club / Forum

Le forumeur du mois

Publié le 30 avril 2007 à 16:15 par AG

Chaque mois, nous mettons en lumière un habitué du forum pour son activité et sa créativité. Pour le mois d'avril, le forumeur du mois se nomme le chat noir grâce à son article intitulé « Di Nallo, le petit prince de Gerland ».

Le chat noir se présente

Passionné de l'OL depuis de nombreuses années, un signe …. je suis né lors de la première saison de l’OL (1950-1951) et j’ai vu mon premier match à Gerland en 1958. Fidèle abonné pendant plus de 25 ans, j’ai abandonné les bancs de Jean-Bouin supérieur pour voir les matches de l’OL sur Kiosque. J’étais je l’avoue, un peu déçu des résultats et du jeu pratiqué. Depuis cette décision très difficile à prendre, l’OL à franchi régulièrement les marches pour conquérir un 6ème titre et devenir l’un des meilleurs club d’Europe. Des collègues m’ont alors appelé "le chat noir". C’est ce surnom que j’ai repris comme pseudo lors de la découverte du forum.

Au moment ou je me demandais la raison et l’utilité de conserver un stock impressionnant de documents sur L’OL (un programmes daté du 9 mars 1958, de petits films super 8 dont le derby OL-ASSE avec un record de spectateurs, des journaux locaux et nationaux,…), j’ai constaté que je n’étais pas le seul à m’intéresser à l’histoire de l’OL. J’ai été surpris de l’intérêt porté par les «nouveaux» supporters au passé de notre club. J’ai lu les premiers articles de Phanou, puis je me suis pris au jeu des questions entre histOLiens. J’ai alors essayé de faire partager mes émotions et mes souvenirs en apportant ma contribution par des articles, des documents historiques (je repense au petit drapeau Adieu D2).

Ce forum m’a donné l’envie de me lancer dans la saisie informatique de tous les matches depuis 1950 Avec le concours d’un supporter de Marseille, (la passion et le respect entre supporteur ça existe), j’ai commencé à mettre en ligne ces données sur un site

L’article que certains vont découvrir retrace la vie et la carrière du petit prince de Gerland Fleury Di Nallo. Il a marqué toute une longue période de l’OL. J’ai pris beaucoup de plaisir à rechercher des infos et à écrire cet article, j’espère que vous en aurez autant à le lire.


L’article du Chat Noir

DI NALLO de ses débuts à 1964
C’est le 20 avril 1943 qu’il est né. Mais où ???????, mais où vouliez-vous qu’il naisse ?????? dans le quartier de Gerland bien sur !!.
Issu d’une famille modeste, il passe sa jeunesse à moins de 300 mètres du stade, entre les tristes HLM et les usines de produits chimiques. Il pousse ses premiers ballons dans cette cour de HLM avec ses copains. A 10 ans, il est la terreur du quartier. Il n’a qu’une passion le football. Il rentre ensuite au Rhône Sportif ou il reste 5 ans. C’est là que Jean Tamini, responsable technique de l’OL le remarque et lui propose de venir à l’OL.

Une jeune pousse arrive…… et l’OL a…… « Fleury »
Le 11 novembre 1959 à 16 ans et demi il signe à l’OL, il y restera …… 14 ans. L’OL est dans une période de grands changements. Le président M. Groslevin est remplacé par M.Maillet et l’entraîneur Gaby Robert succède à Lucien Troupel. Seul Jean Tamini reste au club. Au niveau sportif,. l’OL enregistre également les départs de joueurs cadres : l’international André Lerond part au Stade Français, Constantino Pirès pour Nîmes et Lucien Cossou pour Monaco.

La saison suivante 1960/1961 est celle du rajeunissement Fleury Di Nallo et Marcel Aubour font leur début en équipe professionnelle au même moment ou débarquent à l’OL deux argentins Angel Rambert et Nestor Combin. Fleury joue son 1er match pro à Reims le 20 août 1960 lors de la 1ère journée. L’arrivée de Njo-léa l’éloigne de l’équipe fanion. En fin de saison devant le danger de relégation, l’entraîneur fait appel à lui. Il joue les 7 derniers matches de la saison et fait ses débuts à Gerland le 19 mars 1961 lors de la venue de Nancy. Il marque son 1er but (seul but de la saison) à Lens le 30 avril 1961 et permet à l’OL de s’imposer 1-0. L’année suivante 1961/1962 il marque en championnat 18 buts dont 3 doublés (Rouen Angers et St Etienne).

[IMG42036#R]11 novembre 1962 : son premier match en équipe de France.
Le sélectionneur de l’équipe de France Georges Verriest et l’entraîneur Henri Guérin, las des critiques dont ils font l’objet, notamment sur la qualité du jeu offensif, appellent Fleury pour le match contre la Hongrie le 11 novembre 1962 au stade de Colombes. A 19 ans et demi, trois ans jour pour jour après avoir signé sa première licence à l’OL, il revêt pour la première fois le maillot de l’équipe de France, le jour ou Kopa (en froid avec le sélectionneur) fête sa 41ème et dernière sélection.

A la 11ème minute l’équipe de France est menée 1-0. L’équipe semble paralysée et. Kopa ne réagit pas. Di Nallo n’a pas souvent la balle mais se bat, trop isolé à la pointe de l’attaque, il joue seul. Une fois, dix fois il tente mais échoue. Et soudain c’est l’éclair. Il dribble, un adversaire, deux, il mystifie le troisième, il perd la balle, la récupère et se retrouve seul devant le gardien. Sans s’affoler il le fusille d’un tir du gauche. Délire dans les tribunes, Kopa vient lui serrer la main.

Hélas à la 36ème minute un deuxième but Hongrois conclu leur supériorité . Mais c’est sans compter sur Di Nallo. A la 74e minute il trompe une nouvelle fois le gardien Hongrois. Le public de Colombes lui fait une ovation et scande DI- NA- LLO, DI- NA- LLO, DI- NA- LLO. Les hongrois marqueront un dernier but. Le lendemain un journal titrait : Hongrie 3 Di Nallo 2. Quels débuts, 1ère sélection et 2 buts. Un concert de louanges salut l’événement « C’est le nouveau Kopa » «Il rappelle Roger Piantoni » « Une nouvelle étoile brille au firmament du football français » «Fleury Di Nallo un rayon de soleil dans la grisaille » « Albert, le capitaine hongrois dira de lui : quel joueur » Et pourtant il est touché par les critiques qui pleuvent sur la style de jeu défensif imposé par le sélectionneur Georges Verriest et l’entraîneur Henri Guérin. Ce dernier dira même après le match que Fleury a eu de la réussite sur ses 2 buts. Fleury ne sera pas sélectionné lors des matches contre l’Espagne (0-0), l’Angleterre (5-2) et la Hollande (0-1).

Les années 1963-1964 avec l’équipe de France
Il joue son deuxième match avec l’équipe de France, le 28 avril 1963 contre le Brésil de Pelé, Gilmar, Santos, Gerson. Il marque à la 82e minute, le dernier but de la France qui s’incline 3 à 2 (3 buts de Pelé). Pour sa troisième sélection il retrouve la Hongrie à Budapest le 23/05/64. Associé en attaque avec ses compères Rambert et Combin, la France s’incline 2-1 (but de Combin).

Les années 1962-1964 avec l’OL
[IMG42037#L]Après avoir été champion d’automne en 1962, l’OL perd sa première finale de coupe de France contre Monaco. Après un premier match qui se termine sur un 0-0. Lucien Jasseron s’en prend à Combin et Di Nallo. «A vingt ans, j’aurais mangé l’herbe du terrain lors d’une finale de coupe. Si on ne se bat pas à cet âge, quand le fera-t-on ? ». Pourtant Combin et Di Nallo n’avaient pas été aussi médiocre que le prétend leur entraîneur. Militaires depuis 10 jours, ils sont perturbés, mangent mal et leur condition physique n’est plus la même. La finale est rejouée le 24 mai, sans Di Nallo écarté au profit de l’allemand Linder. Monaco, le champion de France, l’emporte 2-0. Fleury termine la saison avec un total de 10 buts en championnat. La saison 1963-1964 est l’une des plus glorieuse avec un tandem d’attaque exceptionnel Di Nallo - Combin.

Monaco réalisant le doublé coupe/championnat, c’est donc l’OL qui participe à la coupe des coupes. La campagne européenne se termine en ½ finale après un matche d’appui, le troisième contre Lisbonne. En championnat l’OL termine 4ème et la saison se termine en beauté. L’OL remporte la coupe de France 1964 contre Bordeaux. De cette période Di Nallo dira « les 11 joueurs étaient bons, malheureusement il n’y avait pas de remplaçant. Dès qu’un de nous était blessé, ça ne tournait plus rond ». Durant cette saison il marque 10 buts en championnat loin derrière Combin et ses 23 buts.


Les années 1964-1966 avec l’OL : le départ de Combin, l’arrivée de Louis Hon
La saison 1964-1965 débute sur une mauvaise nouvelle pour Di Nallo et pour les supporters. L’OL fait une bonne affaire financière en transférant en plein mois de juillet Combin à la Juve, pour 800 000 francs. Après le départ de Combin (94 buts en 4 saisons), Di Nallo termine le championnat 64-65 comme meilleur buteur du club avec 13 buts en 34 matches.
Le départ de Combin explique t-il le déclin de Lyon ? Ou est-ce le style imposé par Jasseron ? Sous sa direction l’OL passe de champion d’automne en 62, vainqueur de la coupe de France en 64 avec une réputation de champion du béton, et se retrouver en fin de saison 1965-1966 dans un combat désespéré pour éviter la charrette des condamnés à la D2. Di Nallo marque 15 buts lors de ce championnat 1965-1966.

Saison 1966-1967 : une pièce de 5 francs en bronze permet à l’OL de remporter sa 2ème Coupe de France
L’arrivée de Louis Hon, au début de la saison 1966-1967, marque une rupture avec les méthodes du passé, le style change, l’OL pratique un 4-3-3 orienté vers la construction offensive et un jeu court. Un système ou Fleury retrouve la joie de jouer et le moral. On ne lui demande plus d’être au four et au moulin. « Il n’y a pas de miracle, je ne suis pas en meilleure forme que l’an dernier, mais sous la direction de Louis Hon, j’ai retrouvé la joie de jouer. On ne me demande pas d’être au four et au moulin comme c’était le cas auparavant »
[IMG42039#R]La coupe de France 67 : Un article du progrès avec photos commentées par Di Nallo, résume parfaitement comment après trois matches nuls contre Angoulème, le 10 mai 1967 à Marseille, le destin de la chute d'une pièce de 5 francs en bronze permet à Lyon d'accéder à la finale de la Coupe de France. Et le 21 mai 1967 Fleury Di Nallo marque une page d’histoire de l’OL en soulevant, comme capitaine, la coupe du cinquantenaire remise par le Général de Gaulle. Petite anecdote ce même jour un certain Serge Chiesa (Auvergne) recevait le prix du concours national des jeunes footballeurs.

Son retour en équipe de France le 22 novembre 1966 contre la Pologne
Le renouveau de Di Nallo se traduit par un retour en équipe de France. Après son premier match , on lui prédisait d’être rentrer dans l’équipe de France pour longtemps. Quatre années se sont écoulées avant de le retrouver pour sa 4ème sélection contre la Pologne le 22 novembre 1966. La France l’emporte 2-1 et Fleury marque le premier but à la 26e minute.

Fleury explique alors cette absence de sélections par la dégringolade de Lyon. «Jouer devant, jouer derrière, prendre la balle dans les 18 mètres, la conduire jusqu’au but adverse, on fait ça un temps, on s’use puis on se décourage». Il n’aime pas le «béton» et préfère le style de jeu de Nantes. Il n’est pas épargné par les critiques qui pleuvent sur l’équipe de France. Aux critique sur son physique il répond « A lyon, on faisait de nombreux tests athlétiques, j’étais toujours second ou troisième. Le meilleur était Djorkaeff. Je faisait match nul à la longueur….La saison dernière j’ai marqué 6 buts de la tête».

Ses autres sélections :
17/9/67 Pologne France 1-4, il marque 2 buts.
27/9/67 Allemagne-France 5-1
28/10/67 France Belgique 1-1
6/4/68 France Yougoslavie 1-1, il marque à la 78e
24/4/68 Yougoslavie France 5-1 il marque à la 33e minute

Le 22 septembre 1968 Fracture de la cheville
La carrière de Fleury marque un coup d’arrêt ce 22 septembre 1968. A la 17ème minute à Saint-Ouen contre le Red-Star, un tacle de Monin a de lourdes conséquences : double fracture tibia-péronné. Après 10 mois sans jouer, il effectue sa rentrée à Bastia le 6 août 1969 en marquant 2 buts.

9 avril 1971 un exploit dont il reparle souvent
Après une défaite au match aller 2-0, (le jour de mes 20 ans, merci Fleury, quel cadeau), l’OL grâce aux 3 buts de Di Nallo se qualifie pour les ¼ de finale de la Coupe de France en éliminant après prolongation l’équipe des Carnus, Bosquier, Herbin, Revelli, Keita, Bereta. Di Nallo réalisé l’exploit de qualifier son équipe à la surprise de beaucoup en marquant à la 113e minute, sur une action partie de Chiesa et Ravier, il reçoit une passe de Félix et fusille Carnus. Comme il l’explique souvent, il avait même marqué 2 autres buts refusés par l’arbitre M. Machin à la 80e pour hors jeu ??? et à la 101e pour une faute ???? préalable d’un autre lyonnais...

Son dernier match avec l’équipe de France
[IMG42040#L]A la suite de son exploit en coupe de France, il est rappelé le 24 avril 1971 en équipe de France contre la Hongrie, pour sa dernière sélection. Il ne joue qu’une mi-temps. Son parcours en équipe de France se termine sur un total de 10 sélections et 8 buts.

Son départ de l’OL
Ce vendredi 13 septembre 1974 devant 9 000 personnes, l’OL remonte 4 buts au PSG dans un match où Fleury est jugé absent et maladroit. Les supporters refont le match. Est-ce la fin du petit prince ? Ils ne savent pas alors, qu’ils ont vu pour la dernière fois Fleury sur son stade avec le maillot de l’OL. Deux mois après, le 20 novembre, il est rappelé par Aimé Mignot pour le déplacement à Strasbourg, afin de palier l’absence de Serge Chiesa, suspendu pour avoir refusé de jouer avec l’équipe de France. Mais Fleury déclare forfait, blessure réelle ou mentale ?

Au matin du 24 novembre, jour du match contre Sochaux, il invoque une vielle blessure à une cheville et ne joue pas. Les bruits de transferts courent. Un quotidien spécialisé laisse entendre que Marseille serait intéressé et que Fleury verrait d’un bon œil son transfert avant la fin de la saison. Aimé Mignot affirme «pas d’ostracisme vis à vis de Di Nallo… Qu’il donne la preuve qu’il est capable de tenir sa place convenablement chez les pro et il l’a retrouvera. Actuellement il n’est pas compétitif pour l’élite». Voilà qui était clair, entre l’OL et Di Nallo les ponts sont coupés.
Le 28 novembre 1974 à 9 heure il est au siège de l’OL, il téléphone au président du Red-Star. A 13H il s’envole de Bron pour Paris et après une discussion de 30 minutes avec le président Sanchez, il signe un contrat de 18 mois et retrouve dix ans après son compère Nestor Combin.


N'hésitez pas à redoubler de créativité sur le forum par le biais de textes, de dessins, etc...