masculins / OL - Strasbourg J-2

Le bonheur est dans le pré

Publié le 28 octobre 2004 à 12:58 par R.B

[IMG3604L]Il y a des jours où la grisaille du temps n'arrive pas à prendre le pas sur les événements! Ce jeudi matin, par exemple, a été un vrai moment de bonheur en regardant du bord du terrain les joueurs olympiens "s'éclater" avec sérieux à l'entraînement. Cela donne envie d'écrire quelques lignes... sans trahir les secrets d'un groupe qui reçoit samedi Strasbourg...

Cela fait quelques jours que le temps a mis son manteau gris pluvieux sur la ville de Lyon. Chez certains, la pluie, voire l'arrivée de l'hiver, se traduit par un comportement « dépressif ». Ils n'ont qu'une envie se mettre sous une couette et attendre le retour du printemps… En regardant la séance d'entraînement des Lyonnais ce matin, le plus souvent sous la pluie, il y avait, au contraire, un grand soleil communicatif. Tous les membres de ce groupe dégageaient une extraordinaire joie de vivre... en bossant sérieusement. Hatem Benarfa, sous les yeux de son papa, avait repris la course en solitaire avec le sourire, après son angine. Jérémy Berthod, quelques instants plus tard, partait souffrir en compagnie du sifflet de Robert Duverne qui ne le ménage pas pour qu'il soit rapidement déclaré apte au service. Après la séance, cheveux trempés, « Paolo » était ravi malgré la charge de travail. Un peu plus tard encore, Giovane Elber rejoignait sa voiture, rééducation de la journée achevée, la démarche boitillante tout en étant déjà plus assurée.



Et pendant 1 bonne heure, « les valides » s'en sont donnés à cœur joie en travaillant avec le ballon. Qualité, envie, fraîcheur, joie, sérieux… il fallait être aveugle pour ne pas le constater. La séance de reprises de volée a mis à rude épreuve Coupet et ses frères en cage. Trop bon, mais vraiment trop bon à regarder ! Bats et Garde ont balancé des dizaines et des dizaines de centres et chaque joueur de champ a eu plusieurs fois la possibilité de « dévorer ce cuir » en finesse, force, du pied, de la tête. Paul Le Guen, souhaitant avant tout qu'ils trouvent le cadre, ne ménageait pas ses encouragements et ses félicitations. De l'envie de réussir sa reprise... son arrêt... Ficelles, barres, poteaux… très souvent ; arrêts, aussi, de gardiens transformés en hommes de boue et quelques frappes dans les nuages pour faire le tour de la question de cette séance spectaculaire à souhait mais pas du tout secrète puisqu'une nouvelle fois, un nombreux public l'a suivie en manifestant son plaisir devant les arabesques de Juninho, Essien, Wiltord, Nilmar… et les arrêts de Greg, Nico…



Trempés par la pluie et les efforts, les uns et les autres pouvaient rejoindre en toute sérénité les vestiaires. En rangeant le matériel, Yves Colleu avait les yeux brillants du bonheur qu'il avait pris pendant la séance. Sa conclusion ? « Il faut gagner samedi contre Strasbourg ; puis mercredi contre Fenerbahçe… samedi à Lens…. ». Gagner et sourire… c'est tellement bon !



R.B

Sur le même thème