club / Forum

Le forumeur du mois

Publié le 31 mars 2007 à 11:00 par AG

Chaque mois, nous allons mettre en lumière un habitué du forum pour son activité et sa créativité. Pour le mois de mars, le forumeur du mois se nomme Sonny. grâce à son article intitulé « 5 Mai 2001 – Saint-Denis ».

Sonny. se présente

"Mon pseudo, il fait bien sur référence à l'idole de tous les supporters Lyonnais et donc le mien, Sonny Anderson. Le pseudo "Sonny" étant déjà pris, j'ai rajouté un point derrière.

Je me suis inscris en mars 2004, cela fait donc maintenant 3 ans que je fréquente le forum et je dois avouer que depuis 2 ans je ne peux plus m'en passer. Je me considère maintenant comme un inconditionnel d'OL Web étant donné que j'y passe beaucoup de temps, et ce, tous les jours. Dans la vie je suis étudiant en chimie à l'Université, ce qui me laisse pas mal de temps libre pour pouvoir discuter sur le forum.

Sur ce forum, je cherche et trouve bon nombre de bonnes choses telles que des infos sur l'OL, sur le foot en général, et même sur tous les faits de société grâce à Tribune Libre. Ce forum ne manque pas de débats pertinents et c'est aussi l'occasion de se distraire et de partager des choses avec de nombreux supporters. Indirectement, ce forum provoque aussi des rencontres, et de nombreux forumeurs sont aujourd'hui des amis, grâce, entre autres, à des rassemblements lors des FEF (Foot Entre Forumeurs) tous les weekends.

Ecrire des articles, des analyses ou tout simplement son avis, permet de faire partager son expérience aux autres et pouvoir comparer nos idées. En ce qui concerne l’article suvant, j'ai passé l'un de mes plus beaux moments de ma vie de supporter ce 5 Mai 2001 et je tenais vraiment à faire partager ce que j'avais ressenti ce soir là, dans l'espoir que d'autres personnes racontent comme moi, comment ils ont vécu ce moment là qui a été le début d'une grande épopée.
"


L’article Sonny.

5 Mai 2001 - Saint-Denis

[IMG41960#L]Souvenirs, souvenirs... vous resterez toujours dans mon cœur. Et nul doutes que ce weekend de Mai 2001 le restera jusqu'à ma mort. Je veux ce matin vous raconter l'un des plus grands moments de ma vie. Un moment que je souhaite à tous de vivre un jour. Ce topic permettra de se remémorer ce grand moment de bonheur que fut la victoire de la Coupe de Ligue un certain 5 Mai 2001. Départ de la plus grande aventure que l'Olympique Lyonnais n'ait jamais connue.

C'est le 5 Mai 2001, après une brève nuit de sommeil, je me prépare à vivre un weekend de folie. Maillot, écharpe, sandwichs et bonbons, j'étais prêt pour le grand voyage. L'OL avait successivement éliminé Lens, Amiens et Nantes lors des premiers tours de la coupe et s'apprêtait donc à affronter le Monaco de Giuly, Nonda et Gallardo au Stade de France. L'épisode de la finale perdue contre Metz quelques années plus tôt était encore dans toutes les têtes mais les supporters y croyaient dur comme fer ! Accompagné de mon oncle et des mes cousins, le train corail spécialement réservé aux supporters Lyonnais quitta Perrache et nous emmena à la Gare de Lyon (j'crois..). L'ambiance dans le train était énorme, du jamais vu ! Tout le monde chantait, tout le monde riait, tout le monde était heureux et fier d'être là. Du haut de mes 16 ans, j'étais pourtant déjà grand, mais à ce moment là j’étais encore un enfant, émerveillé par tant de jovialité.

Le trajet Gare-SDF fut très mouvementé ! D'abord dans la station de métro où des milliers de Lyonnais chantaient en cœur "Les Parisiens, les Parisiens, les Parisiens sont des bouffons...". Un chant qui ne plus guère à deux trois allumés qui se jetèrent dans le tas de Lyonnais et qui en ressortirent aussi vite qu'ils y étaient rentrés. Nous n'étions pas au bout de nos surprises. Nous sommes alors arrivés près du Stade de France, je dis près, car entre nous et le stade se trouvait une autoroute, et pour passer, le seul moyen était d'emprunter un tunnel. Ceux qui sont allé au stade ce jour là commencent déjà à se rappeler de ce fameux tunnel ! Un tunnel pour piéton, ©troit et sans lumière ! Une horreur ! Les uns contre les autres, se tenant par la main pour ne pas se perdre, on passa cet obstacle non sans mal et sans peur de tomber et de se faire écrabouiller par les autres.

Après les multiples fouilles, contrôles et j'en passe, j'ai enfin pu pénétrer dans ce fameux stade ! IMPRESSIONNANT ! Déjà que Gerland m'impressionne, alors vous pensez... C'était bien trop pour mes p'tits yeux mais ce que j'allais voir 1 heure plus tard était encore plus magnifique. Les groupes de supporters avaient confectionné un tifo magnifique. Voir ça dans les écrans géants et se dire que l'on y participe est quelque chose de vraiment fabuleux, jouissif.

Les deux équipes rentrent sur le terrain, et déjà mes genoux tremblent, je claque des dents, j'ai froid alors qu'il fait 25 degrés. Le match commence, je chante tant que je peux, mais l'OL peine quand même, Monaco semble même dominer. Pourtant, à la 35ème minute, Claudio Caçapa quitte sa défense, et après à un fantastique une deux trois, lobe Porato. Le ballon termine dans les filets, Claudio aussi, c'est de la folie, les 3/4 du stade se lève, je sais plus où je suis, c'est vraiment magique.

L'OL tient jusqu'à la mi-temps malgré les occasions Monégasque mais en deuxième mi-temps, le diable de Nonda envoie une reprise magnifique qui trompe Coupet ! Chose étonnante, une partie du stade qui sautait il y a une demi-heure pour le but Lyonnais, sautait de la même façon après le but de Monaco... J'suis déçu mais pas abattu. Je continue à chanter avec les autres et à agiter mon drapeau en percutant même des têtes quelquefois ^^. Le match se poursuit, plus rien ne se passe, on va jouer les prolongations...

Que de stress ! Une boule au ventre impressionnante ! Les premières 15 minutes commencent, on a de plus en plus de mal à chanter tellement la situation est stressante. On arrive à la fin de la première période, et là beaucoup d'images passent dans ma tête, comme celles de la séance de tir au but contre Metz, où pendant 1 heure je n'avais pas cessé de pleurer alors que j'était devant ma télé. Je me dis alors que c'est pas possible que ça se passe de la même façon, ça serait trop dur à supporter. Pourtant peu croyant, je me met à prier et à faire appel à toute aide divine... Il ne reste plus que deux minutes quand Sonny, mon Dieu vivant transperce la défense Monégasque et adresse un centre en retrait. Au point de penalty se trouve Müller qui avait remplacé 10 minutes plutôt le regretté MV Foé, il ajuste une magnifique reprise de volée qui termine dans les filets de Porato. Ce tir a duré au moins 30 secondes, comme si je l'avais vu au ralentit.

C'est une pure folie ! Je saute de partout ! J'me retourne vers mon cousin, on s'met à pleurer comme des gamins, j'le prends dans mes bras, j'ai jamais vécu ça ! J'regarde tout autour de moi j'vais que des gens heureux, c'est le pied. A peine le temps de se remettre du but, que c'est déjà fini ! J'suis dans un rêve, j'ai peur de me réveiller ! J'essaye de reprendre mes émotions mais c'est très difficile ! Je remercie le ciel de nous avoir aidés ! La remise de la coupe n'est non moins extraordinaire ! Sonny et Florent Laville soulèvent la coupe devant les 80 000 personnes présentes ce soir là. Pour la première fois depuis que je suis né, l'OL gagnait un titre.

Sur le chemin du retour, je repense encore à ce grand moment auquel je viens de participer. Je ne crois pas que je réalise en fait. C'est tellement peu à première vue, mais vraiment énorme pour un gamin de 16 ans qui est derrière son équipe favorite à chaque match, chaque minutes, chaque seconde lorsqu'elle joue et qui n'a pas eu la chance de la voir gagner un titre encore...

Il est tard dans la nuit ou plutôt tôt le dimanche matin lorsque je rentre chez moi, des étoiles plein les yeux, comme si j'avais vu la plus belle chose du monde. Je ne dormirais pas beaucoup, peu de temps après, des potes m'appellent pour aller à l'hôtel de ville ! J'y vais avec plaisir, la fatigue n'aura pas raison de mon fanatisme ! Je m'aperçois vite que je n'ai plus de voix... mais le moindre son qui sort de ma bouche est pour ces 20 joueurs, situés sur le balcon de l'hôtel de ville. Des hommes qui ont contribué à mon bonheur, qui m'ont fait rêver, que j'aime tout simplement. Je ne vous remercierais jamais assez... Merci du fond du cœur !


N'hésitez pas à redoubler de créativité sur le forum par le biais de textes, de dessins, etc...
Sur le même thème