masculins / OL - OM J-1

« Le championnat ne s’arrête pas dimanche »

Publié le 17 septembre 2011 à 11:00 par BV

L’entraîneur adjoint de l’Olympique de Marseille, Guy Stephan revient sur le début de saison du club phocéen et sur les enjeux qui entourent la rencontre de dimanche entre l’OL et l’OM.

Aujourd’hui, n’est-il pas plus facile pour vous d’évoluer à l’extérieur qu’au Vélodrome ?
Je n’en suis pas sûr. Je pense surtout que l’on doit s’occuper du jeu avant l’enjeu, même si l’on est l’Olympique de Marseille, même si c’est actuellement difficile au classement. On doit se focaliser sur le jeu collectif, être très créatif, sans négliger la rigueur. Cela ne signifie pas que l’on n’a pas un impérieux besoin de points ; on a fait les comptes, on sait que c’est un match très, très important, mais, trois jours après, il y aura un nouveau match, contre Evian, qui vaudra également trois points, tout comme le suivant contre Valenciennes : le championnat ne s’arrête pas dimanche.

Est-ce que vous signeriez pour un match nul ?
Tout dépend du contexte, du déroulement du match. Hors contexte, un match nul à Auxerre nous aurait convenu, mais en regard du déroulement du match, on ne peut pas s’en satisfaire : on menait 2 – 0 à la mi-temps avant de se faire rejoindre, alors qu’on était au-dessus.

En cas de défaite dimanche, vous auriez 11 points de retard sur l’OL…
Cela ferait beaucoup, ça c’est sûr ! Surtout si tôt dans la saison. Toutefois, il y a deux ans, on avait 11 points de retard sur Bordeaux mais cela ne nous a pas empêchés d’être champions. Mais il n’y avait qu’une équipe devant nous, alors qu’il y en a plusieurs cette saison, et des grosses cylindrées.



Loïc Rémy sort du centre de formation lyonnais. Vu de Lyon, on a le sentiment qu’il a franchi un cap ces derniers temps. Est-ce un avis que vous partagez ?
Il a même franchi plusieurs caps. Dans les domaines de la profondeur, des déplacements, du jeu aérien, qui est devenu l’un de ses atouts, de l’efficacité. Il lui en reste encore à franchir, sa progression n’est pas du tout terminée.

Que pensez vous de cet OL 2011 – 2012 ?
Il y a un élan, un état d’esprit qui est très présent. Je trouve cette équipe conquérante, elle transpire la joie de jouer. C’est une équipe complètement différente de celle de la saison dernière. J’ai de plus l’impression qu’il y a un fort esprit de famille cette saison.

Le foot est un sport collectif dans lequel ce sont souvent les individualités qui font la différence

Sur quoi cette rencontre devrait-elle se jouer ?
Le foot est un sport collectif dans lequel ce sont souvent les individualités qui font la différence. Si les deux équipes ont bien récupéré de la Champions League, on devrait avoir une rencontre enlevée, ouverte, comme lors des précédentes éditions, où l’on a eu des super matches… sauf pour les entraîneurs. Des matches avec du suspens et de la qualité offensive. L’OL et l’OM sont deux équipes qui osent, qui prennent des risques, capables de longues séquences avec le ballon.

Vous avez bien connu l’OL, où vous avez passé cinq saisons (entraineur adjoint entre 1992 et 1995, entraîneur entre 1995 et 1997). A titre personnel, les matches contre l’OL sont-ils toujours particuliers ?
Le temps fait son effet. Mais cette saison, cela va être particulier car je vais retrouver des joueurs que j’ai entraînés (Rémi Garde et Bruno Génésio). J’ai également travaillé avec Robert Duverne, Guy Genet. Je connais également des dirigeants, le président, et beaucoup d’autres personnes. Venir à Lyon, ça me fait autre chose que d’aller à Valenciennes, sans qu’il y ait quoi que ce soit de péjoratif pour Valenciennes. Concernant Rémi Garde, je ne suis pas surpris de le voir entraîneur. Je suis très content qu’il ait réussi son examen de passage lors des premiers matches.

Retrouver l'intégralité de l'interview dans le programme de match officiel de l'Olympique Lyonnais spécial "OL - OM" en cliquant ici

Sur le même thème