masculins / Bayern - OL J-2

Le Bayern, un habitué des grands rendez-vous

Publié le 19 avril 2010 à 07:01 par DC

Club phare de la grande ville de Munich, le Bayern a connu son essor au milieu des années 70, retour sur les performances des Allemands dans la compétition.

Si l’on devait ne retenir qu’un chiffre de l’histoire du Bayern Munich en Ligue des Champions -anciennement appelée Coupe des Clubs Champions jusqu’en 1992, ce serait le suivant : 18. Où le nombre de fois que le club du président actuel Uli Hoeness, a atteint le stade des demi-finales de la compétition reine en Europe.

Bayern Munich

En comparaison, l’OL n’en est qu’à sa toute première cette année. Pas de panique, sur 18 demi-finales, le Bayern n’est sorti vainqueur « que » 7 fois, pour quatre victoires finales dans l’épreuve.

Dans le détail, l’épopée des « seventies » démarre en 1974. Cette année-là, les Allemands écartent notamment leurs compatriotes de Dresde (ex RDA), et les Bulgares du CSKA Sofia. En finale, ils viendront à bout de l’Atletico Madrid en deux temps (1-1 a.p et 4-0), dans l’enceinte mythique du Heysel qui accueille alors pour la troisième fois la finale de la Coupe des Clubs Champions.

C’est le début de la marche vers la gloire de la bande à Beckenbauer, le grand Müller terminant même meilleur buteur de la compétition avec 8 réalisations.

La saison suivante, parcours sans faute une nouvelle fois. En demi-finales, les hommes de Dettmar Cramer s’offrent même le scalp des Stéphanois, eux aussi en pleine bourre. Avant de finir en beauté au Parc des Princes le 28 mai 1975, avec au bout une victoire 2-0 face à Leeds. Deux buts signés Franz Roth et Gerd Müller, qui finit à nouveau en tête du classement des buteurs (5 réalisations).

1976, l’année cauchemar pour Saint-Etienne qui s’incline à nouveau face au Bayern, mais cette fois-ci en finale à Glasgow. On reparlera alors longtemps de ces fameux « poteaux carrés », qui auront empêché les coéquipiers de Jacques Santini de s’offrir le géant munichois. A l’arraché, les Allemands l’emporteront par la plus petite des marges, et ce grâce à nouveau à Franz Roth.

S’en suivent des années de disette pour le club Bavarois, privé de finale jusqu’en 1982. Une finale qu’ils perdront du reste, face aux Anglais d’Aston Villa, 1 à 0 à Rotterdam. En 1987 même dessin, Dieter Hoeness et consorts s’inclinent sur la dernière marche face au FC Porto, 2 buts à 1, après avoir mené à la mi-temps.

Bayern Munich

Une deuxième défaite donc à Vienne qui appellera celle du Nou Camp, plus de dix ans plus tard en 1999 contre Manchester United. Là encore les Bavarois auront mené pendant 85 minutes avant de sombrer face au un duo d’entrants, Teddy Sheringham-Ole Gunnar Solskjaer. Ce dernier n’a alors que 22 ans quand il offre à United son deuxième sacre Européen à la 93° minute de jeu.

Une blessure profonde pour le club Allemand qui se relèvera néanmoins deux ans plus tard, face au FC Valence. Dans une finale marquée par les coups de pieds de surfaces. En effet dans le temps réglementaire, les deux clubs bénéficieront d’un penalty. Un but partout donc, un score qui restera tel quel jusqu’aux tirs aux buts. Une séance que remportera le Bayern 5-4.

Depuis, les Munichois n’ont jamais atteint le stade des demi-finales. Ce sera donc la dix-huitième fois que le club d’outre-Rhin en découdra dans le dernier carré. Face cette fois-ci à des Lyonnais forcément sur motivés par leurs débuts à ce niveau de l’épreuve reine.

Sur le même thème