés, exprimés, mis vers le sommet… vers ce titre désormais… objectif suprême. Objectif… un mot, conjugué d'ailleurs au pluriel, qui revient en permanence ; un mot qui fait avancer… et il est tellement beau… lorsqu'il est atteint… lorsqu'ils sont en adéquation avec les envies, les prévisions.




comme Obrigado

Un merci, en portugais, particulier aux Brésiliens de l'OL. Ils ont tous apporté leur écot au groupe pendant cette saison 2004-2005 ; avec chacun cette soif de vaincre ; avec chacun ses propres qualités. Ces gars là ont toujours une attitude positive ; ils ont le sens du spectacle, mais aussi du réalisme ; ils sont toujours extrêmement disponibles. Ils nous donnent envie d'aller vers eux, de connaître leur pays. Obrigado, aussi, parce que vous faites l'effort d'apprendre le plus rapidement possible notre langue. Obrigado… obrigado… obrigado.




comme Old Trafford

En devenant un abonné des compétitions européennes et de la Champions League, L'OL foule des pelouses célèbres. Il y avait eu par le passé celle du Camp Nou (Barcelone), de San Siro (Inter), du Celtic, d'Arsenal, du Bayern Munich, de Valence, de l'Ajax… il manquait notamment le vert mythique d'Old Trafford. En se déplaçant à Manchester le 23 novembre 2004, le club du président Jean-Michel Aulas a comblé une lacune. 66 398 spectateurs ont assisté à la victoire 2 à 1 des Mancuniens. Old Trafford cette saison… d'autres temples historiques à venir sur la route de plus en plus victorieuse des Lyonnais ? Cela semble évident…




comme OM

Le soit disant tube de l'été est devenu le flop de l'année ! Surprenant ? Pas vraiment. Certes le recrutement avait de quoi frapper les esprits. Costa, Pedretti, Dehu, Luyindula, Lizarazu… ont enfilé la célèbre tunique phocéenne… oui mais Didier Drogba, lui, avait franchi le Channel. Résultats décevants, jeu sans fondement, joueurs mécontents, supporters fâchés, coulisses agitées, feuilleton Barthez… changement de coach. Et malgré tout, le fol espoir à un moment de la saison… de venir titiller l'OL pour le titre… puis à défaut de gagner une place en Champions League… enfin un ticket direct en Uefa… avant de se contenter de l'Intertoto. Cet OM là a cependant inquiété les Gones au stade de Gerland avant de prendre une véritable leçon dans son Vélodrome concrétisée par l'exploit de Juninho. Enfin en enlevant son quatrième titre de champion de rang, l'OL a rattrapé les Verts… et l'OM dans l'histoire du football hexagonal.




comme Oscars

Non, ce ne sont pas ceux décernés à Hollywood. Chaque saison l'UNFP récompense joueurs, entraîneurs, buteurs du championnat de France… En Mai 2005, Mickaël Essien a recu le trophée de meilleur joueur de L1… Coupet, celui de gardien de but numéro 1… Paul Le Guen, celui d'entraîneur. Et pour finir, 7 Lyonnais font partie de l'équipe type de L1 : Coupet, Cris, Abidal, Essien, Juninho, Wiltord et Malouda… dirigés bien sûr par Paul Le Guen. Et on se demande encore comment Diarra n'a pas été honoré. Ces oscars, plus le titre de champion. Sans oublier Cris, lauréat des étoiles de France Football… Diarra et Coupet, lauréats des notes du quotidien l'Equipe. Remise des prix, tout à fait logique au regard de la domination de ces supers Gones.

Sur le même thème