masculins / Coupe du monde

L’Afrique du sud et l’Uruguay gagnent

Publié le 28 mai 2010 à 11:03 par DC

Deux des trois adversaires des Bleus à la Coupe du monde jouaient dans la nuit de mercredi à jeudi. Pour deux succès à la clé. Récit…

Premier challenger de l’équipe de France au mondial (ils joueront le 11 juin au Cap), l’Uruguay s’est imposé à Montevideo face à la sélection israélienne emmenée par Luis Fernandez. Plus qu’un large succès (4-1), les sud-américains ont surtout gagné en légitimité auprès des observateurs. Et même si l’adversaire du soir ne semblait pas un obstacle insurmontable, la manière fut de la partie. Une attaque flamboyante emmenée par le duo Forlan-Suarez a passé quatre buts dont un doublé de Sebastian Abreu, joueur de Botafogo, aux hommes de l’ex entraîneur du PSG.

Alors si la défense de la « Céleste » n’a pas été au niveau de son armada offensive, les Uruguayens confirment qu’ils ne se rendront pas en Afrique du sud pour des vacances. Rappelons à ce titre qu’en 2002, la France de Jacques Santini avait peiné contre cette équipe, n’obtenant qu’un 0-0, avant de s’arrêter au stade des matches de poule. Habiles techniquement, et durs sur l’homme à l’image d’un Diego Perez (milieu de terrain de l’AS Monaco), les joueurs d’Oscar Tabàrez n’ont rien à envier à leurs voisins sud-américains.

De son côté le pays organisateur du mondial, l’Afrique du sud a également remporté son match de préparation face à la Colombie, sur le score de 2 buts à 1. Une rencontre marquée par les penalties, puisque tous les trois buts du match ont été inscrits de cette manière. Le premier pour les sud-africains, suite à une main peu évidente d’un Colombien dans la surface (18°). Dans la foulée (21°), la réponse des coéquipiers du portier de Nice, Ospina, sur une sortie peu académique de son homologue dans les pieds d’un attaquant sud-américain.

Enfin, le troisième (58°) venait conclure une soirée peu rassurante pour la nation hôte de la Coupe du Monde, pas vraiment source d’inquiétudes pour les Bleus. Car si la victoire est encourageante, la manière l’est d’autant moins.