feminines / Le coin des filles

Le "Classico" des filles

Publié le 25 janvier 2009 à 08:00 par OT

A 15h, l’OL féminin est en déplacement à Montpellier pour le choc de la 13ème journée de D1. En cas de succès, les joueuses de Farid Benstiti éloigneraient presque définitivement leur adversaire direct dans la course au titre.

En football féminin, les confrontations entre Montpellier et Lyon ne sont jamais comme les autres. Celle de cet après-midi ne dérogera pas à la règle, tout sera réuni à 15h dans l’Hérault pour offrir un grand match à ce championnat de France qui en manque parfois cruellement. Comme d’habitude, il y aura bien sûr un enjeu comptable pour deux prétendants au titre. L’OL occupe pour l’instant la première place du classement avec neuf points et un match d’avance sur Juvisy et Montpellier. En cas de victoire, les Montpelliéraines pourraient donc relancer le championnat et surtout se placer dans la course à la deuxième place, désormais qualificative pour la nouvelle Ligue des Champions féminine.

Mais au-delà de l’aspect comptable, le « Classico » des filles est aussi le match des retrouvailles depuis quelques saisons. Alors que Montpellier dominait l’hexagone, l’OL est allé chercher six de ses joueuses en deux saisons : Laure Lepailleur, Sonia Bompastor, Camille Abily et Hoda Lattaf en 2006 puis Louisa Nécib et Elodie Thomis en 2007. Ce recrutement a permis en autres à Lyon de remporter deux titres de Champion de France et d’atteindre une demi-finale de Coupe d’Europe. L’histoire des transferts entre les deux clubs vient même de connaître un nouveau rebondissement puisque Hoda Lattaf mise à l’écart depuis le début de saison à Lyon a décidé de revenir dans l’Hérault.

Enjeu, suspens, tension : ce Montpellier-Lyon à tout pour plaire. A l’aller, les Lyonnaises ne s’étaient imposées que 2-1 grâce à un doublé de la Brésilienne Katia. Et si l’OL a tout gagné cette saison à l’extérieur, Montpellier a tout gagné à domicile. Ce choc sera aussi l’occasion de scruter les premiers pas de la recrue norvégienne Ingvild Stensland, venue à Lyon pour étoffer un palmarès déjà bien fourni. Et cela tombe bien, il sera déjà presque question de titre cet après-midi.